Art et Artistes

Canard Colvert et cygne

Canard Colvert et cygne

Сanard Colvert (canards Malards) et le cygne

Les ambassadeurs des Mosaïcultures internationales de Montréal.

Canards Colvert (Canards Malards)

Ce groupe a été présenté par l’arrondissement St-Léonard de la Ville de Montréal qui, dans le cadre des Mosaïcultures M2013, a décidé de présenter l’œuvre qui s’est avérée en quelque sorte l’emblème des Mosaïcultures Internationales® à travers la Terre : Les canards Colvert également appelés canards Malards.

Créée lors de la première édition des Mosaïcultures Internationales® tenue à Montréal en 2000, cette œuvre a parcouru le monde. Les canards ont participé à l’édition des Mosaïcultures Internationales® de Montréal en 2003, à Shanghai, en 2006, à l’exposition d’Hamamatsu, au Japon, en 2009. Ils ne pouvaient donc pas manquer les Mosaïcultures 2013 de Montréal.

Entre temps, les canards Colvert ont voyagé à travers l’Europe, les États-Unis et l’Asie. C’est ainsi qu’ils se sont posés au prestigieux Festival des jardins de Chaumont-sur-Loire, en France, en 2001 ; à l’édition de 2001 d’Euroflora, la plus impressionnante exposition horticole d’Europe présentée à Gênes, en Italie; aux Floralies Internationales tenues à Liège, en Belgique, en 2003 aux Floralies de Nantes, en 2004 ; au Conservatoire du Bellagio, à Las Vegas, en 2004 et 2006 ; à Redding en Californie, en 2005 ; aux Floralies Internationales PacificFlora tenues à Hamamatsu en 2004.

Le canard Colvert est le canard le moins farouche. Il s’acclimate facilement à la vie urbaine, ce qui en fait un excellent ambassadeur pour les Mosaïcultures Internationales. Lors des Mosaïcultures internationales 2000, une cane colvert a adopté l’un des canards en mosaïculture pour y pondre ses œufs. C’est ainsi qu’au début de l’été 2000, sept canetons sautaient dans l’eau du canal Lachine pour s’y ébattre et prendre leur envol.

Le canard Colvert est le canard le moins farouche qui s’acclimate facilement à la vie urbaine, ce qui en fait un excellent ambassadeur pour les Mosaïcultures Internationales. Photo : © GrandQuebec.com.

Le chant du cygne

Le chant du cygne a été envoyé aux Mosaïcultures par la Finlande.

Pas surprenant de voir un cygne représenter la Finlande. Il en est l’oiseau national. Le cygne est un oiseau qui marque l’imaginaire. Évoquant grâce, élégance et beauté, le cygne est aussi symbole de la fragilité de la vie sur la planète.

Ces oiseaux sont parmi les plus gros à pouvoir voler et vont d’ailleurs passer une partie de leur vie à migrer. Bien qu’ils ne soient pas menacés, ils bénéficient des mesures de protection inhérentes à l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie.

L’expression « chant du cygne » viendrait d’une légende vieille de l’Antiquité dans laquelle on rapportait qu’un cygne muet (c’est le nom de l’espèce) se serait mis à émettre un chant magnifique quelques secondes avant de mourir.

Six espèces distinctes couvrent différents territoires sur la planète. Les membres des espèces trouvées dans l’hémisphère Nord sont blancs ou gris, alors que ceux des deux espèces trouvées dans l’hémisphère Sud sont entièrement noirs (cygne noir, en Océanie) ou le sont en partie (cygne à cou noir, en Amérique du Sud).

Le cygne trompette, autrefois largement répandu en Amérique du Nord, a failli disparaître au début du 20e siècle, chassé pour sa chair et son duvet. Dans les années 30, il n’en restait plus que 66 dans la région du parc Yellowstone aux États-Unis. Après avoir été réimplantée, notamment en Alaska, l’espèce a repris vie. On en trouverait aujourd’hui environ 18 000 individus en Amérique du Nord.

L’expression « chant du cygne » viendrait d’une légende de l’Antiquité dans laquelle on rapportait qu’un cygne muet (c’est le nom de l’espèce) se serait mis à émettre un chant magnifique quelques secondes avant de mourir. Photo : © GrandQuebec.com.
L’expression « chant du cygne » viendrait d’une légende de l’Antiquité dans laquelle on rapportait qu’un cygne muet (c’est le nom de l’espèce) se serait mis à émettre un chant magnifique quelques secondes avant de mourir. Photo : © GrandQuebec.com.
Le cygne trompette, autrefois largement répandu en Amérique du Nord, a failli disparaître, chassé pour sa chair et son duvet. Photo : © GrandQuebec.com
Le cygne trompette, autrefois largement répandu en Amérique du Nord, a failli disparaître, chassé pour sa chair et son duvet. Photo : © GrandQuebec.com.
Après avoir été réimplantée, notamment en Alaska, l’espèce a repris vie. Photo : © GrandQuebec.com
Après avoir été réimplantée, notamment en Alaska, l’espèce a repris vie. Photo : © GrandQuebec.com.
On en trouverait aujourd’hui environ 18 000 individus en Amérique du Nord. Photo : © GrandQuebec.com.
On en trouverait aujourd’hui environ 18 000 individus en Amérique du Nord. Photo : © GrandQuebec.com.
L’expression « chant du cygne » viendrait d’une légende dans laquelle on rapportait qu’un cygne muet (c’est le nom de l’espèce) se serait mis à émettre un chant magnifique quelques secondes avant de mourir. Photo : © GrandQuebec.com
L’expression « chant du cygne » viendrait d’une légende dans laquelle on rapportait qu’un cygne muet (c’est le nom de l’espèce) se serait mis à émettre un chant magnifique quelques secondes avant de mourir. Photo : © GrandQuebec.com.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *