Ligne du temps : 2014

8 mars – 14 mars

8 mars – 14 mars

C’est arrivé au Québec entre le 8 mars et le 14 mars 2014

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 1er mars jusqu’au 7 mars 2014

8 mars 2014 : Le Parti québécois a rapidement modifié l’affichage à son bureau électoral de Verdun après avoir fait l’objet de moqueries sur Twitter au cours du weekend. Le local de la candidate Lorraine Pintal, situé la rue Wellington, était auparavant occupé par une animalerie. Samedi, des utilisateurs de Twitter ont publié des photos de la devanture du local, où des affiches représentant Mme Pintal et Pauline Marois se trouvaient sous d’anciennes réclames du commerce mentionnant la présence de reptiles, de serpents, de poissons et d’oiseaux exotiques dans l’animalerie. Les photos ont vite été partagées sur le réseau social, accompagnées de messages ironiques. Les réclames de l’animalerie qui étaient collées dans la vitrine avaient presque toutes été retirées.

8 mars 2014 : Un groupe de motoneigistes a craint le pire lorsqu’un des leurs, un homme dans la cinquantaine, a été retrouvé inconscient sur la glace du lac de l’Achigan, à Saint-Hippolyte, dans les Laurentides. Vers 11 h, l’homme a momentanément perdu conscience après avoir perdu la maîtrise de sa motoneige, qui s’est renversée sur le lac gelé. D’autres motoneigistes ont alors contacté les secours et auraient tenté de prêter assistance à la victime en attendant l’arrivée des services d’urgence. Selon la Sûreté du Québec, l’homme serait rapidement revenu à lui-même et était même en mesure de parler aux gens qui l’ont secouru. Il ne souffrirait pas de blessures graves, mais a tout de même été transporté à l’hôpital pour un examen médical.

8 mars 2014 : Le portier d’un restaurant de Montréal s’est fait poignarder ce soir quand il s’est interposé dans une bagarre entre deux clients. L’événement s’est déroulé vers 22 h 30 derrière un restaurant de la rue Saint-Antoine, entre les rues Mansfield et Sainte-Cécile. Peu après avoir séparé une bagarre entre deux clients, le portier a ressenti une douleur au côté du corps, indique Simon Delorme, porte-parole du SPVM. C’est à ce moment qu’il a réalisé qu’il avait reçu un coup de couteau pendant l’échauffourée. L’homme a été transporté à un centre hospitalier, mais il n’y avait aucun danger pour sa vie. Dans la nuit, les policiers tentaient de trouver des témoins de l’événement et analysaient les bandes vidéo, à la recherche d’indices pour identifier l’agresseur.

9 mars 2014 : Les trains de Via Rail en partance de Montréal vers Toronto ont éprouvé des difficultés à mener à bon port leurs passagers en raison d’un barrage érigé sur les rails du CN par les Mohawks en Ontario. Dans le but d’attirer l’attention d’Ottawa, les protestataires mohawks ont occupé dès 10 h 15 les rails sur la rue Wyman, près de Belleville, ce qui a provoqué l’interruption de service sur ce segment de la voie ferrée. Quatre trains de Via Rail ont dû arrêter leur service à Belleville et à Kingston. Quelques milliers de passagers ont été affectés par cette situation, a indiqué Via Rail dans un communiqué. Vers 11 h 15, les manifestants ont libéré les rails. Selon la Police provinciale de l’Ontario (OPP), quatre suspects ont été arrêtés suivant une altercation entre les manifestants et les autorités. Selon la police, personne n’a été blessé. Vers 13 h, après une inspection en règle des infrastructures, une reprise de service graduelle a été effectuée sur les segments Toronto-Montréal et Toronto-Ottawa. Des retards étaient prévus pour le reste de la journée pour pallier la situation. Les activistes mohawks ont intensifié les moyens de pression après avoir appris, vendredi, que le gouvernement Harper ne lancera pas une enquête publique dans le dossier des nombreuses femmes autochtones disparues et tuées.

9 mars 2014 : Un homme a subi de graves blessures lorsque l’immeuble à logements dans lequel il habitait a été la proie des flammes, dans le secteur de Mercier, à Montréal. Vers 0 h 30, les services d’urgence ont reçu un appel concernant un incendie venait de se déclarer au 3204, rue des Ormeaux, près de la rue Sherbrooke Est. «Lorsque les premiers pompiers sont arrivés sur place, ils ont constaté que le feu faisait rage de façon assez violente à l’arrière du premier étage d’une bâtisse de deux étages, a relaté Martin Farmer, chef aux opérations au Service de sécurité incendie de Montréal (SIM). «Lors de l’intervention, les pompiers ont trouvé une personne inconsciente dans un logement au premier étage, a ajouté M. Farmer. Ils l’ont rapidement sortie et ont constaté qu’elle respirait encore d’elle-même.» La victime, un homme dans la cinquantaine, a été ensuite transportée à l’hôpital. «D’après les dernières nouvelles que nous avons reçues, il avait repris conscience, mais il aurait subi d’importantes brûlures au niveau des voies respiratoires», a précisé le chef aux opérations du SIM. La fille de cette victime, âgée de 12 ans, a également dû être transportée dans un centre hospitalier de manière préventive, mais on ne craignait pas pour sa vie. Le brasier, qui s’est propagé au toit et à l’entretoit de ce bâtiment qui abritait trois logements, a causé de lourds dégâts. Un autre immeuble de huit appartements, séparé par un mur mitoyen, a également subi des dommages. Environ 75 pompiers ont été dépêchés sur les lieux et ils ont combattu le feu pendant plus de deux heures. Un large périmètre de sécurité a été érigé et la rue Sherbrooke Est a d’ailleurs dû être temporairement fermée à la circulation dans les deux directions.

10 mars 2014 : La Ville de Laval ne souhaite pas que ses citoyens se fassent berner deux fois. Elle a annoncé la mise en place de quatre mesures en matière d’intégrité, dont la création d’un Bureau de protection de l’intégrité et de l’éthique. Laval a aussi annoncé la levée du secret professionnel des avocats qui ont œuvré pour le compte de la municipalité dans des dossiers qui font l’objet d’enquêtes par l’UPAC ou par la commission Charbonneau. «Le personnel du Bureau de protection de l’intégrité et de l’étique pourra procéder aux enquêtes administratives nécessaires pour faire échec à la collusion, aux malversations ou à l’usage inapproprié des fonds publics», a indiqué le directeur général de la ville, Serge Lamontagne qui a demandé au comité exécutif qu’un tel outil bureau voie le jour. Cette entité qui sera en lien avec le Service de police de Laval recevra les dénonciations, se chargera des enquêtes administratives et transmettra les cas judiciaires à l’Unité permanente anti-corruption (UPAC). Un comité de gouvernance formé de membres de la direction de la Ville et piloté par M. Lamontagne veillera au bon fonctionnement. Ce bureau comptera huit employés et bénéficiera d’un budget de 1 million $. Il aura aussi comme mandat de promouvoir l’éthique, la probité et le respect des valeurs de l’organisation. Il sera en vigueur dès le 10 mars, mais on estime que la mise en place complète du projet sera complétée pour le 1er janvier 2015.

10 mars 2014 : Avant d’aller en procès pour fraude et corruption, l’ex-maire Michael Applebaum subira une enquête préliminaire pour fraude et corruption en juin 2015. Un de ses coaccusés aura son procès une semaine plus tard sans toutefois subir d’enquête préliminaire. M. Applebaum et Saul Zajdel, un ex-conseiller municipal, ont pris des chemins différents dans la façon de gérer leur dossier. L’ex-maire de 51 ans n’a pas encore décidé s’il préférera un procès devant un juge seul ou devant jury. Il veut également tester la preuve recueillie par la Couronne dans ce dossier, où il fait face à 14 chefs d’accusations pour des faits qui remontent à 2006 et qui s’étalent jusqu’en 2010. Il était de retour en cour, ce matin, afin de fixer la date de sa prochaine audience, qui devra durer une semaine complète avec l’audition de neuf témoins. Sauf qu’avec l’appareil judiciaire engorgé, l’enquête préliminaire n’aura lieu que dans 15 mois. Saul Zajdel n’a pour sa part pas contesté sa citation à procès. Car selon son avocat, la tenue d’une enquête préliminaire n’est pas nécessaire dans cette affaire. Son procès, qui durera trois jours et entendra quatre témoins, a donc été fixé lundi. Et il aura lieu juste après l’enquête préliminaire de Michael Applebaum. Rappelons que selon l’UPAC, cette affaire est liée à des pots-de-vin de «dizaines de milliers de dollars» reliés à l’obtention de permis dans le cadre de deux projets immobiliers dans cet arrondissement. Ni Michael Applebaum ni Saul Zajdel n’ont émis de commentaires en quittant la salle d’audience.

11 mars 2014 : Une piétonne a été heurtée par un véhicule de patrouille du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) qui venait tout juste d’entrer en collision avec une autre voiture, ce matin. Les quatre personnes impliquées dans cet incident, qui s’est produit vers 8 h à l’intersection de la rue Saint-Denis et du boulevard René-Lévesque Est, n’ont pas été blessées gravement. Elles ont toutes été transportées à l’hôpital par mesure préventive. Selon Danny Richer, porte-parole du SPVM, l’auto-patrouille, à bord de laquelle se trouvaient deux policières, répondait à un appel d’urgence et circulait sur le boulevard René-Lévesque vers l’ouest lorsqu’elle a percuté l’autre véhicule conduit par une femme. La circulation dans le secteur a été légèrement perturbée, mais elle a rapidement été rétablie.

11 mars 2014 : La présence de nombreux chevreuils cause des accidents en série sur la route 360, au pied du mont Sainte-Anne, à Beaupré. Depuis le début de l’hiver, la Sûreté du Québec y recense en moyenne cinq collisions par semaine impliquant des cervidés. Tellement qu’aux panneaux d’affichage normaux, Transports Québec a ajouté deux panneaux lumineux à message variable pour inciter les automobilistes à redoubler de prudence. Mais pourquoi autant d’accidents? D’abord parce qu’une harde de chevreuils a établi ses quartiers d’hiver, un ravage, tout près de la route. Une situation qui ne date pas d’hier, mais qui s’aggrave d’un autre facteur qu’ont constaté les agents de la faune: dans ce secteur où il y a plusieurs résidences, des gens nourrissent les chevreuils, même s’ils sont parfaitement adaptés à la vie dans des conditions hivernales. «En les nourrissant, en les faisant sortir de leur ravage, on leur nuit en les attirant dans des endroits dangereux, où il pourrait y avoir des accidents, et on leur donne une nourriture qui ne leur convient pas à ce temps-ci de l’année», a noté Héloise Bastien, biologiste au ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs. Avec l’arrivée du printemps, les chevreuils devraient normalement se disperser dans les boisés des environs, pour revenir à leur ravage l’hiver prochain.

12 mars 2014 : Une tempête de neige accompagnée de forts vents s’est abattue sur le Québec, tandis qu’une deuxième bordée était attendue après demain, suivie d’une vague de froid. Les régions situées près du fleuve Saint-Laurent devraient recevoir entre 15 et 25 centimètres de neige d’ici jeudi matin. Celles situées le long des Appalaches pourraient s’attendre à des accumulations allant jusqu’à 40 centimètres. Le tout devait être accompagné de forts vents pouvant atteindre des pointes de 80 km/h, créant des conditions propices pour la formation de poudrerie. Des vents de 50 km/h ont d’ailleurs été enregistrés dans la région de Montréal en début d’après-midi, selon André Cantin, d’Environnement Canada. En fin de soirée, la Société de transport de Montréal signalait par son compte Twitter que son service de bus était «fortement perturbé». Les précipitations devraient ensuite cesser graduellement dès jeudi matin dans l’ouest de la province, tandis que les régions plus à l’est pourraient continuer à recevoir de la neige jusqu’à vendredi. Une deuxième tempête prévue vendredi pourrait engendrer des accumulations de 5 à 10 cm supplémentaires pour Montréal et 10 à 15 cm pour les Laurentides, d’ici samedi. L’air froid devrait se réinstaller dimanche et persister jusqu’à mercredi.

12 mars 2014 : Les exécutifs péquistes des circonscriptions de Taillon et de Marie-Victorin, sur la Rive-Sud de Montréal, ont déposé une plainte à la police de Longueuil après que leurs locaux électoraux eurent été la cible de graffitis haineux. Des croix gammées ont d’abord été apposées sur la vitrine du local électoral de Taillon, devant des affiches du Parti québécois, où l’on voit la première ministre Pauline Marois. Le local électoral du député sortant dans Marie-Victorin et pilote de l’épineux dossier de la charte des valeurs, Bernard Drainville, a également été vandalisé. Les messages «Drainville out» et «Don’t touch my kippa» ont été inscrits à l’arrière du bâtiment. L’attaché de presse de M. Drainville, Manuel Dionne, n’a pas voulu associer ces gestes à une attaque contre la charte. Il a néanmoins tenu à dénoncer les événements.

13 mars 2014 : M. Legault a tapé sur le clou d’un troisième référendum sur la souveraineté. «C’est certain que quand on commence à parler de référendum, il y en a qui reviennent dans leurs vieilles habitudes; quand on est souverainiste, on vote pour le Parti québécois, quand on est fédéraliste, on vote pour le Parti libéral. Avec la Coalition, il n’y en aura pas pendant quatre ans», a-t-il dit. «Depuis le début, je dis que mon adversaire, ce n’est pas le Parti québécois, ce n’est pas le Parti libéral, c’est la résignation des Québécois, a-t-il précisé. Ils veulent des baisses de taxes, mais ils pensent qu’il n’y a aucun parti qui va être capable de leur livrer. Moi, je leur dis que je l’ai déjà fait puis on a une équipe déterminée à baisser les taxes.»

13 mars 2014 : L’ex-candidat Jean Carrière blâme les médias pour la controverse entourant la photo partagée sur son Facebook et qui l’a forcée à se retirer de la course. M. Carrière a annoncé au Parti québécois jeudi qu’il retirait sa candidature dans LaFontaine. Des captures d’écran du Facebook de M. Carrière circulent sur les réseaux sociaux. «Vive Marine Le Pen», aurait-il écrit, le 4 janvier 2014, en partageant une photo de la politicienne française. Le 26 janvier, Jean Carrière a aussi partagé une photo coiffée de la mention « F… Islam ».

14 mars 2014 : En tant qu’amie de la laïcité de l’État, Fatima Houda-Pepin doit être réélue, affirme Pauline Marois. Dans un geste surprise et «sans précédent», le Parti québécois laisse ainsi le champ libre à la députée indépendante qui se bat contre le libéral Gaétan Barrette. Il n’y aura pas de candidat péquiste dans la circonscription de La Pinière cette année. «Aux sympathisants du Parti québécois dans la circonscription, je dis ceci: la charte de la laïcité est importante pour l’avenir du Québec, et nous voulons travailler avec ceux qui veulent faire avancer les choses», a affirmé Pauline Marois dans un point de presse à Repentigny. «Tout le monde reconnaît que la contribution de Mme Houda-Pepin est importante dans ce débat sur les valeurs québécoises et la lutte à l’intégrisme», a ajouté Mme Marois. Fatima Houda-Pepin avait été exclue du caucus libéral en janvier après avoir refusé de défendre publiquement la position libérale sur la charte de la laïcité. Elle se présente maintenant comme candidate indépendante contre le candidat libéral Gaétan Barrette, ancien président de la Fédération des médecins spécialistes. «Je respecte la décision qui a été prise par le PQ, c’est leur décision, moi, je n’ai rien demandé au PQ», a affirmé Mme Houda-Pepin au «Journal de Québec». La femme d’origine marocaine répète qu’elle n’appuie pas la charte des valeurs péquiste telle qu’elle est écrite à l’heure actuelle. «Le véritable enjeu auquel nous devons nous attaquer, démocrates que nous sommes, de quelque parti que nous soyons, c’est celui de la lutte à l’intégrisme. Je pense que le PQ et Mme Marois ont compris ce message, ce qui est une bonne chose», insiste-t-elle. En 2012, la députée avait obtenu une majorité de plus de 10 000 voix sur son adversaire caquiste. Le PQ avait terminé troisième avec 17,9 % des voix.

14 mars 2014 : Les chiffres émis par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) au sujet de la création d’emplois sont à la fois partiellement vrais et inexacts, soutient le chef du Parti libéral Philippe Couillard. L’ISQ maintient que ses chiffres sont bons. M. Couillard réagissait jeudi aux chiffres émis par l’ISQ révélant qu’il s’était créé 47 800 emplois au Québec en 2013. Les libéraux soutiennent qu’il s’est plutôt perdu 66 000 emplois à temps complet l’an dernier. « Si vous comparez des moyennes, vous créez de l’obscurité et de la confusion», a maintenu le chef du PLQ qui poursuivait sa tournée électorale en Beauce. Les chiffres de l’ISQ sont vrais, mais…, a nuancé l’économiste Carlos Leitao, candidat libéral dans la circonscription montréalaise de Robert-Baldwin. «C’est vrai, mais ce n’est pas ce qu’il y a de plus important, a expliqué M. Leitao. Ils calculent la moyenne (par année). Nous dans les marchés financiers, pour voir la progression de l’emploi, on va vérifier ce qui s’est passé de janvier à décembre. Quand vous calculez la moyenne année sur année, vous incluez dans l’équation ce qui s’est passé l’année précédente.» L’ISQ a répondu que ses chiffres sont rigoureux. « En 2013, il y a eu 4 032 000 personnes en moyenne qui ont occupé un emploi au Québec comparativement à 3 984 0000 en 2012 », a statué Patrice Gauthier directeur des statistiques sur le travail et la rémunération à l’ISQ. C’est 47 800 personnes de plus qui travaillaient soit à temps complet ou à temps partiel. Ces personnes ont soit occupé un nouvel emploi ou un poste qui était vacant. Selon M. Gauthier, le chiffre de 66 000 emplois perdus entre le 1er janvier et le 31 décembre 2013 est moins précis. De plus, il est faux de dire que les statistiques de 2013 fournies par l’ISQ sont faussées par des données de 2012, a précisé M. Gauthier.

À lire également : événements qui ont eu lieu entre le 15 mars et 21 mars 2014.

8 mars

8 mars, la journée internationale de la femme. Photo : GrandQuebec.com

Voir aussi nos sources pour ces nouvelles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>