Armoiries

Armoiries de Sayabec

Armoiries de Sayabec

Armoiries de Sayabec

Les symboles représentent très bien les activités du développement économique de Sayabec : une gerbe de blé pour l’agriculture et un conifère pour la forêt et la transformation du bois.

La fleur de Lys représente le peuple québécois, le tout entouré de feuilles d’érable, emblème du Canada.

DEVISE : « QUOD DEUS VULT » qui veut dire en français: « Comme Dieu le veut ».

(Malheureusement, nous n’avons pas trouvé la version en couleurs des armoiries de Sayabec).

Historique de la municipalité de Sayabec

Cette municipalité de la vallée de la Matapédia occupe une partie du secteur nord de la Municipalité régionale de comté de La Matapédia, à la tête du lac Matapedia, à 10 kilomètres au nord-ouest de Val-Brillant. Généreusement arrosé par les eaux de la rivière Sayabec, baigné par celles des lacs Arthur et de la rivière Blanche, le territoire est peuplé surtout dans sa partie sud.

C’est grâce à la construction du chemin desservant la vallée de la Matapédia (1847-1862) et à l’établissement du chemin de fer de l’Intercolonial (1870-1872) que la petite communauté verra son développement accéléré. En 1875, le premier résident de la vallée, Pierre Brochu, s’installe dans cette localité, près de la rivière Saint-Pierre. L’arrivée massive de colons des comtés de Rimouski et de Matane vers 1880 viendra compléter ces facteurs de croissance. La mission de Sainte-Marie-de-Sayabec voit le jour en 1890 et le premier missionnaire, qui désirait la placer sous la protection de la Vierge, suggère, en 1891, la dénomination Notre-Dame-de-Lorette, écartée rapidement au profit de Sainte-Marie.

Celle-ci fera l’objet d’une érection canonique comme paroisse en 1894 et d’une érection canonique comme paroisse en 1894 et d’une érection civile l’année suivante. Cette année-là, on assiste à la création de la municipalité de paroisse qui reprend le nom de l’entité paroissiale. Celui-ci sera réduit à Sayabec (sebek) en 1982, par suite de la fusion de Sainte-Marie-de-Sayabec et de la municipalité du village de Sayabec (1951), d’abord créée sous l’appellation de Saindon en 1917. Le toponyme Sayabec, également attribué au bureau de poste en service à compter de 1900, provient du nom micmac de la rivière, au sens de rivière obstruée, remplie…

En effet, cette dernière demeure peu navigable à une époque ancienne, parce qu’elle est remplie de bois et de chaussées de castors qui en obstruent le cours.

Le père Pacifique y voyait le mot « sepeg » – « étroit passage » ou « siapeg » – « prolongement du lac ». Quant à Saindon, nom primitif de la localité, attribué à la gare de chemin de fer, il rappelle l’abbé Joseph-Cléophas Saindon (1866-1941), curé de la paroisse à compter de 1896. Il établira la Caisse populaire en 1907. Jadis, les Sayabécois (sebekwa) oeuvraient surtout dans le domaine forestier, alors que de nos jours, tout en demeurant actifs en forêt, ils cultivent aussi la terre.

armoiries de sayabec

Armoiries de Sayabec. Image libre de droits.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *