Art et Artistes

Pauline Julien

Pauline Julien

 

Pauline Julien

23 mai 1928 : Naît à Trois-Rivières Pauline Julien, chanteuse, auteure, compositrice et actrice. Elle est la cadette d’une famille de onze enfants, établie à Trois-Rivières et plus tard à Cap-de-la-Madeleine. Elle épouse l’acteur Jacques Galipeau en 1950 avec lequel elle aura eu deux enfants. Elle suit des cours de théâtre au Québec puis fait un séjour de six ans à Paris, de 1951 à 1957. Elle y fait du théâtre et entame une carrière de chanteuse. À son retour à Montréal, elle reprend le chemin de la scène. En 1962, elle présente à son public son premier disque Enfin Pauline Julien. Deux ans plus tard, c’est avec une chanson de Gilles Vigneault, intitulée Jack Monoloy, qu’elle se mérite le deuxième prix au Festival de Sopot, en Pologne. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, le répertoire de Pauline Julien se compose presque exclusivement de chansons d’auteurs québécois. Elle commence à écrire les textes de quelques-unes de ses chansons en 1968. En plus du théâtre et de la chanson, elle apporte sa contribution au cinéma en étant de la distribution des films Bulldozer de Pierre Harel, La Mort d’un bûcheron de Gilles Carle et de quelques autres productions. Atteinte d’aphasie dégénérative et ne pouvant plus chanter, elle se suicide le 1er octobre 1998.

1er octobre 1998 : Se suicide à Montréal, atteinte d’aphasie dégénérative Pauline Julien, chanteuse, auteure, compositrice et actrice. Née à Trois-Rivières, le 23 mai 1928, elle suit des cours de théâtre au Québec puis fait un séjour de six ans à Paris, de 1951 à 1957. À son retour à Montréal, elle reprend le chemin de la scène dans le circuit des cabarets montréalais. En 1958, on la retrouve au Cabaret Saint-Germain-des-Prés de Jacques Normand, le rendez-vous montréalais de la chanson française. En 1962, elle présente à son public son premier disque Enfin Pauline Julien. Deux ans plus tard, c’est avec une chanson de Gilles Vigneault, intitulée Jack Monoloy, qu’elle se mérite le deuxième prix au Festival de Sopot, en Pologne. C’est le début d’une grande carrière pour la chanteuse. À la fin des années 1960 et au début des années 1970, le répertoire de Pauline Julien se compose presque exclusivement de chansons d’auteurs québécois. Dans les années 1980, elle développe une grande complicité avec l’auteur-compositrice et interprète française Anne Sylvestre, dont elle interprète certaines chansons, notamment Tu n’as pas de nom et Une sorcière comme les autres. Les deux artistes montent un spectacle en collaboration avec la poétesse Denise Boucher présenté au Québec et en Europe pendant plus de deux ans, sous le titre Gémeaux croisées. En plus du théâtre et de la chanson, elle apporte sa contribution au cinéma en étant de la distribution des films Bulldozer de Pierre Harel, La Mort d’un bûcheron de Gilles Carle et de quelques autres productions. Dans les années 1990, elle se rende participer à une mission humanitaire au Burkina Faso. Le fonds d’archives de Pauline Julien est conservé au centre d’archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>