Armoiries

Emblème de Saint-Roch-des-Aulnaies

Emblème de Saint-Roch-des-Aulnaies

Emblème de Saint-Roch-des-Aulnaies

Au premier coup d’oeil, le symbole, sous forme stylisée, la silhouette de ces frêles caravelles qui amenèrent sur nos rives les premiers colons, ces courageux bâtisseurs de notre pays.

Les éléments choisis soulignent bien le passé historique de Saint-Roch-des-Aulnaies :

  • La plume d’oie, la vie culturelle
  • Les vagues, le transport maritime
  • L’épi de blé, la vie agricole

La plume d’oie rappelle le souvenir de notables qui, par leurs écrits, ont doté nos archives de documents précieux. À l’aide de ces textes, où nos chercheurs ont puisé nous mettons en valeur les  vertus de vaillance, de ténacité, de courage de nos prédécesseurs.

Les vagues représentent le fleuve Saint-Laurent qui prend, ici, l’aspect d’une véritable mer. Au 17e et 18e siècle, il était la principale voie de communication et Saint-Roch a connu une activité maritime intense. Un  port naturel à l’embouchure de la rivière Ferrée permettait aux navires d’approvisionner notre village et ceux de l’arrière-pays.

L’épi de blé symbolise la vie agricole de la paroisse ; florissante hier, elle demeure encore aujourd’hui la principale activité de plusieurs familles qui ont conservé les fermes de nos ancêtres. Grâce au labeur de ces femmes et de ces hommes vaillants et généreux, depuis plus de trois cents ans, la terre est restée une fidèle nourricière. Même le vieux moulin banal a repris vie et comme autrefois, il moud la farine.

L’inclinaison de l’ensemble du sigle vers la droite est significative : à Saint-Roch « la brise qui vient du large ». Concédée en 1656, la « Grande Anse » compte parmi les plus anciennes seigneuries de la Côte-du-Sud. Rapidement désignée « Les Aulnets » par la suite, sa mémoire est perpétuée dans le nom de la paroisse. Aujourd’hui, Saint-Roch-des-Aulnaies est une localité patrimoniale et pittoresque bordée par le fleuve. On y retrouve une importante concentration de bâtiments ancestraux dont l’église monumentale (1853), le presbytère (1888), le moulin et le manoir seigneurial (1842 et 1853), les maisons Soulard, Morin, Létourneau, etc. À 200 mètres de l’église, la petite chapelle de procession (1792), d’architecture traditionnelle d’esprit français, mérite qu’on s’y attarde. Enfin, situé à moins d’un kilomètre à l’est de l’église, le pittoresque site littoral du « Havre du Quai » a été aménagé en halte routière, aire de piquenique et poste d’observation panoramique époustouflant.

Historique du hameau du Village-des-Aulnaies

Ce hameau a longtemps constitué le centre des activités de la seigneurie de la Grande-Anse à Saint-Roch-des-Aulnaies, à environ 130 km en aval de Québec, sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent.

Situé hors du village même de Saint-Roch-des-Aulnaies, à un peu moins de 3 km à l’est, le hameau s’est développé autour d’un complexe regroupant un moulin à farine, une scierie et un autre moulin, enfin, servant à carder la laine et à fouler les étoffes. Ces installations réalisées à diverses époques venaient répondre aux besoins des habitants des environs et se trouvaient sur le domaine seigneurial.

Un petit cours d’eau appelé Le Bras rejoint la rivière Ferrée peu avant son embouchure et c’est sur son parcours qu’ont été construits les moulins précités. Le plus important, le moulin banal (à farine) existait déjà en 1749, il a été remplacé en 1789 et en 1842, ce troisième bâtiment représentait le nec plus ultra de la technologie de l’époque. Jusqu’en 1850, les seigneurs ne résidaient pas dans leur domaine. L’avant-dernier d’entre eux, Amable Dionne, marchand de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, y a fait construire un magnifique manoir pour son fils qui devait lui succéder. On a en outre aménage un immense jardin avec des plantations d’arbres et des sentiers de promenade.

Ce domaine, qui a été classé bien culturel en 1965 et restauré, est devenu un centre d’interprétation sur le système seigneurial ; il constitue l’ensemble seigneurial le plus complet au Québec. On peut même s’y procurer de la farine moulue sur place.

La petite baie du Saint-Laurent où se jette la rivière Ferrée a été, semble-t-il, fréquentée dès les débuts de la Nouvelle-France par les navigateurs, qui venaient s’approvisionner en eau douce dans la rivière Ferrée. Elle coulait autrefois à travers des aulnes et on nommait ces peuplements aulnaies, d’où l’appellation de Village-des-Aulnaies. Le hameau englobe en plus du domaine seigneurial une vingtaine d’habitations dont l’architecture et l’implantation témoignent de la vie villageoise du XIXe siècle. Un bureau de poste y a été en service de 1863 à 1984.

st roch aulnaies

Emblème de Saint-Roch-des-Aulnaies. Source de l’image et de la description de l’emblème : Site Web de Saint-Roch-des-Aulnaies.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *