Armoiries

Armoiries de Sorel

Armoiries de Sorel

Armoiries de la Ville de Sorel

De gueules, à un chevron ondé d’argent; accompagné en chef dextre d’un ancre du même, la trabe de sable, entortillée d’une gumène d’or; au senestre d’une tour d’argent ouverte et ajourée, maçonnée de sable; de deux roues dentées engrenées d’or, posées de fasce en pointe.

ORNEMENTS EXTÉRIEURS

L’écu timbré d’une couronne murale d’or à sept tours crénelées. Le tout soutenu par deux branches d’érable de sinople, feuillées de même, tigées et boutonnées d’or, croisées en pointe en sautoir et liées par un ruban de gueules, retenant un listel de parchemin d’or, chargé de la devise en lettres romaines :

« FIAT VIA VI »

EXPLICATIONS

…de gueules : couleur rouge en héraldique. Ce mot provient de l’arabe « ghiul » qui veut dire tout ce qui est rouge. En gravure, il se représente par des lignes verticales. Le gueules symbolise la charité, la justice.

…un chevron ondé : le chevron est une figure héraldique ou pièce honorable de premier ordre. Ondée, c’est-à-dire qui rappelle le mouvement de l’eau. Dans les armoiries de la ville de Sorel, le chevron ondé démontre la situation géographique de Sorel sur les bords du fleuve St-Laurent et du Richelieu.

…d’argent : deuxième métal employé en héraldique. Il est représenté en gravure par le blan plein.

…accompagné : veut dire que d’autres meubles ou figure, se trouvent encore dans l’écu en plus du chevron et qu’il est accompagné d’autres pièces.

…en chef : le chef est la partie supérieure de l’écu.

…dextre : côté gauche de l’écu, vu de face.

…d’un ancre : symbole de la marine (par excellence) ou de places ayant des ports, etc. Dans les armoiries de la ville de Sorel, reconnue comme port, l’ancre y trouve réellement sa place comme symbole maritime.

…du même : de la même couleur ou métal que la pièce précitée.

La trabe : partie supérieure de l’ancre qui est généralement d’une autre couleur que l’ancre même en art héraldique.

…de sable : couleur noire en héraldique. Le sable est le symbole de l’humidité.

…d’une gumène : une corde.

…d’or : premier métal employé en héraldique. Il est représenté en gravure par un pointillé en quinconce. L’or est le symbole de la générosité, de la loyauté et de la gloire. La gloire est également le rayonnement d’or au milieu duquel autrefois, les artistes représentaient les saints et les héros.

…au senestre : côté droit de l’écu vu de face.

…d’une tour : la tour est généralement significative dans des places fortes. Dans le cas de Sorel, nous l’y plaçons en honneur dans l’écu, par respect pour son nom qui fut grand dans notre histoire canadienne et dont la Ville de Sorel s’enorgueillit de porter le nom.
Pierre de Saurel, capitaine au régiment de Carignan et seigneur (1628-82);

Sorel, bourg près d’Abbeville;
Sorel-le-Grand, près de Péronne, dans la Somme;
Sorel-Moussel, dans l’Eure-et-Loire.

Toutefois la famille habitait le Dauphiné. Pierre de Saurel — il signait ainsi — fils de Mathieu et de Jeanne de Giraud, originaires de la paroisse Notre-Dame de Grenoble, naquit en 1628 et embrassa la carrière des armes. Il parvint au grade de capitaine. Le 14 mai 1665, M. Talon, rendu à La Rochelle, informe Colbert qu’il a assisté à la revue de huit compagnies de troupes; qu’elles sont toutes complètes : que celle de M. de Sorel est la plus remarquable; qu’une gratification de 15 à 20 pistoles, faite à cet officier, serait de bonne politique. Ces huit compagnies débarquent à Québec, le 17 août 1665. Le 25, M. de Tracy fit marcher M. de Sorel avec sa compagnie pour aller construire un fort à l’entrée de la rivière Richelieu, et le fort porte ce nom, sur l’emplacement même de celui qu’y établit M. de Montmagny (1642). Ce n’est que, six ans plus tard, qu’il fut baptisé du nom de SOREL.

Après le licenciement des troupes victorieuses, M. de Sorel se décida à s’établir au pays; le 10 octobre 1668, il épousa à Québec, Catherine, fille de Charles Le Gardeur de Tilly et de Geneviève Juchereau, qui ne lui donna aucun enfant. En 1672, M. Talon lui concède la seigneurie de son nom. Tout en participant comme d’autres seigneurs à quelque trafic de fourrures, M. de Sorel se livra surtout à la culture : en 1681, le recensement lui assigne 43 bêtes à cornes, 68 moutons, 18 chèvres, 150 arpents de terre en valeur.

En 1712, le Mémoire de M. de Catalogue, concernant les fiefs et seigneuries, affirme que celle de Sorel est « en décri depuis très longtemps, sans que l’adjudication s’ensuive; qu’elle a une grande étendue avec de très belles terres peu habitées et quantité de toute sorte de bois de construction et une infinité de vignes sauvages ».

En juin 1682, M. de Sorel, en dépit de son âge, accompagne à la Baie d’Hudson les sieurs Radisson et des Groseilliers, La Chesnaye, etc. et 29 hommes d’équipage divisés en deux barques.

Le 10 octobre, il est convoqué par M. de La Barre à l’Assemblée, appelée à délibérer sur la question iroquoise. Il mourut à Ville-Marie, le 28 novembre suivant, et son épouse en 1732.

En 1713, la seigneurie passa à la famille de Ramezay.

…ouverte : s’il y a une porte dans la tour, on la dit ouverte.

…ajourée : s’il y a des ouvertures à la place des fenêtres, on dit la tour ajourée.

…maçonnée : à l’aspect d’un mur.

…roues dentées engrenées : les roues dentées démontrent généralement l’industrie mécanisée. La ville de Sorel est une place industrielle, reconnue par excellence. Les roues engrenées sont le symbole de la collaboration de toute industrie, organisation, institution, autorités municipales, etc., dans le même but de pourvoir au développement de la ville.

…ornements extérieurs : tout ce qui se trouve à l’extérieur de l’écu comme la devise, les branches d’érable, etc.

…la devise : sentence concise, particulière à une famille, une nation, une cité ou ville, etc., inscrite, sur un ruban au-dessous de l’écu; puis placée sur les armoiries.

La devise : « Fiat Via Vi », (La route se trace par la force) ou (On n’avance qu’au prix d’un effort).

Cette devise magnifique, tirée de VIRGILE caractérise très bien les efforts soutenus du tout début jusqu’à nos jours, du nom illustre de ce grand pionnier que fut Pierre de Saurel, des premiers agriculteurs qui furent les ancêtres de plusieurs familles toujours dans la même région de père en fils, des efforts constants des autorités civiles d’en arriver à un progrès d’expansion, et de toute la population qui s’associe parfaitement à tout ce qui se fait pour assurer un avenir meilleur, aux efforts magnifiques de ces autorités locales, en vue du développement industriel et culturel de la ville, une des plus importantes de la Province de Québec, et du Canada, du point de vue industriel.

…couronne murale à sept tours : dignité de ville.

Pour dresser les armoiries de la ville de Sorel, nous nous sommes servis des documents suivants :

Armorial Général de :

J.B. Riestah

Armorial du Canada Français :

Massicotte & Roy

Dictionnaire général du Canada :

Rév. Père L. LeJeune
Encyclopedia of Canada :

W. Stewart Wallace, M.A. (Oxon) F.R.S.C.

Dictionnaire encyclopédique :

Quillet

Précis d’héraldique :

Théodore Veyrin-Forrer

Toutes les recherches, la composition et la réalisation des armoiries de la ville de Sorel, ont été faites aux bureaux et ateliers du Collège Canadien des Armoiries, à Montréal, Canada.

Armoiries de Sorel

Armoiries de Sorel

Armoiries de Sorel

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>