DHC/ART

DHC/Art Replay

DHC/Art Replay

Du 30 nov. 2008 au 29 mars 2009 

REPLAY – Christian Marclay

 

Pour entrer dans le beat de Noël !

 

DHC/Art Fondation pour l’art contemporain présente REPLAY de Christian Marclay, du 30 novembre 2008 au 29 mars 2009 et accueillera du 14 au 20 décembre, à la Fonderie Darling, The Sounds of Christmas, le projet saisonnier hors site de Christian Marclay.Christian Marclay est plasticien et musicien. Ses travaux ont fait l’objet d’expositions majeures à la Tate Gallery, au Centre Pompidou et au musée Guggenheim. À titre de musicien et de DJ, il a collaboré, entre autres, avec John Zorn, Elliott Sharp, Sonic Youth et le Kronos Quartet. Marclay propose une expérience sensorielle complète, dans laquelle les images et les sons se confondent, faisant écho à des artistes de lignée avant-gardiste comme John Cage et le groupe Fluxus.

gesture 1 copyright Christian Marclay

L’exposition met l’accent sur notre paysage sonore quotidien. Ainsi, dans Telephones (1995), un montage parfaitement rythmé de scènes de films avec téléphone, on voit des gens qui composent des numéros, des téléphones qui sonnent, des gens qui répondent et, comme s’il s’agissait d’un standard défectueux, les fils et les voix se superposent en un choeur cacophonique qui semble plus proche d’un dialogue de sourds.

Dans Mixed Reviews (2001), Jonathan Hall Kovacs, un acteur sourd traduit des compte-rendus de critiques musicales en langage des signes. À l’inverse du précédent, ce montage offre une interprétation visuelle silencieuse de la musique. Dans la noirceur de la pièce, on est paradoxalement entouré par une sorte de bruit blanc. En se penchant sur la représentation visuelle de la musique, Marclay propose dans cette exposition une ethnologie très complète de l’univers sonore.

gesture 2 copyright Christian Marclay

Certaines oeuvres iconoclastes comme Fast Music (1982), où Marclay dévore un vinyle, rappellent les influences punk de l’artiste. Dans Ghosts (I Don’t Live Today) (1984), Marclay  » joue  » un enregistrement de Jimi Hendrix sur son Phonoguitar, une platine modifiée qu’il porte en bandoulière comme une guitare. Pour Guitar Drag (1999), l’artiste a attaché une guitare à l’arrière d’un pick-up. Traînée sur des chemins de terre du Texas, la guitare émet des hurlements évoquant la destruction rituelle d’instruments de musique dans les concerts rock tout en évoquant l’horrible lynchage de James Byrd Jr.

Dans Gestures (1999), quatre écrans montrent en gros plan des platines, sur lesquelles tournent des disques, ainsi que les mains de Marclay exécutant différents gestes. Le son primal qui en résulte n’est pas sans évoquer les recherches du mouvement bruitiste. Dans Record Players (1985), les interprètes de Marclay frappent, lancent et piétinent rythmiquement des vinyles.

Dans le deuxième espace de la galerie, on peut expérimenter deux oeuvres plus récentes de Marclay. Sous les feux de Crossfire (2007), le spectateur devient littéralement une cible. Quatre écrans montrent des extraits de films hollywoodiens où des personnages manipulent des armes à feu et tirent sur le spectateur. Le son de l’arme à feu est le point de départ d’une œuvre de percussion. Cette oeuvre extrême à laquelle on peut trouver un côté ultra-violent  » japanoise  » nous rappelle les diverses influences de Marclay qui a travaillé avec Otomo Yoshihide. Ce son se caractérise par une extrême puissance, avec des beats et des boucles samplées.

Crossfire copyright Grandquebec

Video Quartet (2002) met en œuvre quatre projections synchronisées de fragments puisés dans des films célèbres. Des musiciens, chanteurs, danseurs, siffleurs créent une improbable symphonie magistralement orchestrée par Marclay. L’écran atteignant les douze mètres, l’effet est saisissant.

Videoquartet copyright Christian Marclay

Des pièces musicales sont également disponibles pour le public dans la salle d’écoute du dernier étage.

Christian Marclay donnera une conférence le samedi 13 décembre, de 15 h à 17 h, au Monument-National, Café Quebecor, 1182, boul. Saint-Laurent, Montréal.

Photographies
Gesture et Video Quartet : copyright Christian Marclay avec l’autorisation de la Galerie Paula Cooper New York

Crossfire : copyright Grandquebec.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>