Ligne du temps : 2014

1er septembre 2014 – 7 septembre

1er septembre 2014 – 7 septembre

C’est arrivé au Québec entre le 1er septembre et le 7 septembre 2014

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 29 août jusqu’au 31 août 2014

1er septembre 2014 : Les 339 élèves du Collège de Saint-Ambroise au Saguenay auront le sac à dos plus léger cette année. La direction de l’établissement a décidé de cesser les devoirs à la maison pendant toute l’année scolaire. « Par exemple, faire quatre pages pour la semaine dans le cahier de mathématiques, il n’y en aura plus », a expliqué Marie-Eve Desrosiers, responsable des communications à la Commission scolaire de la Jonquière. Le projet pilote touche autant les élèves de première que de sixième année. La Commission scolaire assure que la direction de l’école a longuement réfléchi avant de lancer l’expérience. « La réalité des enfants d’aujourd’hui a changé. Souvent, ils sont déjà au service de garde à 7 h et arrivent plus tard à la maison. La période de devoirs n’était pas agréable pour certaines familles », soutient Mme Desrosiers. Les devoirs sont terminés, mais il y aura tout de même des leçons. Elles seront cependant en moins grande quantité qu’auparavant. Le temps en classe sera réorganisé, de façon à permettre aux enfants de ne pas prendre de retard dans leur programme. La plupart des parents se réjouissent de la nouvelle. D’autres par contre sont sceptiques et craignent que cette idée ait des conséquences sur la réussite des enfants, surtout ceux qui ont des difficultés d’apprentissage. La direction de l’établissement, en collaboration avec la commission scolaire, fera un bilan complet en fin d’année scolaire pour déterminer si l’expérience a été concluante.

1er septembre 2014 : Un garçon de 9 ans s’est baladé dans un quartier de Lachute au volant de la fourgonnette de ses parents. Vers 9 h, l’enfant a été aperçu circulant seul, à basse vitesse et de manière chaotique au volant de la fourgonnette familiale sur la rue Meikle, près du parc Richelieu. Il se serait emparé des clés du véhicule à l’insu de ses parents, un peu avant l’incident. « Les clés étaient difficilement accessibles, a indiqué la porte-parole de la Sûreté du Québec, Audrey-Anne Bilodeau. Le jeune garçon a dû faire preuve de stratégie pour les dérober ». Il aurait emprunté les rues Meikle, Clyde et Court, frappant sur son passage quelques poubelles et une voiture stationnée qui a été légèrement endommagée. Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, il était déjà revenu à la maison. Aucune accusation ne sera portée contre le jeune garçon ou contre ses parents qui n’auraient pas fait preuve de négligence, selon les policiers.

1er septembre 2014 : Un mineur a été blessé par balle, dans l’arrondissement de Saint-Léonard, à Montréal. « La victime a été atteinte au bas du corps par au moins un projectile et transportée à l’hôpital, mais on ne craint pas pour sa vie», a indiqué Simon Delorme, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). L’accident s’est produit peu avant 23 h au coin du boulevard Robert de la rue du Pré-Laurin. « L’unité canine a été demandée sur place pour essayer de trouver des indices. On n’a pas encore de description du ou des suspects», a conclu le porte-parole. Les enquêteurs rencontraient toujours la victime et des témoins quelques heures après l’évènement. Le maire de Québec se montre satisfait à la suite du dépôt d’accusations criminelles contre 44 employés municipaux qui auraient été impliqués dans le saccage à l’hôtel de ville de Montréal, la semaine dernière. Régis Labeaume est visiblement soulagé de la tournure des événements et dit même avoir félicité son homologue Denis Coderre à la suite de cette nouvelle. Le 18 août dernier, les policiers de Montréal sont restés passifs lorsque des centaines d’employés municipaux sont entrés de force dans l’hôtel de ville de Montréal. Ils ont vandalisé plusieurs locaux lors d’une manifestation contre le projet de loi sur les régimes de retraite.

2 septembre 2014 : Un hydravion s’est écrasé dans un secteur forestier à 80 km au nord de Baie-Comeau, sur le Lac Fléché, à l’Est du réservoir de Manic-3, sur la Côte-Nord. Deux personnes ont été secourues, une autre manque à l’appel. Selon les informations fournies par la Sûreté du Québec, deux hommes qui étaient à bord se sont extirpés par eux-mêmes de l’appareil et ont été secourus par des équipes de la scierie Résolu et d’Hydro-Québec de passage dans le secteur. Les deux hommes ont été transportés à l’hôpital de Baie-Comeau. Un hélicoptère et un avion Hercule des Forces armées poursuivent les recherches pour retrouver la femme qui est portée disparue ainsi que la carlingue. La Sûreté du Québec est aussi sur place en renfort tandis que les pompiers de Baie-Comeau patrouillent le secteur à bord. Le Bureau de la Sécurité dans les Transports mènera une enquête pour découvrir la cause de cet écrasement sur la Côte-Nord. L’identité et la provenance des personnes qui se trouvaient à bord n’ont pas été communiquées par les autorités.

2 septembre 2014 : L’homme de 85 ans qui a été retrouvé inconscient lors de l’évacuation de la résidence Chartwell Villa Jonquière à Saguenay, après un incendie mineur, est décédé. L’octogénaire avait été transporté d’urgence à l’Hôpital de Jonquière puis transféré à l’Hôpital de Chicoutimi. Il pourrait avoir fait une chute ou un malaise. L’enquête a été confiée au Service de sécurité publique de Saguenay. Les pompiers assurent toutefois que l’évacuation de l’immeuble s’est bien déroulée et qu’elle s’est faite dans les normes. Les gicleurs étaient aussi fonctionnels. Une autre résidante a été transportée à l’hôpital, afin d’y soigner des blessures à la tête. Sa vie n’est toutefois pas en danger. Hier matin, la résidence pour personnes âgées a dû être évacuée en raison d’un incendie qui s’était déclaré dans le dépanneur au rez-de-chaussée.

2 septembre 2014 : Il manque plus du tiers des cadres à la Ville de L’Assomption, dans Lanaudière parce qu’ils ont été congédiés, suspendus, ou parce qu’ils sont en congé de maladie. « Depuis l’arrestation du maire Gingras et de Jean Lacroix, il y a à peu près deux semaines, le maire a mentionné qu’il ferait le ménage à l’Hôtel de Ville », a rapporté Claude Ouellet, ex-président de la Chambre de commerce. Récemment, le maire Jean-Claude Gingras a donc suspendu des cadres, aboli des postes et limogé son directeur. Le maire a également été arrêté par l’UPAC, mais aussi à deux reprises par la Sûreté pour conduite en état d’ébriété, et parce qu’il n’avait pas son permis de conduire. « On est en train de changer la façon de procéder au niveau de la Ville et c’est sûr qu’on a beaucoup de réticence au niveau du fonctionnement de l’administratif versus le politique », s’est défendu le maire de l’Assomption.

3 septembre 2014 : Une spectaculaire opération de sauvetage pour secourir un laveur de vitres ayant fait une chute de plusieurs étages a eu lieu, à Montréal. L’accident de travail s’est produit aux environs de 15 h, à l’arrière d’un immeuble commercial situé au 8255, avenue Mountain Sights, dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce. Pour une raison encore inexpliquée, le travailleur de 32 ans serait tombé de l’appareil sur lequel il se trouvait. Il aurait fait une chute d’au moins trois étages avant d’atterrir lourdement sur le toit d’une annexe du bâtiment. Les pompiers spécialisés en sauvetage en hauteur ont été appelés sur place pour mener la délicate opération. En moins d’une heure, ils sont parvenus à sécuriser le travailleur et à le redescendre au sol. La victime, qui poussait des gémissements de douleur, a ensuite été placée sur une civière et a pris le chemin de l’hôpital. Deux inspecteurs de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) se sont rendus sur les lieux en fin d’après-midi pour tenter d’établir les circonstances de l’accident. Les représentants de la CSST devaient rencontrer plusieurs témoins ayant assisté à la scène. Les méthodes de travail utilisées par le travailleur seront également étudiées afin de déterminer si elles étaient conformes et sécuritaires.

3 septembre 2014 : Un dentiste néerlandais en cavale et accusé d’avoir mutilé plusieurs patients en France a été arrêté dans une petite ville du Nouveau-Brunswick. Mark Van Nierop était recherché en vertu d’un mandat d’arrêt international. Il est accusé de violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente. L’homme de 49 ans s’était installé en France en 2008, à Château-Chinon-Ville, dans le département de la Nièvre. Il a pris la fuite à la fin de l’année 2013 lorsque la justice française s’est intéressée à son cas. Selon les médias français, il y aurait une soixantaine de plaintes déposées, entre autres pour instruments cassés dans les gencives, implants mal posés, dents saines arrachées, etc. Selon Le Parisien, le dentiste avait déjà été sanctionné aux Pays-Bas en 2001, 2003 et 2012. Cette semaine, on a découvert que Van Nierop vivait à Nackawic, au Nouveau-Brunswick, à environ 45 minutes de Fredericton, et a été arrêté par les autorités canadiennes. «Il a rencontré sur internet une femme de la région et il est venu ici pour vivre avec elle, a indiqué à l’Agence QMI une source. Elle nettoie le moulin de la ville.» Les fonctionnaires de l’Agence canadienne des services frontaliers et la GRC n’ont pas voulu commenter le dossier.

4 septembre 2014 : Un automobiliste qui conduisait avec les facultés affaiblies par l’alcool a blessé gravement un des passagers de son véhicule en entrant en collision avec un lampadaire, ce matin à Montréal. L’accident est survenu vers 2 h 45 sur le boulevard Langelier, près de l’intersection avec la rue Jarry, dans l’arrondissement Saint-Léonard. Le véhicule circulait en direction nord et a percuté un lampadaire. Aucun autre véhicule n’a été impliqué dans l’événement, a souligné le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal, Simon Delorme. Une passagère du véhicule a été gravement blessée dans la collision et se trouvait dans un état critique jeudi matin. Le conducteur a été arrêté par les agents du SPVM pour avoir conduit avec les facultés affaiblies. Le conducteur pourrait faire face à des accusations de conduite avec les facultés affaiblies causant des lésions.

4 septembre 2014 : L’homme qui a fait vivre un calvaire à plusieurs jeunes filles depuis quinze ans, en les agressant sexuellement près de la voie ferrée de Saint-Jérôme, vient d’écoper de 17 ans de prison. Patrick Desjardins, surnommé «l’agresseur de la voie ferrée», a fait au moins dix victimes entre 1998 et 2012, dont six mineures. Certaines ont été violentées, touchées, et d’autres ont été violées. La majorité des cas se sont déroulés à Saint-Jérôme, entre 1998 et 1999, mais deux autres ont également eu lieu à Terrebonne et à Mirabel, quelques années plus tard. L’accusé avait plaidé coupable à 33 chefs d’accusation, en janvier dernier. Jeudi, au palais de justice de Saint-Jérôme, le juge Carol Richer a condamné Patrick Desjardins, 37 ans, à 17 ans de prison, sans possibilité de libération conditionnelle avant la moitié de sa peine. Comme il est détenu depuis juin 2012, il lui restera 13 ans et 9 mois à purger. Desjardins a également été déclaré délinquant à contrôler, et il devra faire l’objet d’une surveillance pendant 10 ans, après sa sortie de prison. Le juge a dit tenir compte de la gravité «très élevée» des crimes et de la gradation de la violence dans les agressions de Desjardins. Le magistrat a ajouté qu’il se devait de donner une peine «exemplaire» et «dissuasive». L’accusé est resté impassible tout au long de la séance. Vêtu d’un chandail à manches longues noir et gris, il observait sans émotion le juge, pendant que ce dernier faisait un récit détaillé de toutes ses agressions. Il n’a pas non plus bronché lorsque sa sentence a été prononcée. La défense, elle, demandait six ans de prison et une période de surveillance de cinq ans après l’emprisonnement de M. Desjardins

4 septembre 2014 : Quelques semaines après avoir annoncé le changement de nom de 19 stations de métro, la Société de transport de Montréal (STM) fait marche arrière parce que son président Philippe Schnobb juge qu’il s’agit d’une mesure inutile. Lors de la séance, le président Philippe Schnobb a indiqué que le conseil d’administration «n’a approuvé qu’un changement de nom en avril dernier, celui de la station Square-Victoria». «Il n’y aura aucune modification de nom de station, aucune modification sur les quais, sur les cartes, sur les annonces sonores ou dans les trains […] on estimait que ce n’était pas nécessaire», a-t-il dit. Le 28 juillet dernier, le journal 24 Heures révélait que la STM comptait faire de légères modifications au nom de 19 stations de métro. Par exemple, la station Champ-de-Mars deviendrait celle du Champ-de-Mars. La société a également rajouté l’abréviation de l’Organisation de l’Aviation civile internationale (OACI) au nom de la station Square-Victoria, cette fois au coût de 125 000 $.

5 septembre 2014 : Le Parti québécois est revenu à la charge pour exiger que le gouvernement Couillard présente un plan pour soutenir le développement économique et la création d’emplois, et ce, dès la rentrée parlementaire. «Il s’est perdu 49 100 emplois à temps plein depuis le mois d’avril. Tous les indicateurs sont au rouge. Qu’attend le gouvernement pour agir?» a demandé le porte-parole du PQ en matière d’emploi, Dave Turcotte. Ce dernier réagissait aux nouvelles données publiées par Statistique Canada sur la situation de l’emploi en août. Selon l’organisme gouvernemental, il s’est créé 4100 emplois à temps partiel au Québec au cours du dernier mois. La province a toutefois perdu 1800 emplois à temps plein durant la même période. Le porte-parole du PQ pour les questions d’économie, Pierre Karl Péladeau, a reproché aux libéraux d’avoir «jeté aux poubelles» plusieurs politiques de développement économique mises sur pied par le précédent gouvernement péquiste.

5 septembre 2014 : La caution de 250 000 $ qui avait contribué à la remise en liberté de Pamela Porter a été bloquée parce qu’elle pourrait avoir en partie été payée par de l’argent sale, a indiqué vendredi l’Unité permanente anticorruption (UPAC). L’épouse de l’ancien directeur du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), Arthur Porter, qui avait été remise en liberté le mois dernier, a de nouveau été arrêtée en lien avec une accusation criminelle de recyclage des produits de la criminalité. Selon les autorités policières et judiciaires, une partie de ces produits aurait servi à payer sa caution de 250 000 $. En juin 2013, Pamela Porter a été extradée du Panama, où elle avait été arrêtée, quelques semaines plus tôt, en vertu d’un mandat d’arrestation internationale. Elle est soupçonnée d’avoir comploté avec Arthur Porter dans le but de recycler des produits de la criminalité. Mme Porter avait été remise en liberté sous certaines conditions, dont le paiement d’une caution qui fait aujourd’hui l’objet d’un blocage.

5 septembre 2014 : Des élèves de l’école primaire de Saint-Jean-Port-Joli ont fait une macabre découverte ce matin lors d’une sortie scolaire au Domaine de Gaspé. Ils ont découvert un cadavre dans l’aire de jeux. Seulement quelques élèves auraient aperçu la dépouille. Les responsables ont aussitôt fait monter les enfants dans les autobus pour retourner à l’école. Des psychologues ont été dépêchés sur place. Le soutien aux élèves et aux enseignants sera offert tant que le besoin se fera sentir. Le décès de l’homme a été constaté au centre hospitalier de Montmagny. Selon la Sûreté du Québec, il s’agirait d’un suicide.

5 septembre 2014 : Un cycliste de 29 ans est entre la vie et la mort à la suite d’une collision avec une voiture survenue dans l’arrondissement de Rosemont-La-Petite-Patrie, à Montréal. « On a reçu l’appel à 23h54, pour un accident au coin de la rue Saint-Zotique et de l’avenue Christophe-Colomb, a indiqué Stéphane Smith, d’Urgence-Santé. La victime a eu des blessures majeures à la tête et au thorax et a été transportée à l’hôpital dans un état critique au centre de traumatologie majeure. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’automobiliste, un homme dans la quarantaine, circulait vers le sud sur l’avenue Christophe-Colomb alors que le cycliste allait vers l’ouest sur la rue Saint-Zotique.

6 septembre 2014 : Le parti Vrai changement pour Montréal a annoncé que la conseillère municipale Lorraine Pagé succède à Mélanie Joly comme chef. Cette dernière continuera d’assumer la présidence du parti. « J’ai la profonde conviction que le Vrai changement pour Montréal a besoin d’une chef élue pour être en mesure de prendre une place significative dans le débat sur l’avenir de Montréal », a expliqué Mélanie Joly dans un communiqué. Selon la présidente, la nouvelle chef « est une femme d’action respectée par les Montréalais et par l’ensemble du conseil municipal, elle pourra offrir au Vrai changement pour Montréal la voix forte dont nous avons besoin au conseil municipal ». La désignation de Mme Pagé, à la suite d’une recommandation unanime du caucus, n’aura que peu de conséquences dans l’organisation du parti à l’hôtel de ville. Ainsi, Normand Marinacci, maire de L’Île-Bizard-Sainte-Geneviève, reste leader du parti et Justine McIntyre, conseillère de Pierrefonds-Roxboro conserve sa fonction de présidente du caucus. De plus, Steven Shanahan, conseiller de Ville-Marie sera responsable de l’organisation. « Notre parti est en bonne santé financière et il est structuré autour d’une équipe dynamique. Je sais que je peux compter sur un groupe d’élus intègres, ouverts d’esprit et motivés à bien servir les Montréalais », a indiqué Lorraine Pagé.

6 septembre 2014 : Un duplex de Lévis a subi de lourds dommages lors d’un incendie et qui, vraisemblablement, aurait pris naissance dans la luxueuse Corvette d’un des occupants de l’immeuble. Les dommages sont évalués à plus de 200 000 $, lorsque l’on inclut un garage adjacent au duplex, ainsi que la voiture incendiée qui n’était plus qu’un amas de ferraille. Le feu a débuté peu avant 4 h 30, au 1506, rue Hector-Fabre. À l’arrivée de la première équipe de pompiers, les flammes s’étaient déjà propagées à la grandeur du duplex, selon François Dubé, chef de division au Service de prévention des incendies de Lévis. M. Dubé avance que l’incendie aurait été provoqué par une défectuosité électrique de la voiture. Des techniciens en recherche et cause ont été dépêchés sur les lieux. L’hypothèse pourra être validée dans les prochains jours. Toujours selon le chef de division, le propriétaire du véhicule serait rentré à la maison peu avant minuit avec son bolide. « Il n’y avait rien d’anormal [selon le conducteur] », rapporte M. Dubé. L’incendie de deuxième alarme a finalement été maîtrisé vers 7 h. Les deux occupants du duplex incendié n’ont pas été blessés et ont été pris en charge par la Croix-Rouge. Les occupants de l’unité voisine ont été évacués et se sont relogés eux-mêmes. Les dommages à leur résidence sont mineurs.

6 septembre 2014 : Un jeune homme dans la vingtaine est décédé après avoir été atteint par balle dans le stationnement d’un établissement licencié, dans le quartier de Sainte-Dorothée, à Laval. Le drame s’est produit au coin de la rue Principale et du boulevard de l’Hôtel-de-Ville, près du Bar Chez Hervé, alors qu’une bagarre aurait éclaté entre plusieurs individus, vers 2h30. « Selon les premiers témoignages, la dispute verbale aurait débuté dans le bar avant de dégénérer à l’extérieur, a indiqué le porte-parole de la police de Laval Franco Di Genova. Quelqu’un aurait sorti une arme à feu et atteint la victime. » Les pompiers sont rapidement intervenus puisqu’une caserne se trouve juste en face du bar. «Ils ont administré les premiers soins, mais le décès de la victime a été constaté à l’hôpital», a ajouté M. Di Genova. Les enquêteurs devaient se rendre sur les lieux du drame afin de rencontrer les nombreux témoins. C’est le premier meurtre à survenir sur le territoire lavallois. Selon les autorités, 5 homicides avaient été commis en 2013 dans cette municipalité de la Rive-Nord de Montréal.

7 septembre 2014 : Un jeune homme de 19 ans est décédé ce matin des suites de ses blessures après avoir été atteint par balle quelques heures plus tôt, dans l’arrondissement de Saint-Léonard, à Montréal. « Vers 1h30, on a reçu un appel pour des coups de feu au coin de la rue Lacoursière et du boulevard Langelier, a indiqué François Collard, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). À l’arrivée des policiers, la victime, qui a été atteinte par au moins un projectile, gisait au sol. » Les ambulanciers ont rapidement transporté le jeune homme vers un centre hospitalier, où son décès a été constaté. Des enquêteurs du SPVM, des crimes majeurs et un maître-chien avaient été demandés sur les lieux afin de faire la lumière sur les circonstances exactes du meurtre. Aucun suspect n’avait été arrêté et les policiers n’étaient pas en mesure de communiquer de description du ou des agresseur(s). Pour les besoins de l’enquête, une section de la rue Lacoursière a été fermée à la circulation entre le boulevard Langelier et la rue Ravel. C’est le 19e meurtre à survenir sur le territoire. À pareille date l’an dernier, la police recensait 22 homicides.

7 septembre 2014 : Le détachement d’Halifax de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a retrouvé une famille perdue en forêt en utilisant un drone. Les deux adultes et leur enfant de 17 mois sont partis en forêt dans la région de Topsail Lake, à 15 kilomètres au nord-est d’Halifax. À la tombée de la nuit ont appelé la police parce qu’ils s’étaient égarés. Grâce au drone, un petit aéronef sans équipage d’une valeur de 30 000 $, les autorités ont retrouvé la famille dans un secteur très boisé. La GRC d’Halifax a acheté cinq drones cette année et les utilise dans des opérations de recherche et sauvetage, ainsi que des situations d’urgence.

7 septembre 2014 : Une sortie à véhicule tout-terrain (VTT) a tourné au drame pour un jeune homme de 19 ans qui a péri, cet après-midi, à Percé, en Gaspésie. Vers 15 h 40, le jeune homme a perdu la maîtrise de son engin à la suite d’un saut par-dessus une butte de sable, derrière une école de la route des Pères. Il a été éjecté du bolide en plus de perdre son casque lors de l’accident avant d’être transporté à l’hôpital en ambulance où son décès a été constaté. Une enquête a été ouverte pour connaître toutes les circonstances entourant le décès. L’alcool ne serait pas en cause.

7 septembre 2014 : Une alerte à la bombe à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu de Québec tenait les policiers sur le qui-vive tard dans la soirée. Toutes les ambulances ont été détournées vers les autres hôpitaux de la région. Deux femmes transportées en ambulance se sont barricadées dans les toilettes de l’urgence vers 22h15 après être passées par le triage, a confirmé la porte-parole du CHU de Québec, Geneviève Dupuis. Il semble que l’une d’entre elles voulait parler avec un médecin. Lorsque des policiers ont tenté de communiquer avec elles, les dames suspectes les ont prévenus de la présence d’un engin explosif à leur côté. « Allez-vous-en, il y a une bombe », auraient-elles lancé, avant qu’une vaste opération policière soit déclenchée dans le secteur. Le périmètre de sécurité s’étendait de la rue des Remparts à la rue Saint-Jean, en passant par la côte du Palais, où est situé l’hôpital. Les artificiers et le groupe tactique d’intervention du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) sont arrivés pour vérifier le sérieux de l’alerte et négocier avec les deux femmes. Les pompiers sont aussi sur les lieux. La Sûreté du Québec a aussi été appelée sur les lieux en renfort. La porte-parole du SPVQ, Catherine Viel, a mentionné ne pas pouvoir communiquer de détails sur les revendications que les femmes pourraient avoir ou sur les prochaines étapes de l’opération. Selon elle, il est possible que le périmètre soit encore fermé lors du début de l’heure de pointe, tout dépendant du déroulement des négociations. Les patients se trouvant à l’intérieur de l’urgence ont également été évacués alors que ceux sur les étages attendaient la suite des événements. Une transplantation cardiaque prévue dans l’établissement s’est tout de même déroulée sous haute surveillance de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). « Nous avons une capacité de 15 civières et on avait des patients sur 12 d’entre elles. Ils ont été envoyés au sixième étage et les autres patients ont été invités à aller dans d’autres urgences », a indiqué Mme Dupuis. Des autobus du RTC se dirigeaient vers l’hôpital pour une évacuation. L’Hôtel-Dieu de Québec est un hôpital majeur qui abrite le centre d’oncologie de l’Est de la province.

Voir aussi : Les événements qui ont eu lieu entre le 8 septembre et le 14 septembre 2014

centre de la nature

Soirée au centre de la nature

Une belle soirée de septembre au Centre de la nature de Laval. Photo : GrandQuebec.com

Nos sources pour ces nouvelles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>