Armoiries

Armoiries de Boischatel

Armoiries de Boischatel

Armoiries de Boischatel

En 1983, le Conseil municipal de Boischatel adopte les armoiries de Boischatel, conçues selon les règles de l’art héraldique. Ces armoiries sont l’oeuvre de l’abbé Lucien Godbout, du Séminaire de Québec.

Partitions :

L’écartelé respecte le choix des meubles. Il rappelle quatre personnages qui ont marqué l’évolution de Boischatel. Le 15 janvier 1614, Robert Girard obtient la première seigneurie concédée en Nouvelle-France, celle de Beauport dont Boischatel fait partie.

Émaux (Couleurs et métaux) :

Azur ou bleu :
Le bleu figure l’eau qui environne Boischatel par le Saint-Laurent et la Montmorency. Le bleu est symbole de paix, de douceur de vivre et de bonheur. C’est l’image de Boischatel.

Sinople ou vert : Il symbolise l’espérance, la jeunesse, la vie. On sait que Boischatel est reconnu pour ses étendues de verdure qui favorisent l’attrait des résidents, des sportifs du golf et des amants de la nature.

Or ou jaune : Il désigne les valeurs spirituelles telles que la foi, le courage, le travail, la vie familiale et chrétienne. Boischatel est un coin où « l’or » brille.

Argent ou blanc : Il s’applique surtout aux valeurs matérielles dont les maisons anciennes qui enrichissent Boischatel.

Armoiries de Boischatel

Armoiries de Boischatel. Image libre de droits.

Meubles ou objets :

Club de golf : En 1925, s’établissait le Club de golf Royal remarquable par sa beauté et son organisation.

Redoute : C’est toute l’histoire de Québec et de la région qui est résumée dans cette redoute que possède avec fierté Boischatel.

Maison : Les maisons traditionnelles dont celle du manoir Charlesville et celle de la maison Turcotte constituent une richesse incomparable pour Boischatel.

Trois épis de blé : Une première tige représente les familles qui se sont multipliées. La deuxième souligne les richesses matérielles de Boischatel. La troisième représente les grands boisés et les surfaces vertes de Boischatel.

Pal : Il représente la chute Montmorency.

Bordure : Le symbolisme de cette bordure c’est celui d’un enchâssement. On enchâsse une pièce précieuse. Boischatel constitue cette pierre précieuse.

La devise de Boischatel : Labeur et Courage. Ces deux mots résument toute la vie des ancêtres. C’est une invitation pour ceux qui vivent au 20ième siècle d’imiter ceux qui ont bâti cette municipalité.

Description des armoiries a été reprise du site Internet de Boischatel : municipalitedeboischatel.ca.

Grotte de Boischatel

La grotte la plus considérable découverte jusqu’ici au Québec est sise à Boischatel en banlieue de Québec. Son réseau de galeries dépasse en effet 3 km de longueur, il s’étend entre les terrains de golf de Courville ey de Boischatel, sur la rive est de la rivière Ferry, en direction de la rivière Montmorency. Cette grotte fait partie d’un complexe karstique où se rencontrent dolines et résurgences de même qu’un lit asséché pavé de dalles calcaires.

Ces calcaires ordoviciens dits de Trenton reposent sur les couches imperméables du bouclier précambiren qui constitue la base d’une grande partie du territoire québécois. À l’intérieur de la grotte, la rivière Ferry se divise en plusieurs embranchements, les principaux étant dénommés par les spéléologues Rivière des Hydorscopes et Rivière de la Nuit, c’est dans ce secteur que se trouve le puits d’entrée de la grotte. Celle-ci a été découverte par des spéléologues amateurs en 1979 et l’appellation lui a été appliquée la même année, à la suggestion du Spéléo-Club de Québec. Compte tenu de ses particularités et des dangers potentiels encourus par des non-initiés, l’accès demeure limité aux groupes encadrés pas des spéléologues. Cependant, le grand public peut connaître cette cavité exceptionnelle en visionnant un long-métrage de fiction, réalisé par le cinéaste Richard Lavoie en 1989, Le Trou du Diable, qui fait revivre la découverte de cette grotte.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *