Armoiries

Armoiries d’East Broughton

Armoiries d’East Broughton

Armoiries d’East Broughton

Il y a un peu plus de 20 ans, la municipalité d’East Broughton s’est dotée d’armoiries. En 2010, le conseil municipal désire lui donner une cure de jouvence afin que celles-ci deviennent maintenant le symbole promotionnel de la localité en l’intégrant à son logo.

On y retrouve plusieurs symboles dont la signification est importante pour les Broughtonnais et les Broughtonnaises.

En effet, on peut y voir l’église qui représente la foi ainsi que le respect des valeurs et des traditions.

Ensuite, la famille correspond à l’unité au sein de la communauté qui permet de mieux grandir. Aussi, la poignée de main rappelle les nombreuses activités sociales de notre population. Quant à eux, les articles de sport démontrent la vitalité sportive de notre patelin, les banderoles du haut et du bas la fierté des gens d’ici et les fleurs de côté la joie de vivre.

Historique de la municipalité d’East Broughton

De 1845 à 1902, le canton de Broughton, indiqué sur la carte de Gale et Duberger dès 1795 et proclamé en 1800, a constitué une municipalité dont le territoire a été plusieurs fois morcelé.

Succédant à la mission du Grand-Broughton, ainsi dénommée au milieu du XIXe siècle, celle de Sacré-Coeur-de-Jésus, établie dès 1871 et devenue paroisse en 1881, fut érigée en municipalité en 1902, couvrant alors la plus grande partie du canton.

Dès 1908 allait s’en détacher, en son centre, la municipalité du village de Sacré-Coeur-de-Jésus, comprenant dès le début deux agglomérations, l’une autour de l’église, l’autre autour de la station de chemin de fer du Québec Central. L’usage courant véhiculant la forme East Broughton, on procédait, en 1931, à la modification dénominative en faveur de cette dernière. Centre agricole et commercial très actif, la municipalité a surtout été connue par l’exploitation des mines d’amiante qui, jusqu’en 1958, ont employé pratiquement toute la main-d’oeuvre locale, concentrée principalement dans ce que l’on appelait alors le village de La Station ou, en abrégé, Le Village, par opposition au village de L’Église.

Après 1958 et jusqu’en 1986, les mineurs broughtonnais durent se déplacer quotidiennement, toujours dans le canton mais dans la municipalité voisine de Tring-Jonction en raison de la fermeture de la mine d’amiante de la Québec Asbestos, établie en 1896. Entre-temps cependant, en 1954. East Broughton Station allait acquérir son autonomie sur le plan municipal. Dans le nom de cette municipalité, l’utilisation du point cardinal s’explique par le fait que Saint-Pierre-de-Broughton occupe la partie ouest du canton et a longtemps d’ailleurs été désignée sous le nom de West Broughton, alors qu’East Broughton se retrouve dans la partie est du même territoire.

Par ailleurs, la petite gare de Broughton Station (ou Leeds Station) a incité les autorités ferroviaires à désigner sous le nom d’East Broughton Station l’autre gare se trouvant dans le même canton. Les bureaux de poste ont, de leur côté, adopté les mêmes désignations, dès 1872 dans le cas d’East Broughton. La forme francisée Broughton-Est, utilisée quelquefois surtout dans les années 1940, ne s’est jamais vraiment imposée dans l’usage.

Deux explications principales ont été avancées quant à l’origine du nom. L’une portant sur l’emprunt à l’appellation d’une localité du Lancashire anglais, l’autre, peu probable, voulant qu’il s’agisse du navigateur William Robert Broughton (1763-1822), compagnon de George Vancouver en 1791.

East Broughton et municipalités voisines, note historique

Quoique l’on établisse officiellement à 1903 la création de cette localité de la Beauce, son existence administrative remonte à 1889 grâce à l’adoption de la résolution du Conseil de comté qui ne recevra son approbation qu’à la fin de 1902. En effet, le premier maire était élu dès 1890. L’appellation retenue, qui reprend celle de la paroisse fondée en 1871 en canoniquement érigée en 1880, témoigne tout particulièrement de la vénération des premiers colons à l’endroit du Sacré-Coeur, enchâssée dans la dénomination collective actuelle des citoyens, les Sacré-Coeurois. En 1881, on inaugurait le service régulier du Québec Central Railway entre Lévis et Sherbrooke, lien qui allait permettre un développement accéléré de l’endroit. La petite gare prit alors immédiatement le nom d’East Broughton – afin de la distinguer d’une autre dénommée Broughton et souvent appelée Leeds Station -, nom qui sera repris par la municipalité détachée en 1908. Le bureau de poste porta également le nom d’East Broughton. Au fil des anés, le territoire de Sacré-Coeur-de-Jésus sera amputé pour former les municipalités d’East Broughton (1908), de Sainte-Clotilde-de-Beauce (1938) et d’East Broughton Station (1954). Situé dans une région minière, le vaste territoire municipal couvre 104 km2, soit la majeure partie du canton de Broughton, peuplé vers 1820 par des anglophones, et une modeste portion du canton de Tring. Il circonscrit entièrement les municipalités d’East Broughton et d’East Broughton Station, à 18 km à l’est de Saint-Pierre-de-Broughton et à 25 km au nord-est de Thetford Mines.

armoiries east broughton

Armoiries d’East Broughton. Image libre de droits.

Lire aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *