Ligne du temps : 2014

1er août – 7 août

1er août – 7 août

C’est arrivé au Québec du 1er août  jusqu’au 7 août 2014

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 29 juillet jusqu’au31 juillet 2014

1er août 2014 : L’identité de la victime du 18e homicide survenu ce soir sur la rue Michel-Ange, près du boulevard Saint-Michel, à Montréal est Ducarme Joseph. Le caïd et ex-leader du gang 67 était considéré comme l’un des plus importants acteurs du crime organisé de la métropole. En 2010, Ducarme Joseph avait déjà été la cible de la fusillade au Flawnego, boutique dans le Vieux-Montréal dont il était propriétaire. La fusillade avait fait deux morts et deux blessés.

1er août 2014 : La municipalité de Pont-Rouge, dans la région de Portneuf, a été durement touchée par une tornade qui a soufflé jusqu’à 150 km/h. Vers 17h, les secteurs du Lac Henry et du Grand-Capsa ont été balayés par un couloir de vents violents sur une distance d’environ 200 mètres. Selon les spécialistes, il s’agit de la sixième tornade de l’année au Québec. La force a été évaluée à EF1, une intensité à laquelle les dommages sont qualifiés de modérés. Environ 26 % des tornades appartiennent à cette catégorie. «On n’aime pas ça, mais […] les dommages ne sont que matériels à première vue. Il y a beaucoup d’ouvrage, mais ce n’est pas si mal dans les circonstances», a expliqué le maire Ghislain Langlais. Selon lui, le désastre a été évité de peu. Des témoins ont signalé d’autres dégâts comme des toits arrachés et quelques dizaines d’arbres déracinés. Les équipements d’Hydro-Québec ont aussi été endommagés. Au moins quatre poteaux devront être remplacés d’urgence. Une vingtaine de maisons ont été touchées à divers degrés mais il n’y aurait pas de blessés. Par mesure de précaution, l’électricité a été coupée», a précisé le directeur général de la Ville de Pont-Rouge, Jacques Bussières. Les autres tornades de l’année 2014 sont survenues à Roxton Falls (26 mai), Laforce (30 juin), Sainte-Apolline-de-Patton (9 juillet), Saint-Fabien-de-Panet (9 juillet) et Lambton (9 juillet).

1er août 2014 : Une opération policière d’envergure s’est déroulée, dans le secteur d’Aylmer, à Gatineau, possiblement à la suite de la découverte d’un corps inanimé à l’intérieur d’une résidence. Peu après 13 h, de nombreux policiers se sont présentés à la maison de la rue Jean-Louis-Morin, dans l’ouest de la ville, et ont érigé un important périmètre de sécurité. Au moins une personne sans vie aurait été retrouvée à l’intérieur, mais la police de Gatineau a refusé de confirmer cette information tout au long de la journée. La personne qui a fait cette découverte a subi un choc nerveux et a été conduite dans un centre hospitalier. En soirée, la police indiquait qu’à première vue, il n’y a aucun élément suspect pouvant laisser croire qu’un crime a été commis. Des enquêteurs de la police de Gatineau se sont rendus sur place pour fouiller la maison et tenter de comprendre ce qui s’est produit. Des voisins qui habitent ce secteur cossu seront également rencontrés.

1er août 2014 : Le ministre des Finances Carlos Leitao s’attend à un «rebond important» dans la situation de l’emploi au Québec d’ici à la fin de 2014. Après des chiffres «relativement décevants» en mai et en juin, qui reflètent selon lui la faible croissance économique en Amérique du Nord au premier semestre, l’économiste, en fonctions à Québec depuis la fin avril, refuse de faire des prévisions quant au nombre de nouveaux emplois attendus. «Les chiffres mensuels sont très volatils(…), mais à mesure que l’économie américaine reprend, et ça semble bien amorcé pour le deuxième semestre, on s’attend à un rebond important de l’emploi au Québec quelque part au deuxième semestre, et que ça continue en 2015», a-t-il dit en entrevue à Argent. En raison de l’objectif «clair et ferme» d’atteindre l’équilibre budgétaire en 2015-2016, la fonction publique québécoise devra renoncer à l’idée de faire le plein de sang neuf au cours des prochains mois. «Nous allons geler la masse salariale du secteur public. Par la suite, une fois l’équilibre atteint, les dépenses des programmes pourront augmenter au rythme des revenus», indiqué le ministre. M. Leitao estime par ailleurs que son budget présenté le 4 juin a «grandement contribué» à ce que la firme de notation Moodys Investors Services de New York maintienne la cote de crédit du Québec (AA2) avec une perspective stable. «On a pris les mesures nécessaires pour qu’on maintienne la cote de crédit du Québec. On a donné les cibles pour les dépenses des programmes, et il faut maintenant les atteindre. S’il faut prendre des mesures additionnelles, on le fera. L’équilibre budgétaire n’est pas négociable», a-t-il assuré.

2 août 2014 : Le nombre de faillites au Québec a reculé de 5,7 % en mai dernier par rapport à la même période un an plus tôt. Il ne faut toutefois pas se réjouir trop vite, puisqu’on constate que le nombre de consommateurs qui ont conclu une entente avec leurs créanciers était en hausse de 8,6 %. « Ça vient confirmer cette tendance amorcée il y a environ trois ans », a commenté Éric Lebel, associé en redressement et insolvabilité chez Raymond Chabot Grant Thornton. « Depuis les modifications de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité, en 2009, les délais de libération d’une faillite se rapprochent des termes de propositions des créanciers, qui varient entre 36 et 60 mois, a expliqué M. Label. Cette option devient donc beaucoup plus intéressante qu’avant. » Le nombre total de dossiers d’insolvabilité est resté relativement stable, en légère baisse de 0,6 %, pour atteindre 3921 en mai. Il est difficile d’analyser ces données à court terme, mais il est assurément trop tôt pour affirmer que la situation financière des ménages s’améliore. Au Canada, le nombre total de dossiers d’insolvabilité déposés en mai 2014 a reculé de 3,7 % par rapport à mai 2013. Le nombre de faillites a enregistré une baisse encore plus marquée, de 6,6 %, et le nombre de propositions a connu une légère augmentation de 0,5 %. Le Québec demeure le champion des faillites d’entreprises avec la moitié de toutes les cessions répertoriées au Canada. Au total, 198 entreprises d’ici ont connu des problèmes financiers, en mai seulement. Le portrait est plus réjouissant pour l’ensemble du pays, alors que le total des dossiers d’insolvabilité a connu une baisse de 4,9 % entre mai 2013 et mai 2014. Le nombre de faillites a chuté de 4,5 % et les propositions de 5,8 % pendant cette même période.

2 août 2014 : Le conducteur d’un semi-remorque s’est retrouvé dans une fâcheuse situation dimanche matin, lorsque son camion est resté coincé sous un viaduc du CN, au centre-ville de Montréal. Vers 1 h du matin, le véhicule qui circulait sur la rue Saint-Maurice s’est retrouvé coincé sous le viaduc menant à la rue de Nazareth, à proximité de l’autoroute 10. Des policiers avaient veillé à bloquer la circulation le temps que le véhicule soit délogé. Bien que les dommages semblaient mineurs, des ingénieurs du CN s’étaient tout de même déplacés pour vérifier l’état de la structure.

2 août 2014 : Un petit avion s’est renversé sur le lac Rhéaume, à Val-des-Monts, en Outaouais, à la suite d’un amerrissage d’urgence. L’appareil, un Challenger II, a connu des problèmes quelques minutes après le décollage, selon les informations recueillies par les policiers. Il y aurait eu une perte de puissance soudaine du moteur. La pilote a aussitôt décidé d’amerrir. Ce faisant, l’appareil ultraléger s’est renversé sur le côté. Le pilote et le passager qui se trouvaient à l’intérieur n’ont pas été blessés. Ils ont été extirpés de l’appareil par des passants qui se trouvaient sur une embarcation et par les pompiers dépêchés sur les lieux. Le Bureau de la sécurité des transports du Canada a été avisé de l’accident.

3 août 2014 : Un homme barricadé pendant plus de 10 heures dans son appartement de Sainte-Catherine, en Montérégie, et qui était armé d’un couteau a été interpellé par les policiers. Les agents du groupe d’intervention tactique de la Sûreté du Québec sont pénétrés dans l’appartement. L’homme de 49 ans a été transporté dans un centre hospitalier, mais il n’a pas été blessé dans l’intervention, a indiqué le sergent Daniel Cyr, de la Régie intermunicipale de police Roussillon. L’homme était enfermé dans son appartement depuis 15 h 30, dimanche. Il était en crise. Peu après leur arrivée, les policiers ont évacué l’immeuble de six à huit logements, situé entre les boulevards Marie-Victorin et Saint-Laurent. Ils ont fermé la rue de l’Union à la circulation dans ce secteur. Depuis 22 h, c’est la Sûreté du Québec qui négociait avec l’homme qui ne voulait pas se rendre.

3 août 2014 : Une quarantaine de citoyens ont manifesté dimanche après-midi à Saint-Jérôme, dans les Laurentides, afin d’exiger qu’une enquête soit ouverte sur des agressions à l’huile chaude contre des chats. «Il y en a qui vont dire: « ce sont juste des chats », mais ce sont des vies», a lancé l’organisatrice de la manifestation, Johanne Bernier, la gorge nouée. Elle a d’ailleurs pris soin de plusieurs félins, probablement abandonnés, qui ont été aspergés d’huile chaude et laissés dans cet état en pleine rue dans le quartier Lafontaine, à Saint-Jérôme. La femme estime que ces cas de cruauté animale sont inacceptables et doivent cesser. «Il faut arrêter ça, il faut mettre un stop à la cruauté. On l’a écrit sur nos pancartes: « Cruauté envers les animaux = tolérance zéro »», a-t-elle dit. Accompagnée de la quarantaine de manifestants, Mme Bernier s’est rendue au poste de police afin de dénoncer ce qu’elle qualifie d’inaction de la part des forces de l’ordre dans ce dossier. Tous ont déposé une plainte en bonne et due forme, en plus de pouvoir s’entretenir avec un sergent en poste. «L’officier m’a assuré que, oui, il allait prendre la plainte au sérieux», a confirmé Mme Bernier. Un lieutenant devrait contacter les plaignants en début de semaine et une enquête pourrait être ouverte afin de trouver le ou les coupables de ces agressions cruelles envers les chats de Saint-Jérôme.

3 août 2014 : «I don’t stop for cops», telle était la devise du présumé fondateur de Demon Road Qc, Tommy Barr-Longuépée, le roi déchu de la vitesse extrême qui s’est retrouvé derrière les barreaux, ce week-end, après avoir été arrêté par la Sûreté du Québec. «Avis à tous les amis à Tommy Barr… il fait dire qu’il prend des vacances à Orsainville donc ne plus l’appeler, ni texte rien du tout!! Merci (sic)», a écrit la conjointe du mordu d’adrénaline, V-Ronik Gothier, sur le profil Facebook du jeune homme de 28 ans, samedi. La SQ a mis la main au collet de celui qui avait attiré l’attention de nombreux internautes, au cours des dernières semaines, avec la diffusion de ses escapades à moto effectuées à près de 300 km/h sur des autoroutes de la région de Québec. Avant son arrestation, Barr-Longuépée n’hésitait pas à manifester publiquement sur Facebook sa haine envers les policiers, sa fierté pour ses plants de marijuana, en plus de se vanter de ses cascades en moto sur la voie publique. Multipliant les doigts d’honneur sur les photos partagées sur le réseau social, l’accusé brandit une affiche indiquant «fuck la police» et étale de nombreuses contraventions. La SQ doit analyser le matériel saisi sur l’avenue Champfleury et sur le boulevard Sainte-Anne, à Québec, pour établir des liens avec ces événements. «L’important, c’est d’obtenir la preuve qu’il est impliqué directement dans les fuites des policiers et les infractions qu’il a commises sur les vidéos», a ajouté le porte-parole. Barr-Longuépée restera incarcéré et doit revenir en cour le 6 août pour son enquête sur remise en liberté.

4 août 2014 : L’autoroute Félix-Leclerc a été fermée pendant plusieurs heures dans l’arrondissement de Beauport, à Québec, parce qu’une personne y a effectué une chute mortelle, depuis le viaduc Saint-David. Pour une raison qu’il est encore impossible d’expliquer, un homme est tombé du viaduc surplombant l’autoroute vers 22 h. Après sa chute, des véhicules circulant sur l’autoroute sont entrés en collision avec son corps. La voie rapide a été fermée pendant la nuit afin que les enquêteurs puissent déterminer les circonstances de cette chute. L’autoroute a été rouverte vers 4 h 15. L’hypothèse du geste volontaire est étudiée par les policiers.

4 août 2014 : Un garçon de 5 ans a perdu la vie samedi dans un accident de véhicule tout-terrain (VTT) à Clova, en Mauricie. Le petit, qui n’était pas surveillé par un proche, était seul au volant. Sur l’heure du midi, le père du bambin l’a retrouvé coincé sous l’engin. Des manœuvres de réanimation ont été entreprises jusqu’à ce que le petit soit transporté par hydravion au centre hospitalier de La Tuque, près de 300 km au sud-est de Clova. C’est là-bas que son décès a été constaté. L’enfant conduisait un VTT à moteur de 90 CC. La petite taille du véhicule laisse croire qu’il s’agit d’un jouet pour enfant, mais la législation est claire: aucune personne de moins de 16 ans ne peut conduire un VTT seule et sans surveillance. « La loi sur les véhicules hors route s’applique sur tous les terrains: qu’on soit sur un terrain privé, un sentier ou un chemin public, la loi sur les véhicules hors route s’applique», explique l’agent Hugo Fournier de la Sûreté du Québec. Il est possible que des accusations criminelles soient portées dans ce dossier.

4 août 2014 : Un déversement d’environ 500 litres d’eau de Javel industrielle s’est produit à l’usine Norampac, de Cascades, à Kingsey Falls, dans le Centre-du-Québec. L’événement s’est produit lors de la chute d’un contenant de manutention sur le site de l’usine, peu après 8 h. En plus de s’introduire dans le sol, l’eau de Javel s’est aussi déversée dans la rivière Nicolet Sud-Ouest. «Il n’y a eu personne de blessé ou d’incommodé par le produit, a dit Hugo D’Amours, vice-président, communications et affaires publiques chez Cascades. Il n’y a pas eu d’impact sur les travailleurs.» «Au niveau de la rivière, il y a des poissons qui ont été retrouvés morts au point d’impact et sur une distance d’environ 300 mètres, a indiqué Stéphanie Lemieux, porte-parole du ministère de l’Environnement. Malheureusement, c’est un produit qui est liquide et très soluble, donc il n’y a aucune récupération possible dans la rivière.» Quant à l’eau de Javel qui s’est déversée sur le sol, des produits absorbants ont été mis en place par l’entreprise pour confiner la substance. «Il y a des travaux d’excavation en cours pour excaver les sols contaminés dans la cour de l’usine», a ajouté la porte-parole du ministère. D’après Stéphanie Lemieux, l’eau de javel qui s’est répandue a une teneur de 12 % en hypochlorite de sodium, ce qui en fait une matière dangereuse. À titre de comparaison, l’eau de Javel domestique a une teneur de 4 % ou 6 % en hypochlorite de sodium. Ce déversement ne devrait avoir aucun impact sur la qualité de l’eau potable pour les villes qui s’approvisionnent dans la rivière Nicolet Sud-Ouest, a tenu à préciser Stéphanie Lemieux. «La prise d’eau de la ville de Nicolet est située à 90 km en aval du déversement, a-t-elle spécifié. C’est une distance très importante. La Ville est informée et elle surveille la situation. Pour le moment, on n’appréhende pas d’impact, mais s’il y a un risque quelconque, la Ville prendra les mesures qui s’imposent.» De leur côté, les experts du ministère de l’Environnement «tentaient de déterminer la longueur possible de l’impact dans la rivière, avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs», a ajouté la porte-parole. Une enquête plus approfondie permettra de déterminer si l’entreprise se verra imposer une amende à la suite de cet événement.

5 août 2014 : Un homme de 53 ans qui avait été surpris à se masturber dans deux parcs de Trois-Rivières, a comparu pour répondre à deux chefs d’accusation d’action indécente. L’homme était près d’une piscine quand il a été interpellé par les policiers une première fois, le 3 août dernier. Des témoins l’avaient alors pris en photo. Ces photos ont beaucoup circulé sur Facebook. Il aurait recommencé le lendemain dans un autre parc et il a été reconnu. Les policiers ont alors procédé à son arrestation. Son enquête sur remise en liberté a été fixée à jeudi.

