Art et Artistes

Portrait de Marguerite Bourgeoys

Portrait de Marguerite Bourgeoys

La quête de l’authenticité

Par Valérie Lafleur, Musée Marguerite Bourgeoys

Le 12 janvier 1700, Marguerite Bourgeoys s’éteint. La première enseignante de Montréal, fondatrice de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours et de la Congrégation de Notre-Dame n’est plus.

Afin de conserver son image en mémoire, les religieuses de la congrégation qu’elle a fondée font appel à Pierre Le Ber. Ils lui demandent d’exécuter son portrait post-mortem, comme c’était la coutume à l’époque.

Pendant des générations de sœurs, l’œuvre est conservée précieusement et inspire le respect, mais au milieu du XXe siècle, des religieuses versées dans l’histoire de l’art doutent de l’authenticité du portraits qu’elles conservent. C’est alors que l’œuvre est présentée à un connaisseur réputé d’antiquités canadiennes qui affirme que les traits adoucis du visage ne sont pas du XVIIe siècle.

Le désir de connaître le vrai visage de Marguerite Bourgeoys s’installe alors dans la communauté. Au début des années 1960, l’œuvre est envoyée à New York pour être examinée par M. Edward O. Korany, restaurateur émérite. Ce savant entreprend rapidement des examens par radiographie qui révèlent un aspect tout différent du tableau : le vrai visage de Marguerite Bourgeoys est caché sous des couches de peinture.

La restauration du tableau début et à la fin des travaux, le restaurateur décrit spontanément l’œuvre comme suit : compassion.

Lors de la construction du Musée Marguerite-Bourgeoys, en 1998, une salle particulière a été conçue pour accueillir le Vrai Portrait, la seule représentation connue du visage authentique de Marguerite Bourgeoys. Cette œuvre est importante tant sur le plan patrimonial qu’artistique, car elle est considérée comme étant la première toile réalisée par un peintre canadien. Le tableau occupe aujourd’hui l’espace central de la Salle du Vrai Portrait, mais on y retrouve également des objets ayant appartenu à Marguerite Bourgeoys et d’autres représentations de cette dernière.

La quête de l’authenticité du portrait de Marguerite Bourgeoys s’est traduite par une découverte merveilleuse qui permet à tous d’admirer une œuvre primitive, mais si révélatrice.

portrait marguerite bourgeoys

Portrait avant la restauration

vrai portrait de marguerite bourgeoys

Portrait de Marguerite Bourgeoys, Pierre Le Ber, 1700

Pour en apprendre plus:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>