Bas-Saint-Laurent

Pointe-au-Père

Pointe-au-Père

Pointe-au-Père

Pointe-au-Père, aujourd'hui, un secteur de la ville de Rimouski, est situé sur une pointe de terre qui s'avance dans le Saint-Laurent un peu en aval de Rimouski. Pointe-au-Père regroupe plus de 4 mille résidents. La localité s'étend sur une superficie de plus de 18 kilomètres carrés; sur sept kilomètres le long de la rive Sud du fleuve, à 300 kilomètres en aval de Québec, dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent.

Le village aurait été baptisée ainsi en mémoire du passage du Père jésuite Henri Nouvel, premier missionnaire à avoir rejoint les deux rives du Saint-Laurent, et qui aurait célébré une messe le 8 décembre 1663 avec un groupe d'Amérindiens de la Côte-Nord venu en expédition de chasse à l'orignal.

En 1696, la seigneurie de Lessard est créée dans ces lieux et octroyée à la famille de Pierre Lessard et Barbe Fortin. La paroisse de Pointe-au-Père y est fondée en 1882. En 1989, elle devient la municipalité de Pointe-au-Père.

C'est de cet endroit que les pilotes du Saint-Laurent rejoignaient les navires pour les guider dans leur trajet vers Montréal. En effet, de 1859 à 1960, une station de pilotage de Saint-Laurent s'y trouvait.

En 1859, un premier phare est érigé à Pointe-au-Père. Ce phare est détruit lors d'un incendie en 1867. Un deuxième phare est construit pour le remplacer. Au fil des ans, il est devenu vétuste et en 1909, on construit un nouveau phare en béton armé, d'une hauteur de à peu près 33 mètres. Ce phare est l'un des plus hautes au Canada, avec un escalier de 128 marches. D'ailleurs, c'est l'un des phares rares au Québec à avoir encore son mécanisme et son système optique d'origine, mais le système a été automatisé.

Le nom de la municipalité de Pointe-au-Père devient tristement célèbre le 29 mai 1914, quand le paquebot Empress of Ireland coule à 11 kilomètres au large de Pointe-au-Père, faisant plus de mille victimes. Le Musée de la mer de Pointe-au-Père rappelle cette catastrophe maritime, le pire naufrage de l'histoire du Canada. Le pavillon Empress of Ireland accueille la plus grande collection d’objets provenant de l’épave du paquebot. On peut y visionner une projection 3D qui fait vivre aux touristes le naufrage comme si on y était.

Depuis le début du XXIe siècle, Pointe-au-Père voit arriver un grand nombre de jeunes ménages qui s'y installent en quête d'un cadre urbain dans un milieu naturel. Alors, la construction résidentielle et commerciale a pris beaucoup d'ampleur pour satisfaire à la demande des logements. D'ailleurs, l'emplacement stratégique de Pointe-au-Père favorise l'implantation de nouvelles entreprises qui bénéficient de la proximité de l'aéroport et du port de Rimouski Est.

À Pointe-au-Père se trouve la station aquicole de l'Institut national de recherche scientifique, où s'effectuent des recherches sur l'eau de mer.

pavillon empress of ireland

Pavillon de l'Empress of Ireland. Photo : www.shmp.qc.ca

tourisme bas st laurent

Voir aussi :

1 commentaire

  1. Ginette Fafard

    2011/07/28 at 11:24

    Salut Mathieu! On s’amuse bien au Bic. Super bon à l’auberge Mange Grenouille!

    Ginette et Luc !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>