Ville de Québec

Église de St-François

Église de St-François

Église de Saint-François-de-l’Île-d’Orléans

Une première chapelle bâtie à Saint-François-de-l’île-Orléans en 1678, était dédiée à saint François de Sales. Une autre chapelle en bois est construite en 1707 à moins de cent mètres de l’église actuelle.

En 1732, les paroissiens décident de bâtir une nouvelle église en pierre et la construction commence deux ans plus tard. L’église est ouverte au culte en 1736. À l’époque, un clocher à deux lanternes couronnait l’édifice et sur la façade, au-dessus du portal avec imposte en hémicycle, un oculus était entouré de trois niches. Un muret de pierre fermais déjà l’enclos paroissial, constitué de l’église, du cimetière paroissiale, du calvaire et du cimetière des enfants.

Lors du siège de 1759, l’église a servi d’hôpital aux troupes anglaises.

La sacristie a été ajoutée à la structure au XIXe siècle. Le décor intérieur de l’église fut réalisé en 1863 par l’architecte Thomas Baillargé qui innove, substituant des ornements de plâtre ou moulages aux motifs sculptés en bois. Le maître-autel fut sculpté par André Paquet, Raphaël Giroux et Léander Parent en 1872. Les statues en bois doré étaient attribuées aux sculpteurs frères Levasseur et représentent le Bon Pasteur et les apôtres Pierre et Paul, de chaque côté. La chaire et le dorsal du banc étaient l’œuvre de Louis Xavier Leprohon.

En 1985, l’église a été endommagée à cause d’un accident d’automobile. En effet, une voiture percute la façade de ce joyau culturel qui s’enfonce d’environ 15 cm. La restauration du bâtiment à peine achevée, une autre voiture s’écrase (cette fois délibérément) sur la façade, le 1er juin 1988, provoquant un incendie qui ravage ce monument historique (classé comme tel en 1957).

Les travaux de restauration ont mis la pierre à nu et la décision a été prise de ne pas reconstruire la sacristie, laissant en élévation le plan original de l’église.

Notons qu’en 1988, la restauration de l’église à la suite du premier accident a mis au jour un témoignage de l’occupation britannique en 1759. En effet, en détachant une couche de crépi, on découvre un graffite écrit par David Chapman, second artilleur du Neptune, vaisseau amiral de la flotte de l’amiral britannique Saunders.

eglise st francois

Église de Saint-François-de-l’Île-d’Orléans

Voir aussi :

1 commentaire

  1. orval larose

    2015/03/27 at 12:57

    qui était le prêtre missionnaire en 1760?
    Mon ancêtre était marié dans cette église
    Merci

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>