5 août 2014 : La vie de Félix, de Mont-Saint-Hilaire, en Montérégie, avait commencé difficilement: né prématurément, il est resté aveugle. Malgré son handicap, c’est un véritable prodige de la guitare. Le jeune garçon de maintenant 10 ans n’arrive pas vraiment à expliquer ce qu’il se passe: la musique sort, c’est tout. Ses parents lui ont acheté sa première guitare à l’âge de 6 ans. Il l’accordait tout seul. «À un moment donné, on était dans le salon, moi et mon chum, et on se disait: « est-ce que c’est Félix? Baisse donc le son de la télé ». On baisse le son, et c’était vraiment Félix. On pensait que c’était la radio, c’était Félix qui jouait», a raconté sa mère, Marie-Eve Soucy. Il a beau n’avoir que 10 ans, le blues, surtout le vieux, ça lui parle. «Mon copain lui a fait écouter une toune, du vieux blues des années 20, une toune de Robert Johnson. La première fois qu’il l’a écoutée, il a cliqué dessus, il la savait par coeur après une écoute. Ç’a comme été une révélation pour lui», a ajouté sa mère. Le blues, né des champs d’esclaves du sud des États-Unis, a donné plusieurs musiciens aveugles: Blind Blake, Blind Willie McTell, entre autres. Étrangement, c’est dans cette musique des sans-voix d’Amérique que le petit garçon a trouvé la sienne. «C’est peut-être une question de coeur, il le ressent peut-être», a commenté la maman. Karina le suit au camp de jeunes pour non-voyants depuis trois ans. «Il parle beaucoup plus, il va venir nous poser des questions, essayer d’avoir plus d’informations, alors qu’avant, il était plus renfermé», a expliqué sa monitrice de camp. Félix dit qu’il se sent bien quand il joue. Robert Johnson, Blind Blake et les autres auraient sans doute dit exactement la même chose.

5 août 2014 : Pendant que les partis d’opposition accusent Philippe Couillard d’avoir menti aux Québécois, le gouvernement libéral étudie les moyens qui lui permettraient de limiter la prochaine hausse des tarifs d’électricité à l’inflation plutôt qu’à 3,9 %, comme le réclame Hydro-Québec. «Préoccupé» par cette nouvelle demande de hausse des tarifs d’électricité que vient de déposer Hydro-Québec, le gouvernement Couillard cherche maintenant à savoir comment, en vertu de la loi sur Hydro-Québec, le ministre de l’Énergie et des ressources naturelles, Pierre Arcand, pourrait intervenir. «L’engagement que nous avions en campagne électorale, c’était de maintenir les hausses à l’inflation, alors on va essayer d’étudier l’ensemble des outils qui s’offrent à nous pour mieux encadrer les hausses (…) futures, et celle-ci», a fait savoir Guillaume Demers, conseiller politique et aux communications du ministre Arcand. Comme la plupart des ministres, M. Arcand est présentement en vacances. «(M. Couillard) a renié sa promesse», a déploré de son côté Antonine Yaccarini, attachée de presse de l’aile parlementaire péquiste. «On a menti aux Québécois, purement et simplement, a tranché pour sa part François Bonnardel, leader parlementaire de la Coalition Avenir Québec. Encore une fois, les contribuables vont faire les frais de ces mauvaises décisions économiques que le gouvernement a décidé de prendre.»

5 août 2014 : Justin Trudeau est critiqué par une organisation musulmane canadienne, parce qu’il a visité une mosquée qui est considérée par les militaires américains comme un centre de recrutement d’Al-Qaïda. La mosquée Al Sunnah Al-Nabawiah est située dans sa circonscription de Papineau. Le chef libéral a confirmé en fin de semaine dernière qu’il s’était présenté à la mosquée Al-Sunnah Al-Nabawiah, qui respecte une interprétation stricte de l’islam basée sur le wahhabisme. «Je pense que je suis probablement allé dans chaque différente mosquée de ma circonscription, a déclaré M. Trudeau. Je connais un certain nombre de personnes qui ont été inscrites par le gouvernement américain sur une liste d’interdiction de vol et nous prenons nos propres décisions au Canada pour ce genre de choses, parce que le gouvernement américain est connu pour faire des erreurs de temps en temps.» Le fondateur du Congrès musulman canadien, Tarek Fatah, a trouvé «scandaleuse» la réponse du chef libéral. «Cette mosquée qu’il nomme avec fierté est, selon sa propre description, une mosquée wahhabite, qui sert d’exemple à l’État islamique, le Hamas, Al-Qaïda et les talibans» a-t-il déclaré à l’Agence QMI. Toujours selon M. Fatah, le chef libéral aurait mieux fait de «dénoncer le jihad, la charia et la haine envers le Juif, qui constituent la base des sermons de la mosquée». Le Bureau du premier ministre Harper a accusé M. Trudeau «d’aller à la pêche aux votes auprès des extrémistes religieux dans nos propres collectivités. Il est clair qu’on ne peut faire confiance à Justin Trudeau pour protéger les Canadiens.»

6 août 2014 : Un Rwandais recherché pour des crimes de guerre perpétrés dans son pays, Jean-Léonard Teganya, a été arrêté après qu’il eut traversé illégalement la frontière entre le Canada et les États-Unis, a rapporté le Bangor Daily News, citant des informations de la U.S. Customs and Border Protection. L’homme de 42 ans a été appréhendé par un agent de services frontaliers américains à Houlton, dans l’État du Maine, après avoir reçu des informations de la part d’un citoyen à propos d’une personne suspecte qui marchait aux abords de la frontière. Jean-Léonard Teganya, qui a résidé à Laval, «est visé par un mandat de renvoi pancanadien parce qu’il est interdit de territoire au Canada, peut-on lire sur la fiche qui lui est consacrée dans la liste des personnes recherchées par l’ASFC. Il a été établi que cet individu a violé des droits humains ou internationaux en vertu de la Loi sur les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre ou de la loi internationale.» Teganya a été remis au service des douanes en charge de l’immigration.

6 août 2014 : Une jeune femme de 21 ans a été arrêtée en lien avec une quarantaine d’introductions par effraction au cours des deux derniers mois dans les Bois-Francs. Stéphanie Beaudoin, de Victoriaville, commettait ses larcins accompagnée de son caniche blanc, selon la police. Elle se déplaçait dans une voiture Mitsubishi Lancer 2013 avec des jantes de couleur rose. Un garçon de 13 ans aurait été son complice dans plusieurs cambriolages. Ce dernier a été libéré avec promesse de comparaître. Lors de l’arrestation de Stéphanie Beaudoin à la Fromagerie Victoria, à Victoriaville, la Sûreté du Québec a retrouvé des armes à feu et certains biens volés dans le véhicule de la jeune femme. La résidence de son père, située sur le rang Courtois, a été perquisitionnée comme trois autres maisons situées à Victoriaville, à Sainte-Sophie-d’Halifax et à Laurierville. Des bijoux, des appareils électroniques, des armes à feu et de l’argent ont été retrouvés. La voiture de la jeune femme a été saisie comme un bien ayant servi à commettre un crime. Selon l’agent Hugo Fournier, de la SQ, la jeune femme s’introduisait dans les résidences par des fenêtres de sous-sol lors de l’absence des propriétaires. Les crimes sont survenus à Plessisville, Princeville, Victoriaville, Chesterville, Saint-Ferdinand, Sainte-Sophie-d’Halifax et Saint-Norbert-d’Arthabaska. Stéphanie Beaudoin a comparu sous deux chefs d’accusation pour des cambriolages perpétrés à Saint-Norbert-d’Arthabaska. Le procureur de la poursuite, Me Anthony Cotnoir, s’est opposé à sa remise en liberté. Elle demeurera détenue d’ici vendredi lors de son retour en cour pour son enquête sous caution. En entrevue, Me Cotnoir a déclaré que plusieurs autres chefs d’accusation seront déposés vendredi la concernant. Stéphanie Beaudoin est étudiante et devait être reçue infirmière auxiliaire dans deux mois. Elle avait également un emploi d’été comme serveuse. Son avocat, Me Denis Lavigne, a affirmé que les parents de la jeune femme n’avaient absolument rien vu venir. «Elle n’a aucun antécédent judiciaire, avait une bonne réputation. Il s’agit peut-être d’une erreur de parcours ou un problème de santé mentale», a commenté l’avocat qui compte bien faire examiner sa cliente par des professionnels de la santé.

7 août 2014 : On apprend qu’un octogénaire est resté sur le plancher de sa chambre durant quatre jours avant qu’on vienne le secourir dans une résidence pour retraités de la Mauricie. Denis Aubry a fait une chute près de son lit. La pharmacie du quartier a appelé l’homme à plusieurs reprises pour renouveler ses prescriptions, sans succès. Les employés de la pharmacie ont alors contacté la résidence de M. Aubry, inquiets pour l’octogénaire. Les responsables de la résidence ont découvert M. Aubry couché au sol seulement le jeudi d’après, soit quatre journées après sa chute. Denis Aubry était toujours vivant et conscient lorsqu’il a été secouru par le personnel de la résidence pour personnes âgées. Il a été transporté à l’hôpital où son état s’est rapidement détérioré. L’octogénaire était déshydraté, il avait fait un infarctus, avait attrapé une pneumonie, avait subi plusieurs fractures. Denis Aubry est décédé le 29 juillet dernier, sept jours après avoir été trouvé sur le plancher de sa chambre. Entouré des membres de sa famille, l’homme a pu raconter ses derniers jours. «C’est un tiers qui a avisé la résidence, nous on trouve qu’il y a eu manque quand mon père ne se présente pas à son dîner et que sa voiture est dans le stationnement», estime Patrick Aubry, le fils du défunt. L’homme habitait dans les résidences Le Coin St-Paul à Trois-Rivières, un établissement haut de gamme pour personnes autonomes. La famille a envoyé une mise en demeure à la résidence Le Coin St-Paul.

7 août 2014 : Les avocats de deux familles des victimes québécoises de l’écrasement d’Air Algérie ont envoyé une demande à la justice française pour connaître la vérité sur le drame. «Les familles des disparus veulent savoir ce qui s’est passé et ils ont le droit. C’est une étape dans notre recherche de responsabilité qui mènera ensuite à une indemnisation», explique Me Gérard Samet, un avocat du Québec qui s’est allié à un confrère en France pour représenter conjointement 10 victimes de l’écrasement. Au Québec, les deux avocats représentent la femme et les enfants de Mamadou Zoungrana de l’Outaouais, ainsi que la conjointe et le fils de Bassirou Yameogo de Jonquière, qui se trouvaient à bord du vol AH5017 le 24 juillet dernier. Me Samet soutient que jusqu’à présent très peu d’informations concernant les circonstances de l’écrasement ont été communiquées. «Dans une journée, ils ont dit à un moment que la boîte noire était cassée, ensuite, qu’il n’y avait rien d’enregistrer sur la bande, puis qu’il n’était pas capable de la lire…», soupire-t-il. À ce jour, les familles n’ont reçu aucune indemnité des assureurs d’Air Algérie, selon Me Samet.

7 août 2014 : Un homme dans la trentaine a donné du fil à retordre aux policiers lorsque, traqué par ceux-ci à la suite d’un vol qualifié dans une institution financière de Saint-Hyacinthe, il a refusé d’immobiliser son véhicule, déclenchant une poursuite policière. Le suspect a finalement été intercepté à Drummondville, une vingtaine de minutes après le début de sa cavale. Le tout a débuté un peu avant 20 h, lorsque l’homme a pénétré dans une institution financière du boulevard Laframboise, à Saint-Hyacinthe. «Il a brandi une arme blanche pour se diriger ensuite vers un comptoir, empocher une somme d’argent et quitter à bord d’un véhicule, en compagnie d’une femme», a indiqué la sergente Mélanie Dumaresq, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ). Des témoins ayant pu donner une description du véhicule aux policiers, ceux-ci ont localisé le fugitif dans le secteur de la municipalité de Saint-Simon et l’ont pris en chasse. Après une poursuite d’une vingtaine de minutes, le véhicule du suspect a été intercepté à Drummondville, sur la rue Edgard. L’homme et sa passagère ont tous deux été arrêtés sur place. Dans sa course, il a heurté à Drummondville une quinzaine de véhicules, dont au moins une autopatrouille de la SQ, mais sans faire de blessés. «L’homme a été interrogé jeudi soir par nos enquêteurs et il comparaîtra vendredi sous plusieurs accusations, possiblement de vol qualifié, fuite et conduite dangereuse», a ajouté la sergente Dumaresq. On ne sait encore pas, si l’individu est connu des services policiers ni s’il a des antécédents judiciaires.

Voir aussi : nouvelles du 8 août  – 14 août 2014.

garde de nuit

La Garde de nuit

Sortie en forêt, la garde de nuit… Photo : GrandQuebec.com

Voir aussi nos sources pour ces nouvelles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>