Ligne du temps : 2014

22 mai – 28 mai

22 mai – 28 mai

C’est arrivé au Québec entre le 22 mai et le 28 mai 2014

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 15 mai jusqu’au 21 mai 2014

22 mai 2014 : Un automobiliste que les policiers tentaient d’intercepter est mort en tentant de les semer, ce matin, dans l’arrondissement d’Outremont, à Montréal. Il était environ 8 h 30 lorsque les policiers ont reçu un appel signalant la présence d’un individu ayant une conduite erratique sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine. « Les patrouilleurs ont localisé le véhicule suspect, qui était immobilisé dans la circulation », a dit l’agent André Leclerc, porte-parole de la police de Montréal. En voyant les policiers s’approcher, le suspect aurait accéléré pour fuir les lieux. La courte poursuite s’est terminée abruptement quelques centaines de mètres plus loin, lorsque le fuyard a embouti violemment des véhicules stationnés en bordure du boulevard Saint-Joseph, à l’angle de l’avenue Nelson. La voiture du suspect aurait fait plusieurs tonneaux pour finalement terminer sa course sur le côté. Selon toute vraisemblance, le conducteur serait mort sur le coup. « C’est fort probable que sa tête est sortie par sa fenêtre durant les tonneaux et qu’elle a été écrasée par sa voiture », a expliqué Bob Lamle, chef aux opérations à Urgences-santé. M. Bock est d’avis que cet événement aurait pu prendre une tournure encore plus tragique s’il avait eu lieu 10 minutes plus tôt. « Il y avait plein d’enfants sur le trottoir, exactement à l’endroit où le véhicule est passé, a dit le père de famille, qui venait d’aller reconduire sa fille à l’école. C’est certain que plusieurs enfants auraient été frappés. » En milieu d’avant-midi, la ministre de la Sécurité publique du Québec, Lise Thériault, a ordonné la tenue d’une enquête indépendante pour faire la lumière sur les circonstances entourant cette intervention policière. L’enquête a été confiée à la Sûreté du Québec. Il s’agit d’ailleurs de la troisième enquête indépendante à être déclenchée en moins d’une semaine dans la grande région de Montréal. Les deux autres concernent des événements impliquant des policiers municipaux de Mirabel.

22 mai 2014 : Une pizzeria a été la cible d’un incendie criminel dans l’arrondissement de Rosemont-La-Petite-Patrie, à Montréal. Un individu aurait lancé un cocktail Molotov sur Pizza Motta, un traiteur situé au coin des avenues Mozart et Henri-Julien. Des témoins auraient aperçu le suspect quitter les lieux. L’incendie a été rapidement maîtrisé par les pompiers et aucune évacuation n’a été nécessaire. L’enquête a été transmise à la police de Montréal et personne n’avait encore été arrêté dans ce dossier.

22 mai 2014 : Des dizaines de travailleurs s’affairent à effectuer des travaux de pavage, sur le pont Champlain pour préparer le terrain à l’installation du treillis modulaire d’acier devant remplacer à long terme la «superpoutre». « … Nous devons refaire le pavage de Brossard à Atwater et nous devons installer une membrane d’étanchéité. Demain (dimanche), s’il n’y a pas trop de vent, on pourra peut-être installer le treillis. Sinon ce sera lundi et si ce n’est pas encore possible, ce sera le week-end prochain», a indiqué Jean-Vincent Lacroix, directeur des communications de la société Les Ponts Jacques Cartier et Champlain Incorporée (PJCCI). Advenant que le treillis puisse être installé, il faudra d’abord s’assurer qu’il est bien fixé. Par la suite, la «superpoutre» pourra être démantelée. Puisque c’est une opération aussi complexe que délicate, la société PJCCI ne souhaite pas précipiter les choses. Dans tous les cas, toutes les voies seront rouvertes à la circulation mardi à 5 h, comme prévu. Les automobilistes se rendant sur la Rive-Sud pourraient également être gênés par de nombreuses entraves sur les routes menant au pont Champlain, ainsi que par plusieurs routes fermées ou sorties bloquées. Certains citoyens du secteur de l’île des Sœurs se sentent pris en otage par cette situation particulière.

23 mai 2014 : Le Collège des médecins fait la chasse aux charlatans et publie la liste de toutes les personnes accusées de pratique illégale de la médecine depuis 2005. «On est obligé de faire de plus en plus d’enquêtes, on a de plus en plus de signalements», a indiqué le Dr Charles Bernard, président du Collège des médecins. En raison de cette augmentation de plaintes, le Collège des médecins a publié sa liste noire. Sur son site internet, il est maintenant possible de voir le nom des accusés, la date du méfait, ainsi que l’amende imposée. «Ça peut être préjudiciable quand les gens ont des maladies chroniques, des maladies graves, quand on parle de diabète ou, encore pire, de cancer, puis qu’on leur dit de cesser leur médication», a expliqué le Dr Bernard. Au total, 46 personnes ont été accusées de pratiques illégales de la médecine depuis 2005. Parmi elles, Mitra Javanmardi, une naturopathe incriminée pour la mort de Roger Matern, décédé quelques heures à peine après une injection de magnésium. En plus de sensibiliser la population à ce phénomène qui gagne en popularité, le Collège des médecins réclame aussi des sanctions plus sévères. Actuellement, les amendes varient de 1500 $ à 10 000 $ ou 20 000 $, quand les offenses sont répétitives.

23 mai 2014 : Un homme de 68 ans est accusé d’avoir commis des agressions sexuelles pendant 14 ans sur sa fille biologique atteinte d’une déficience intellectuelle. Robert Jean avait été arrêté par la police le 10 février dernier. Libéré sous promesse de comparaître, ce résident de Gatineau avait interdiction d’entrer en contact de façon directe ou indirecte avec sa victime. Selon les autorités, les agressions sexuelles se sont produites entre 1991 et 2005, alors que la victime était âgée de 18 à 32 ans. C’est sa fille elle-même qui s’était rendue à un poste de police pour dénoncer son agresseur, après s’être confiée à une personne de sa famille et à un organisme spécialisé. Robert Jean doit comparaître aujourd’hui, au palais de justice de Gatineau, pour répondre à trois chefs d’accusation d’agression sexuelle par une personne en situation d’autorité sur une personne vulnérable, d’inceste et d’agression sexuelle.

24 mai 2014 : Un automobiliste a causé tout un branle-bas de combat dans la Petite-Italie, à Montréal, après avoir causé la rupture de la conduite de gaz d’un restaurant en reculant dans cette dernière. L’homme a fait une fausse manœuvre et a reculé sur le boulevard Saint-Laurent, à l’intersection de l’avenue Shamrock. Après avoir frappé un banc, il a heurté la conduite de gaz d’un restaurant. Plusieurs immeubles à logements du quartier ont dû être évacués, mais personne n’a été blessé. Les résidents ont pu regagner leur logement quelques heures plus tard. Selon le Service de police de la Ville de Montréal, l’alcool ne serait pas en cause dans cet accident. Le conducteur, un sexagénaire, souffrirait de problèmes de santé.

24 mai 2014 : Quelques centaines de manifestants inspirés par le beau temps se sont réunis pour dénoncer les pratiques de la multinationale Monsanto et surtout pour réclamer l’étiquetage de produits contenant des organismes génétiquement modifiés (OGM), cet après-midi, à Montréal. Rassemblés au square Dorchester, les bruyants manifestants ont marché longuement sur une rue Sainte-Catherine bondée, attirant l’attention de plusieurs personnes dont quelques-unes se sont jointes à la marche qui devait se terminer vers 16 h, au parc du Mont-Royal. Avant le départ des marcheurs, le secrétaire de Vigilance OGM, Thibaut Rehn, a pris la parole non seulement pour dénoncer les pratiques de Monsanto, considéré par plusieurs comme le plus grand producteur de semences modifiées, mais aussi pour réclamer un étiquetage obligatoire des produits contenant des OGM, tel que promis par le Parti libéral en 2003, alors dirigé par Jean Charest. «Environ 70 % des aliments transformés dans nos épiceries contiennent des OGM (…) Mais j’ai de l’espoir, car le Vermont deviendra le premier État américain à obliger l’étiquetage des OGM en 2016, a-t-il dit. Il y a 63 pays dans le monde où l’étiquetage est obligatoire. C’est nous, en Amérique du Nord, qui sommes en retard», a ajouté le militant. En plus de Montréal, des marches étaient aussi organisées à Québec et à Sherbrooke ainsi que dans 400 villes dans le monde.

24 mai 2014 : Les plongeurs de la Sûreté du Québec (SQ) ont retrouvé le corps d’un homme dans la rivière Saint-Maurice, en Mauricie. Il pourrait s’agir du jeune homme recherché depuis vendredi, qui avait été emporté par le courant alors qu’il se baignait avec des amis. Selon la SQ, le corps a été repêché tout près de l’endroit où l’homme de 20 ans a coulé, vendredi, soit près du barrage La Gabelle, entre Notre-Dame-du-Mont-Carmel et Saint-Étienne-des-Grès.  Vers 14 h 30, vendredi, le jeune homme qui se baignait se serait éloigné du bord de la rivière, près du barrage de la centrale La Gabelle, un endroit où le courant est très fort. Même s’il a réussi à s’accrocher quelque peu aux branches alors qu’il était à la dérive, il a rapidement été emporté par les eaux.

25 mai 2014 : Les policiers de Québec ont été fort occupés, ce matin et après-midi, alors qu’un homme et une femme se sont barricadés lors de deux événements distincts. D’abord vers 9 h 30, une femme de 42 ans s’est enfermée dans son logement d’un immeuble de la rue des Peupliers Ouest, dans le secteur de Limoilou. « La femme était en crise et tenait des propos inquiétants pour elle et pour son entourage», a indiqué Christine Lebrasseur, porte-parole du Service de police de la Ville Québec. À l’arrivée des policiers, l’immeuble dans lequel elle se trouvait a été évacué par mesure préventive. Le groupe tactique d’intervention (GTI) de la police de Québec s’est rendu sur place et c’est peu avant 16 h qu’ils ont maîtrisé la femme, qui était possiblement armée d’un couteau de cuisine. Elle a été conduite à l’hôpital pour recevoir des soins. Elle n’a cependant pas été blessée durant l’intervention du GTI. Alors que la première opération policière se déroulait, un homme de 47 ans, qui tenait lui aussi des propos inquiétants, s’est terré dans son logement de la rue Pierre-Verret, dans l’arrondissement de Charlesbourg et refusait d’en sortir. Les policiers ont été demandés sur place vers 13 h 30. Le GTI s’est également déployé et l’homme s’est finalement rendu par lui-même vers 19 h 40, après de longues heures de négociations. Il a été transporté dans un centre hospitalier. Contrairement à la femme, le quadragénaire pourrait faire face à des accusations, mais les policiers n’ont pas voulu s’avancer sur la nature de celles-ci.

25 mai 2014 : Les participants de la 20e édition de la Marche de l’espoir, organisée aujourd’hui par la Société canadienne de sclérose en plaques, ont amassé 1 290 000 $ qui serviront à financer la recherche sur cette maladie. La marche s’est tenue simultanément dans 21 villes de la province. À Montréal seulement, plus de 700 marcheurs se sont présentés au parc Angrignon pour l’événement. Ils sont parvenus à amasser 272 500 $. La porte-parole provinciale de la marche, la comédienne Debbie Lynch-White, a participé à la marche à la mémoire de son père. « Mon père a eu la sclérose en plaques pendant 10 ans alors que j’étais jeune. Il est décédé il y a quatre ans. Disons que j’ai côtoyé la maladie de près », a dit celle qui incarne Nancy Prévost dans la populaire série « Unité 9 ». « Je me suis dit que si je devenais populaire un jour, ce serait la cause numéro un que je voudrais parrainer. Alors quand on m’a approchée, je n’ai pas hésité. Ça allait de soi », a ajouté la comédienne. La sclérose en plaques est une maladie neurologique qui s’attaque au système nerveux central. Environ 100 000 personnes en sont atteintes au Canada, dont 20 000 au Québec.

26 mai 2014 : Ce sont quatre jeunes de Trois-Rivières qui ont mis les policiers sur la trace de la femme qui aurait enlevé un nourrisson au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières (CHRTR). Une femme âgée de 25 à 30 ans, habillée en infirmière, se serait introduite dans la chambre d’une mère en utilisant un faux prétexte. Elle a ensuite enlevé l’enfant avant de prendre la fuite dans sa voiture, une Toyota Yaris de couleur rouge. Une vaste opération policière de type Amber a été déclenchée par la Sécurité publique de Trois-Rivières (SPTR) et la Sûreté du Québec. Le bébé a finalement été retrouvé sain et sauf par les policiers. Il était en parfaite santé, selon les médecins qui l’ont examinée. La petite a heureusement été retrouvée vers 22 heures, grâce à l’aide de trois jeunes femmes et d’un jeune homme. L’une d’entre elles a reconnu la suspecte, son ancienne voisine et les quatre ont décidé d’aller à son domicile, sur la rue Louis-Pasteur, à deux pas de l’hôpital. « On n’avait rien à faire et on a vu ça sur Facebook alors on a décidé de partir à la recherche de l’auto. Sur notre chemin, on a vu la photo de la suspecte et on l’a reconnue. On s’est dirigé à son ancienne maison, on a reconnu la voiture et on a vu que les lumières étaient allumées, alors on a appelé la police et le bébé était là », a résumé Mélisanne Bergeron, après qu’ils aient rencontré les enquêteurs. Une fois l’enfant ramené à sa famille, les parents ont rencontré les quatre jeunes, accueillis en héros. La suspecte a pour sa part été conduite au poste de police de Trois-Rivières après avoir été arrêtée dans son appartement. Elle devrait comparaître mardi au palais de justice de Trois-Rivières. On ignore si elle connaissait les parents de l’enfant, qui habitent à Nicolet, ainsi que la raison de ses actes. La directrice générale du CHRTR, Lucie Letendre, a rencontré les médias peu après que l’enfant ait été retrouvé. Il s’agit selon elle d’une première.

26 mai 2014 : Le gouvernement Couillard envisage d’ajuster les frais des services de garde en fonction du salaire des parents. « Personne ne s’opposerait au fait que quelqu’un qui a mon revenu ou des revenus plus élevés dans la société ait à payer des tarifs de 10 $ par jour pour un enfant à la garderie », a lancé le premier ministre lundi matin lors d’un point de presse improvisé à l’entrée du caucus de son parti. « Le choc tarifaire se situe pour moi au niveau de la classe moyenne et des familles moins fortunées », a ajouté Philippe Couillard. Lors de son discours inaugural, M. Couillard avait promis de poursuivre le développement des services de garde « en mettant les familles de classe moyenne ou à bas revenus à l’abri d’un choc tarifaire ». La « réflexion » du gouvernement libéral sera «livrée» par la Commission sur la fiscalité, un organisme qui recommandera des modifications à apporter sur la fiscalité « de façon à ce qu’elle demeure équitable, mais qu’elle encourage davantage le travail, l’effort, l’investissement et la création d’emploi ». Philippe Couillard avait pourtant promis d’annuler la hausse des frais de garderie décidée par l’ancien gouvernement péquiste et de les indexer. « On ne prendra pas de décision précipitée. On va regarder l’ensemble de la situation en voulant préserver ce régime qui a beaucoup servi le Québec, notamment sur le plan économique et sur le plan de la participation des femmes au marché du travail », a ajouté M. Couillard.

27 mai 2014 : Un homme est mort, après qu’une poche de grains d’une centaine de livres l’eut heurté violemment dans une usine à Saint-Liboire en Montérégie. L’accident est survenu vers 8 h dans une entreprise située sur le rang Saint-Édouard. Le décès de l’homme a été constaté à l’hôpital un peu plus tard en matinée. Comme l’usine concernée appartient à une entreprise fédérale, c’est le bureau du Programme du travail du Canada qui sera responsable de l’enquête. Les circonstances de l’accident demeuraient inconnues mardi midi.

27 mai 2014 : Les réductions d’impôt des conservateurs ont contribué à réduire l’inégalité des revenus au Canada, a fait savoir mardi le directeur parlementaire du budget. Pendant des années, l’opposition a attaqué le premier ministre Harper pour ses politiques qu’elle disait favorable aux riches aux dépens des pauvres et de la classe moyenne. Lors de la période des questions, mardi, M. Harper s’est réjoui du bilan de son gouvernement. «Laissez-moi simplement relever aujourd’hui le rapport du directeur parlementaire du budget, qui sait que ce gouvernement a réduit les impôts pour les Canadiens de 12 %, au plus grand avantage des personnes à moyen et faible revenu», a déclaré le premier ministre. Le rapport du directeur parlementaire du budget a cependant souligné que la tranche des 20 % parmi les plus hauts salariés avait reçu le plus d’argent en remboursement en raison des réductions d’impôt, parce qu’elle avait fait le plus d’argent. Mais en termes relatifs, le directeur parlementaire du budget Jean-Denis Fréchette a déclaré que les changements apportés au régime fiscal «profitent surtout aux personnes à revenu faible et moyen». Depuis 2005, le gouvernement a réduit l’impôt personnel d’un point de pourcentage et a réduit de deux points de pourcentage la TPS. Les gestes posés ont été «progressifs dans l’ensemble et ont permis une répartition plus juste des revenus», selon M. Fréchette. Cependant, alors que les Canadiens ont plus d’argent dans leurs poches en raison des réductions d’impôt, le gouvernement a des milliards $ de moins à dépenser sur des programmes, a noté le rapport. Les modifications fiscales depuis 2005 ont entraîné une réduction de 30 milliards $ en recettes fiscales en 2014, selon le directeur parlementaire du budget. Le rapport n’a pas calculé à quel point le plan fiscal des conservateurs a permis de stimuler l’économie, et ne parle pas des effets des réductions de l’impôt des sociétés par les conservateurs.

28 mai 2014 : Un des adolescents qui aurait saccagé une soixantaine d’autobus scolaires la semaine dernière à Longueuil a plaidé coupable à vingt chefs d’accusation. Le jeune homme de 15 ans, que nous ne pouvons nommer en raison de son âge, était de retour devant la cour pour son enquête sur remise en liberté. Il a plaidé coupable à un chef d’introduction par effraction sur le terrain de l’entreprise Autobus Longueuil, à un autre pour avoir volé une trousse de premiers soins dans un des autobus et à 18 chefs pour méfait sur les autobus. En compagnie d’un autre jeune homme de 17 ans, il aurait endommagé des miroirs, des portes, des vitres et aurait répandu de la poudre provenant des extincteurs d’incendie partout dans les autobus. L’adolescent se serait ensuite vanté de ses exploits à son école, ce qui a mené à son arrestation. Le procureur de la Couronne, Jean-Sébastien Bussières, a affirmé que la cour devrait tenir compte des «conséquences sérieuses» que ces méfaits ont eues pour les quelque 3000 élèves privés de transport vendredi dernier. Le jeune homme, qui résidait déjà dans un foyer de groupe, restera détenu jusqu’au 18 juin, où il sera de retour devant la cour pour la présentation du rapport présentenciel. L’autre adolescent accusé dans cette affaire comparaîtra vendredi pour son enquête sur remise en liberté.

28 mai 2014 : La Ville de Montréal souhaite serrer la vis aux propriétaires de logements insalubres en augmentant notamment les amendes qui leur sont imposées. Cette proposition fait partie du plan présenté par le maire Denis Coderre et le responsable de l’habitation au comité exécutif de la Ville, Russell Copeman. Les services juridiques de la Ville seront chargés d’examiner la possibilité d’augmenter les amendes minimales imposées aux propriétaires négligents. Actuellement, celles-ci s’établissent entre 200 $ pour les personnes physiques et à 400 $ pour les compagnies. Pour l’instant, il est trop tôt pour déterminer à quel moment seront fixées ces amendes, selon M. Copeman. «L’administration municipale envisage également de modifier certains règlements afin de pouvoir saisir des bâtiments «dans les cas extrêmes», où le comportement des propriétaires met en danger la santé ou la sécurité des occupants. Qualifiant cette idée de «nouvelle approche», le maire Coderre a indiqué qu’il n’hésiterait pas à évaluer «l’ensemble des outils juridiques» pour assurer la protection des locataires. La Ville envisage également de facturer les inspections de suivis aux propriétaires récalcitrants, comme c’est le cas dans certains arrondissements tels que Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce. Catherine Tragnée, porte-parole du Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec, était plutôt déçue du nouveau plan d’action de Montréal. «J’ai l’impression qu’il n’y a rien de nouveau, a-t-elle déploré. On a déjà un règlement sur la salubrité depuis plus de dix ans. On a tous les outils, mais ils sont très peu utilisés en ce moment.»

28 mai 2014 : Les citoyens de Montréal se plaignent surtout du fonctionnement de la Cour municipale, du service des permis et du comportement des employés municipaux. C’est ce qui ressort du rapport annuel du bureau de l’Ombudsman de Montréal rendu public. «Notre mandat est de s’assurer que les droits municipaux des citoyens sont respectés et d’optimiser la qualité des services à la population», a déclaré Me Johanne Savard, qui dirige le bureau de l’Ombudsman de Montréal. L’équipe de Me Savard a traité 1348 dossiers en 2013, dont 1285 nouvelles demandes. Parmi les principaux sujets de plaintes, le fonctionnement de la Cour municipale suscite beaucoup de grogne (137 plaintes/23 enquêtes), les permis (60 plaintes/8 enquêtes), le comportement d’un employé municipal (59 plaintes/1 enquête), l’application de la réglementation municipale (54 plaintes/10 enquêtes), et la salubrité et l’entretien des logements (50 plaintes/8 enquêtes).

À lire également : événements qui ont eu lieu entre le 29 mai et le 31 mai 2014.

chutes montmorency

chutes montmorency

Les chutes Montmorency en mai. Photo : GrandQuebec.com

Voir aussi nos sources pour ces nouvelles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>