Armoiries

Armoiries de Lac-Etchemin

Armoiries de Lac-Etchemin

Armoiries de Lac-Etchemin

Les armoiries de Sainte-Germaine-du-Lac-Etchemin, maintenant celles de la Municipalité de Lac-Etchemin, ont été établies, dressées et peintes par le Collège Canadien des Armoiries.

  • BLASONNEMENT : D’argent, ou caribou de gueules allumé et anglé de sable, au franc-quartier d’azur à senestre chargé d’une fasce d’or, accompagnée de six besants du même rangés en fasce, trois en chef, trois en pointe.
  • SOUTIENS : Deux branches d’érable feuillées de sinople.
  • DEVISE : « Major Virtus Quam ». Cette belle sentence latine se traduit par: « Plus de valeur que d’éclat ». Elle possède le sens suivant: « Je cherche la vertu avant la gloire » ou encore « À la gloire, je préfère la valeur ».
Armoiries de Lac-Etchemin

Armoiries de la municipalité de Lac-Etchemin. Image libre de droits.

D’après le site internet de Lac-Etchemin : municipalite.lac-etchemin.qc.ca.

Circonscription électorale de Bellechasse

La circonscription électorale de Bellechasse est un territoire de 2 922 km2 borné au nord par le Saint-Laurent, vis-à-vis de l’île d’Orléans, au sud par la frontière de l’État du Maine, à l’est par la circonscription de Montmagny et à l’ouest par celles de Lévis, Beauce-Nord et Beauce-Sud.

Son périmètre s’est agrandi, à l’ouest, aux dépens du comté de Dorchester aboli en 1972. La population est répartie dans 33 municipalités. Les deux plus peuplées, Lac-Étchemin et Sainte-Claire, sont d’ailleurs des municipalités qui appartenaient auparavant au comté de Dorchester. La circonscription actuelle est encore fortement rurale et compte une quinzaine de petits centres qui se partagent une industrie manufacturière, dont l’éventail recouvre le secteur des aliments et des boissons, le façonnage du bois, le vêtement, le caoutchouc, les produits métalliques et mécaniques, de même que le plastique. L’agriculture y est tout aussi diversifiée, quoique l’élevage du porc et de la volaille, ainsi que la production laitière prédominent. Le toponyme tire son origine de l’île de Bellechasse, désignée en 1632 sur la carte de Champlain sous le nom Isle de Chasse. Il s’étendra par la suite à la seigneurie dont l’acte de concession, du 28 mars 1637, fait allusion au « ruisseau nommé le Ruisseau de belle chasse. » Sur le plan électoral, la désignation apparaît en 1829 et s’est maintenue depuis, bien que les limites aient été plusieurs fois modifiées.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *