Armoiries

Armoiries de Berthier-sur-Mer

Armoiries de Berthier-sur-Mer

Armoiries de Berthier-sur-Mer

La conception des armoiries s’inspire de la géographie de la région.

  • Les barres ondées alternativement blanches et bleues représentent le fleuve Saint-Laurent.
  • La bande verte symbolise les forêts et l’agriculture. Elle est courbée pour faire allusion aux endroits plus montagneux et aux anses du fleuve.
  • Le bleu du haut représente le ciel.
  • La barre blanche entre le bleu et le vert a surtout pour objet de trancher clairement entre ces deux couleurs. Elle pourrait aussi faire allusion aux pistes cyclables qui peuvent servir également au ski l’hiver.
  • Le soleil surplombant le tout est essentiel aux activités récréatives aussi bien qu’à l’agriculture. Il se dégage de l’ensemble une impression d’eau, de verdure et d’ensoleillement, tout ce qu’il faut pour faire plaisir aux vacanciers.
  • La tête de taureau du cimier fait allusion aux armoiries des Berthier du Périgord d’où provenait le seigneur Alexandre Berthier alors que la feuille de chêne rappelle les armoiries des Saint-Aignan de Normandie et le premier seigneur, Nicolas Marsolet de Saint-Aignan.
Armoiries de Berthier-sur-Mer

Armoiries de Berthier-sur-Mer, image libre de droits.

La description des armoiries de Berthier-sur-Mer a été tirée du site web : berthiersurmer.ca.

Historique de Berthier-sur-Mer

En 1672, le capitaine au régiment de l’Allier et souvent dit le capitaine au régiment de Carignan, Alexandre Villemur ou Vilmur (1638-1708), reçoit en concession une seigneurie qu’il dénomme Berthier et dont le territoire résulte du découpage de l’ancienne seigneurie de Bellechasse. L’année suivante, il acquiert une seconde seigneurie qu’il désire aussi nommer Berthier, située dans l’actuelle région de Lanaudière. Il décide, pour la première, de revenir au nom de Bellechasse, qui était déjà connu. Dans l’usage d’alors, celle de Bellechasse dite Berthier devient Berthier-en-Bas, c’est-à-dire en bas de Québec, afin notamment de la distinguer de Berthier (-en-Haut), c’est-à-dire, en haut de Québec, qui deviendra Berthierville, cet usage, maintenu surtout par les paroisses et les municipalités dérivées, prévaudra jusqu’au début des années 1960 et même encore parfois de nos jours.

La municipalité de Berthier-Paroisse, établie en 1855, sous le nom officiel de Notre-Dame-de-l’Assomption-de-Bellechasse, repris de celui de la paroisse érigée civilement en 1722, prendra tout naturellement le nom de Berthier-en-Bas comme désignation courante et il faudra attendre les années 1970, 1971 plus précisement, pour qu’on le fixe en Berthier-sur-Mer. Ici le mot Mer reflète l’habitude répandue des ges de la Côte-du-Sud et du Bas-Saint-Laurent d’appeler le fleuve ainsi en raison de sa largeur croissante, de la marée et de la salinité des eaux. Berthier évoque aussi spontanément le cantonnier de la chanson folklorique Sur la route de Bethier, même s’il semble que ce soit Bertierville que l’a inspirée. Cette chanson est connue des Français et Berthier y a été inséré ici. Les Berthelets ont longtemps été affublés du surnom de Casques de Fer de Berthier-en-Bas, allusion à peine voilée à une race de marins difficiles à commander et farouchement attachés à leurs idées.

À Berthier-sur-Mer, le trou de Berthier, qui est une baie presque parfaitement ronde, communique avec le fleuve par un étroit goulet : il constituait un havre naturel pour les pêcheurs et les anciens mariniers.

Île de Bellechasse

Cette île étroite et rocheuse qui reçut de Champlain le nom d’Isle de Chasse, parce qu’il la tenait pour un excellent endroit de chasse, est située près de Saint-Vallier en face de l’anse de Bellechasse. Elle apparaît d’abord sur la carte de Champlain de 1632. Sur celles de Charlevoix (1744) et de Bouchette (1815 et 1831), elle est identifiée sous la dénomination Bellechasse. Elle reçut aussi les noms d’Îlot de Berthier et d’Île de Berthier, en l’honneur du sieurs Alexandre Berthier, capitaine du régiment de Carignan, à qui fut concédée la seigneurie de Bellechasse le 29 octobre 1672. Îlets de Bellechasse et Islets de Bellechasse ont aussi été employés pour désigner l’île. Ici, la forme plurielle vient du fait qu’il y a à proximité plusieurs rochers à fleur d’eau. Le spécifique Bellechasse est largement utilisé dans la toponymie locale et régionale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *