Ville de Québec

L’Homme-Rivière

L’Homme-Rivière

L’Homme-Rivière

Cette sculpture du Mémorial Price, intitulée L`Homme-Rivière est installée dans une étroite impasse entre l’Édifice Price et le 65, rue Sainte-Anne, à droite de l’édifice (qui est par ailleurs le premier gratte-ciel érigé dans la ville de Québec).

Réalisé par les artistes sont Lucienne Cornet et Catherine Sylvain, le mémorial a été commandité par la Caisse de dépôt et placement et la Fondation Virginia Parker. La sculpture date de 2002.

Le monument rappelle que dans l’Édifice Price se trouvaient les bureaux de la compagnie Price Brothers, une importante entreprise forestière spécialisée dans la coupe du bois, le sciage, la fabrication de pâte à papier et le papier-journal.

L’Homme-Rivière rappelle le rude métier des draveurs, ces intrépides travailleurs indispensables autrefois à l’exploitation de la forêt. Le draveur et sa pique se transforment en une plante, alors que les troncs sont stylisés et réduits à des cylindres. Le résultat s’avère très dynamique et semble vouloir se renverser sur le trottoir.

Le draveur est une figure hautement symbolique dans la culture et l’histoire du Québec, notamment grâce au roman de Félix-Antoine Savard Menaud, maître-draveur.

Paru en 1937, le roman Menaud maître-draveur, est considéré le dernier exemple classique du roman du terroir didactique québécois. Les descriptions romantiques et lyriques de la vie rurale et ses exhortations à coloniser l’intérieur des terres se fondent sur l’expérience même de Félix-Antoine Savard, qui a été prêtre dans de nouveaux villages près de La Malbaie.

Le personnage principal, Menaud est un fermier qui préfère le bois à la terre et qui déplore que des étrangers anonymes exploitent les ressources du Québec. Menaud encourage sa fille à épouser le Luçon plutôt que le Délié, qui vendrait son héritage à des « étrangers ».

Après que son fils ait eu trouvé la mort dans un embâcle de billes de bois, Menaud, rendu fou par son désir d’affronter l’ennemi, pourchasse jusqu’à l’obsession l’insaisissable Délié.

L’auteur propose une relecture du célèbre roman Maria Chapdelaine de Louis Hémon, paru en 1916. Savard en intègre des extraits dans son roman et donne une suite à l’oeuvre de Hémon.

Texte de la plaque du monument L’Homme-Rivière :

Mémorial Price 2002
L’Homme-Rivière
Cathérine Sylvain Lucienne Payan-Cornet sculpteurs
CDP Caisse de dépôt et placement du Québec
Ville de Québec
La Fondation Virigina Parker
Régis Côté et associés, architectes

draveur

Le monument L`Homme-Rivière. Photo : © V. Petrovsky

maitre draveur

L`Homme-Rivière. Photo : © V. Petrovsky

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>