Archives de GrandQuébec

Ma vie à contre-Coran

Ma vie à contre-Coran

Ma vie à contre-Coran

Avec son premier livre, Ma vie à contre-Coran , une femme témoigne sur les islamistes

(VLB éditeur, 24$, disponible en librairies)

(texte archivé, page d'accueil janvier-février- 10 mars 2011)

Djemila Benhabib dénonce, à travers le récit de sa vie, la montée, à l’échelle planétaire, de l’islam politique, une idéologie d’extrême droite, totalitaire et fascisante, qui cherche à s’imposer aux sociétés occidentales en prenant en otage les communautés musulmanes.

Peut-on accepter qu’un petit groupe, en porte-à-faux avec les valeurs démocratiques menace les fondements mêmes du vivre ensemble, de la laïcité et de l’égalité des sexes sous prétexte d'ouverture, de tolérance et de respect des cultures ? Cette question qui interpelle le Québec transcende toutes les sociétés occidentales. Mais alors que faire et comment agir pour préserver le pacte social?
 
Djemila Benhabib raconte la montée de l’intégrisme musulman en Algérie. Sa vie qui bascule, dès le début des années 1990, avec les attentats terroristes, les assassinats de proches et la condamnation à mort de toute ma famille. Les formidables résistances des femmes et des démocrates. Puis, c’est l’arrivée en France par petit bout, d’abord son père, et par la suite sa mère, son frère et elle-même. L’insupportable douleur de l’exil.

Trois ans plus tard, nouveau départ, pour le Québec, cette fois-ci, seule. Vient alors cette prise de conscience que l’islam politique existe sous des formes différentes, non seulement dans ses deux pays d’adoption mais un peu partout dans le monde qu’elle parcourt comme journaliste. Finalement, naît cette urgence d’agir qui l’interpelle, profondément, avec cette lancinante question: quoi faire face aux islamistes?
 
Le livre a suscité beaucoup d’intérêt aussi bien au Québec, qu’en Europe, qu’en Algérie et a été salué aussi bien par la critique que par le grand public.

Finaliste pour le prix du Gouverneur général du Canada 2009, le livre remporte le prix des Écrivains francophones d’Amérique. Quant à Djemila Benhabib, en novembre 2009 au Sénat français, elle est consacrée Femme debout dans le monde par deux organismes féministes français dont l'un a été fondé par Simone de Beauvoir. Le magazine québécois Châtelaine la classe parmi les cinquante femmes qui ont marqué le Québec les cinquante dernières années et s'est vu attribuer le Prix Femmes de mérite 2010 du YWCA dans la catégorie communications.

benhabib djemila

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>