Armoiries

Embleme de Mont-Tremblant

Embleme de Mont-Tremblant

Armoiries de la ville de Mont-Tremblant (logo)

C’est plutôt un emblème, dont son église est logée au coeur de tout comme l’est la ville au coeur des Laurentides. Le clocher est un symbole pour représenter une agglomération typiquement québécoise sur le plan international. Le clocher représente également les trois pôles de la ville : le Secteur Saint-Jovite, la Station Mont Tremblant avec sa chapelle et le Secteur du Village avec l’église Sacré-Coeur-de-Jésus.

Aussi, à la droite de l’église se trouve l’édifice de la Coopérative de Saint-Jovite qui représente l’activité agricole qui contribua à la naissance de la région.

Embleme de Mont-Tremblant

Embleme de Mont-Tremblant. Photo libre de droits.

Il est dommage que la ville de Mont-Tremblant, l’une des plus fameuses du Québec ne possède des vraies armoiries.

Mont Tremblant, note historique

Connu internationalement comme Centre de ski, le mont Tremblant, dont le pic le plus élevé s’élève à 968 m, se trouve à quelque 15 km au nord-est de Saint-Jovite et à l’est du lac Tremblant, dans la région des Laurentides, au nord de Montréal.

La végétation de ce massif gneissique est dominée par sa partie basse par l’érable et le bouleau blanc et, dans sa partie supérieure, par le sapin et le bouleau jaune. Ainsi cette éminence constitue l’élément topographique marquant du paysage du parc de récréation du Mont-Tremblant, créé en 1894 sous le nom de Parc de la Montagne Tremblant. Le massif est circonscrit, à l’ouest, par le lac Tremblant, au sud, par la rivière du Diable, et, au nord, par la Petite rivière Cachée et par de nombreux plans d’eau dont le plus important est le lac Brochet.

Il est de plus couronné par toute une série de sommets dont les pics Johannsen (968 m), Pangman (930 m), White (870 m) de même que les mont Timber (760 m) et la Tuque (600 m) qui sont les plus connus.

L’origine du nom est évoquée par sir William Edmond Logan, qui, en 1859, signale que les Algonquins appellent cette montagne Manitonga Soutana qui se traduit par « montagne du Diable » ou « des esprits. » Ces Amérindiens prétendaient qu’il sortaient de cette élévation des bruits sourds, comme des grondements, et que ceux qui la gravissaient la sentaient osciller sous leurs pieds. Le toponymie a évolué de la forme Montagne Tremblante à la forme actuelle qu’on relève dès 1936 et qui se confirmera avec la création de la municipalité de Mont-Tremblant (1940) et la modification du nom du parc de récréation, en 1962.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *