Ligne du temps : 2014

15 mai – 21 mai

15 mai – 21 mai

C’est arrivé au Québec entre le 15 mai et le 21 mai 2014

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 8 mai jusqu’au 14 mai 2014

15 mai 2014 : Pour la première fois, les deux présidents de Power Corporation, André et Paul Desmarais Jr, ont évoqué clairement l’abandon de l’édition papier du journal La Presse, et la disparition pure et simple des journaux régionaux comme Le Soleil de Québec et Le Quotidien de Saguenay. Lors de l’assemblée annuelle des actionnaires de Power Corporation qui avait lieu jeudi à Montréal, Paul Desmarais, jr a expliqué à un actionnaire qu’à terme, La Presse ne sera plus imprimée. En conférence de presse plus tard, les deux patrons ont précisé leur pensée. «Ce qu’on a réalisé lors de la dernière année et cette année, c’est qu’il y a une chute énorme des revenus publicitaires qui viennent du national et aussi du détail. Ça augure mal pour la survie des quotidiens, là je parle de l’imprimé», a indiqué André Desmarais qui dit miser sur le numérique et leur nouveau média, La Presse+. Du même souffle, les deux dirigeants ont précisé que la fin de la version papier n’est pas encore planifiée complètement. «…Peut-être qu’on pourrait garder le samedi et le mercredi, je n’en ai aucune idée», a-t-il souligné. Ce qui est sûr, c’est que cet important changement va amener des bouleversements à l’intérieur de l’entreprise qui devra assurément faire des mises à pied. «C’est une réalité, ce n’est pas à cause de nous. C’est un médium et les gens en veulent moins. C’est évident que si les gens n’en veulent pas et les publicitaires ne sont pas prêts à mettre de la publicité dans les journaux, c’est évident qu’il y aura des mises à pied à faire», a souligné André Desmarais. Les journaux en région comme Le Soleil à Québec subiront aussi des impacts importants. Outre le quotidien de la Capitale, la filiale Gesca détient Le Droit, La Voix de l’Est, La Tribune, Le Nouvelliste et Le Quotidien. «Que va-t-il arriver à ces quotidiens-là ? Eh bien, ils vont disparaître. Il n’y a pas de question. Il faudra qu’ils aient des discussions sérieuses en espérant trouver une façon d’intégration, peut-être à la tablette»,  a souligné M. Desmarais. Malgré ce sombre portrait, les deux dirigeants fondent de grands espoirs sur La Presse+, leur nouveau média disponible sur tablette. Il s’agit selon eux d’un succès avec un total de 490 382 abonnements. «C’est un produit nouveau qui a un bon succès. Ça rajeunit notre lectorat, et ça amène un nouveau lectorat. On est confiant que ça va bien marcher. On a 140 000 lecteurs par jour. (…) C’est un autre business qu’on va développer qui améliore la rentabilité de Gesca», a souligné André Desmarais.

15 mai 2014 : Les policiers du Service de police de la Ville de Montréal ont confirmé, ce soir, la thèse de l’homicide après qu’une femme de 83 ans ait été retrouvée sans vie dans son appartement du quartier Villeray, à Montréal, le matin même. «C’est vers 23h55, que l’enquête a confirmé qu’il s’agissait du 6e homicide de l’année, à Montréal», a indiqué l’agent Jean-Pierre Brabant. La fille de la victime qui avait été trouvée par les policiers sur les lieux était toujours dans un état critique. La femme de 59 ans ne portait pas de marque de violence, mais avait subi un choc nerveux. «Quand son état le permettra, elle sera rencontrée par les policiers et des accusations criminelles pourraient être portées contre elle», a confirmé M. Brabant.

15 mai 2014 : Le corps d’un homme a été retrouvé sur les berges du canal de Lachine, à Montréal, ce soir, vers 23h20. « C’est un homme qui promenait son chien vers le boulevard Saint-Joseph et la 7e Avenue [dans l’arrondissement de Lachine] qui a fait la découverte », a précisé l’agent Jean-Pierre Brabant, du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). À leur arrivée sur les lieux, les policiers ont constaté le décès de la victime. « L’homme portait des marques de violence évidente. Les enquêteurs des crimes majeurs sont sur place, car ça semble être le 7e homicide de l’année, à Montréal », a ajouté M. Brabant. Une autopsie devait être pratiquée au cours de la journée de vendredi.

15 mai 2014 : Ottawa ne se débarrassera pas facilement des ponts vieillissants dont il a la responsabilité au Québec. S’il n’écarte pas la possibilité de prendre un jour en charge les ponts de la métropole qui sont de juridiction fédérale, dont le pont Champlain, le premier ministre québécois, Philippe Couillard, affirme qu’il ne s’agit pas d’une priorité. «À mon avis, c’est un débat qui est précoce parce qu’il faut d’abord se concentrer sur les échéanciers de réparation et de mise à niveau du pont Champlain. Ce n’est donc pas une question prioritaire», a déclaré M. Couillard, à la sortie du caucus des députés libéraux. Le premier ministre a expliqué que la situation des finances publiques ne lui permettait pas d’envisager à court terme «une dépense semblable». Il a ajouté qu’Ottawa devait d’abord et avant tout assumer ses responsabilités et remettre en ordre les ouvrages qui sont sous sa juridiction. Philippe Couillard réagissait aux propos de son homologue fédéral, Stephen Harper, qui s’est montré ouvert à l’idée de vendre les ponts fédéraux au gouvernement du Québec. Ottawa s’est engagé à construire un nouveau lien entre Montréal et la Rive-Sud en raison de la vétusté du pont Champlain. La nouvelle infrastructure sera toutefois payante pour les automobilistes, a insisté le gouvernement fédéral. Le péage envisagé suscite une vaste opposition chez les citoyens et plusieurs élus municipaux, provinciaux et fédéraux de la région de Montréal. La construction du nouveau pont devrait coûter entre 3 et 5 milliards $.

16 mai 2014 : Un homme dans la cinquantaine est décédé à la suite de blessures graves, ce matin, dans le quartier de Limoilou, à Québec. «On a reçu un appel à 1h56 pour un homme qui se serait fait agresser au coin de la 1re Avenue et de la 5e Rue», a indiqué Christine Lebrasseur, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec. La victime grièvement blessée a été transportée à l’hôpital où son décès a été constaté. «Les policiers ont érigé un périmètre de sécurité pour protéger les éléments de preuve potentiels. L’unité des crimes majeurs et le Service d’identité judiciaire sont actuellement sur les lieux», a-t-elle indiqué, ce matin. Des témoins devaient être rencontrés pour tenter de comprendre les circonstances du drame. Aucun suspect n’avait encore été arrêté. Il s’agit du troisième meurtre à survenir à Québec depuis le début de l’année.

16 mai 2014 : L’adolescent qui a tué son frère d’une balle à la tête en janvier 2013 à Dorval s’en tire sans avoir à purger de détention supplémentaire. Le juge Guy Lecompte s’est en effet rangé du côté de la défense, qui estimait que l’accusé avait été détenu suffisamment longtemps en centre jeunesse. Le jeune écope donc d’une probation de deux ans. «Le Tribunal considère que la gravité des crimes mérite de la détention et de la supervision», a écrit le juge dans son jugement. Considérant que le jeune a été détenu 16 mois après le drame, il ne lui a pas imposé de détention supplémentaire. En janvier 2013, l’ado qui avait alors 12 ans, a tué son frère de 16 ans en manipulant une arme (Beretta 9mm) volée chez sa grand-mère. Après son arrestation, il est resté 11 mois en garde fermée. Il a finalement pu quitter le centre jeunesse en décembre dernier. Le juge avait alors ordonné qu’il reste 24h/24, sept jours sur sept chez une proche de la famille, qui s’était offert pour l’héberger. Dans sa décision rendue hier, le juge a d’ailleurs indiqué qu’il était encore trop tôt pour que l’adolescent demeure avec sa mère, «qui est trop émotivement affectée par la situation».

17 mai 2014 : Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a confirmé que les artificiers du Groupe tactique d’intervention avaient sorti et neutralisé l’ensemble des engins explosifs découverts dans un triplex du secteur de Cartierville. «La phase 2 de l’opération est maintenant terminée et la phase 3 débute, a indiqué Simon Delorme, du SPVM. Les artificiers et les enquêteurs vont pouvoir faire une première fouille interne de la résidence afin de s’assurer qu’il n’y a pas d’autre objet qui pourrait être dangereux pour les êtres humains.» La phase 2 aura duré 15 heures et l’intervention policière pourrait se poursuivre encore plusieurs heures. On ne connaissait toutefois ni le nombre, ni le type d’objets découverts par les autorités. Parallèlement, une enquête criminelle visant l’homme de 18 ans arrêté dans le centre-ville de Montréal était toujours en cours. Les policiers cherchaient toujours à comprendre les motivations qui ont amené le suspect à imaginer ces objets artisanaux, son but et l’endroit qu’il visait. Afin d’assurer la sécurité du voisinage et puisque les policiers savaient que l’opération durerait de longues heures, les occupants d’une cinquantaine de logements du voisinage ont dû quitter le quartier résidentiel pour la nuit. La Croix-Rouge avait été demandée sur les lieux pour prendre en charge les personnes évacuées et répondre à leurs besoins.

17 mai 2014 : La rivière Jacques-Cartier est sortie de son lit dans la municipalité de Shannon, samedi, dans la région de la Capitale-Nationale, forçant l’évacuation d’au moins une résidence et la fermeture de la route 369. À Shannon ainsi qu’à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, des sous-sols de certaines résidences ont été inondés, tandis que d’autres propriétaires ont installé des sacs de sable autour de leur domicile. Environ une quarantaine de résidences seraient menacées à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier. La Sécurité civile a tenu en fin d’avant-midi des conférences téléphoniques avec les autorités de ces deux municipalités ainsi que celles de Stoneham afin de les aviser des mesures préventives à mettre en place. «Il y aura de la surveillance pour les prochaines heures, le niveau de l’eau pourrait monter jusqu’au milieu de la nuit de dimanche et il devrait diminuer ensuite», a précisé samedi soir Fance-Sylvie Loisel, directrice de la Sécurité civile et Sécurité incendie pour le secteur de la Capitale-Nationale, entre autres. La situation devrait revenir à la normale en cours d’avant-midi, dimanche, selon Mme Loisel. La route 369 et le Chemin Dublin ont été fermés au cours de la journée, forçant les résidents de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier à faire un détour par la route de Fossambault. Cette deuxième crue des eaux dans certaines régions comme Shannon, après la débâcle des rivières en avril, est un phénomène normal, a précisé la Sécurité civile. «Les glaces du lac Jacques-Cartier ont calé récemment, et cet événement, jumelé à la fonte des neiges encore présentes dans le haut du bassin et les pluies des derniers jours, a provoqué des inondations», a indiqué Mme Loisel.

18 mai 2014 : Un homme atteint par balle dans l’arrondissement Plateau-Mont-Royal, à Montréal, lutte toujours pour sa vie. L’individu repose dans un état critique dans un centre hospitalier. « Les prochaines heures seront déterminantes pour lui », indique Simon Delorme, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). La tentative de meurtre s’est produite vers 19 h 50, sur la rue Saint-Hubert, près de l’avenue du Mont-Royal Est. Des résidents ont entendu des coups de feu et contacté les policiers. De leur fenêtre, ils pouvaient voir un homme affaissé et ensanglanté à bord d’un véhicule sur la rue Saint-Hubert. La victime, un homme de 28 ans, a reçu au moins un projectile au haut du corps. Cet événement pourrait être relié au milieu du trafic de stupéfiants, a avancé le SPVM. Les enquêteurs du SPVM et les techniciens du service d’identité judiciaire ont inspecté la scène de crime en soirée dimanche. Lundi matin, ils étaient toujours à la recherche d’un suspect et d’autres témoins.

18 mai 2014 : Un hélicoptère a atterri au centre-ville de Montréal, sur la rue Saint-Urbain, avant d’être démonté et entré au Palais des congrès. L’appareil s’est posé entre l’avenue Viger Ouest et la rue Saint-Antoine Ouest. Le segment de la rue Saint-Urbain était alors fermé à la situation. L’hélicoptère sera en exposition au 70e forum annuel de l’American Helicopter Society, qui se tient cette année à Montréal. Les entreprises reliées au monde du vol vertical y présenteront les nouvelles technologies, entre autres dans le milieu des drones, des simulateurs de vols, de l’aviation militaire ou des appareils civils. Ce salon se tient du 20 au 22 mai. Plus d’une soixantaine d’entreprise du monde de l’aéronautique seront sur place. L’appareil redécollera le vendredi 23 mai, entre 5 h 15 et 5 h 30. Si les conditions météorologiques ne permettent pas le décollage, le décollage de l’appareil se produira le lendemain.

18 mai 2014 : Quatre personnes ont été blessées à l’arme blanche, dont une gravement, lors d’une querelle qui a dégénéré sur la rue Saint-Denis, à Montréal. Vers 3 h 45, une bataille éclate entre deux groupes à l’intérieur d’un établissement situé à l’intersection de la rue Saint-Catherine. À l’extérieur, la situation a dégénéré et un des individus a utilisé un couteau, blessant quatre personnes. Une des victimes était dans un état critique tôt lundi, mais son état s’est stabilisé en avant-midi. Le personnel médical ne craignait plus pour sa vie. Trois hommes et une femme ont été arrêtés et leur implication exacte dans l’histoire sera établie par les enquêteurs du SPVM. Les participants à la bataille sont âgés de 18 à 25 ans et sont connus des policiers. Un maître-chien a été appelé afin de tenter de retrouver l’arme du crime dans ce secteur.

18 mai 2014 : Deux travailleurs qui s’affairaient à couper des branches d’arbres ont été blessés lorsqu’ils ont été traversés par une décharge électrique, à Repentigny. Les deux hommes émondaient des arbres à l’arrière d’un immeuble à appartements de la rue Gaboury, près du boulevard Iberville, vers 15 h 30 lorsqu’ils ont reçu une décharge électrique. Le lieutenant Frédéric Delorme du Service de police de Repentigny a expliqué que l’un d’eux a été sévèrement brûlé lors de l’accident. Il ne pouvait en dire davantage sur son état de santé. L’autre travailleur aurait subi des blessures de moindres importances. Les deux émondeurs étaient conscients lorsqu’ils ont été transportés à l’hôpital par les ambulanciers. Des enquêteurs de la CSST ont été demandés sur les lieux pour enquêter sur l’incident.

19 mai 2014 : Un homme armé d’un sabre a été maîtrisé par les policiers de Montréal alors que ce dernier s’adonnait à des méfaits haineux sur un centre communautaire musulman de l’arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, à Montréal. Depuis le début du mois d’avril, le Centre communautaire islamique de l’est de Montréal, situé à l’intersection de la rue Bélanger et de la 23e avenue, était victime de méfaits, notamment des inscriptions sur les murs extérieurs du bâtiment. Les policiers du poste de quartier ont surveillé l’endroit pendant la nuit, attendant qu’un suspect se mette à l’œuvre. Vers 2 h mardi, un homme a commencé à commettre un méfait, devant les policiers. Des renforts ont été appelés et les policiers ont tenté d’interpeller l’individu. C’est alors que l’homme, âgé de 47 ans, a sorti un sabre et s’est montré menaçant et combatif, indique Simon Delorme, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal. Les agents ont alors tenté de négocier avec lui, sans succès. Lorsqu’une opportunité s’est présentée, un agent s’est servi de son arme à impulsion électrique pour neutraliser l’homme. Ce dernier a été transporté à un centre hospitalier, mais était en bon état, selon M. Delorme. Les enquêteurs du SPVM le rencontreront plus tard, lorsque son état le permettra. Son véhicule a été retrouvé à proximité. Une imitation d’arme se trouvait à l’intérieur. Selon le SPVM, l’individu serait associé à un groupe extrémiste.

19 mai 2014 : Le mouvement indépendantiste a profité de la Journée nationale des patriotes, lundi, pour rappeler que la souveraineté est toujours vivante, malgré la déconfiture du Parti québécois aux dernières élections. Quelques centaines de nationalistes se sont donné rendez-vous face à la Place du Canada à Montréal. Fleurdelisés et drapeaux des patriotes en guise de cape, les indépendantistes ont sagement écouté un chansonnier entonner des classiques québécois, en attendant les discours des organisateurs. Ces derniers, dont le nouveau président de la Société Saint-Jean-Baptiste, Maxime Laporte, ont rappelé l’importance de «la commémoration de nos héros, les patriotes». «Les patriotes nous ont montré deux choses: la démocratie, dont ils ont été des précurseurs, et l’importance de lutter pour ses idées, pour l’indépendance», a noté le président du Conseil de la souveraineté du Québec, Gilbert Paquette. Comme tous ceux présents, il a insisté sur le fait que l’indépendance est loin d’être un projet mort, malgré le résultat des récentes élections. Il faut connaître son passé pour comprendre son présent, a renchéri le candidat à la chefferie du Bloc québécois Mario Beaulieu. «On doit s’inspirer de leur combat pour faire la souveraineté, a-t-il dit. Déjà, c’est très significatif de fêter les patriotes au lieu de la monarchie britannique.» La députée solidaire Manon Massé est de cet avis. «La démarche des patriotes pour la souveraineté du peuple ressemble à celle de Québec solidaire pour la démocratie et la justice sociale, a-t-elle commenté. Il faut que le projet de pays vienne du peuple.» Le chef d’Option nationale croit quant à lui qu’il faut que tous les partis indépendantistes s’entendent sur une stratégie unique d’accès à l’indépendance. «La révolte des patriotes est un moment historique où les politiciens se sont tenus debout pour l’avenir du Québec, a affirmé Sol Zanetti. Ça ferait du bien à notre société de renouveler sa démocratie.»

19 mai 2014 : Le Bloc québécois organisera en fin de semaine prochaine un congrès national à Rimouski, dans le Bas-Saint-Laurent, en vue de finaliser la reconstruction du parti fédéral et la rédaction d’un programme électoral. Les délégués des 75 circonscriptions fédérales du Québec se pencheront du 23 au 25 mai sur «trois grands chantiers de réflexion», à savoir sur les nouvelles orientations du parti, les modifications aux statuts et aux règlements internes, et sur les actions concrètent à mener au sein de l’aile parlementaire du Bloc. Ce congrès est l’aboutissement d’un travail mené depuis la base. Il y a d’abord eu des congrès de circonscriptions puis des congrès régionaux. Vingt grands principes politiques seront adoptés, entre autres sur les enjeux sociaux québécois et les questions d’identité avec l’objectif de «faire entendre la voix du Québec à Ottawa». Ce rassemblement national devrait également permettre de préparer l’élection du futur chef du Bloc québécois. L’ex-chef, Daniel Paillé, s’était retiré en décembre dernier pour des raisons de santé. Le député bloquiste de Richmond-Arthabaska, André Bellavance, et Mario Beaulieu, ex-président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, sont candidats. Le vote pour la présidence du Bloc québécois se déroulera du 11 au 13 juin, et le résultat sera annoncé le 14 juin. Lors des dernières élections fédérales en 2011, le parti avait subi une déroute historique avec l’élection de seulement quatre députés, perdant du même coup son statut de parti officiel à la Chambre des communes. Le chef d’alors, Gilles Duceppe, avait démissionné.

20 mai 2014 : Bien que Lise Thibault se soit déjà fait poser des questions par Patrimoine canadien sur ses dépenses, plusieurs remboursements ont été effectués puisqu’ils «répondaient aux critères». C’est ce qu’est venue dire l’ancienne directrice à l’identité canadienne chez Patrimoine canadien, Micheline Ouellette Rogers. Selon ce que la femme retraitée a raconté, les règles de remboursement chez Patrimoine canadien se séparaient en deux avant 2004. Il y avait d’abord les dépenses payées dans le «in capital» et celles payées dans le «out capital» qui elles, réclamaient factures et pièces justificatives. «Le lieutenant-gouverneur devait aussi fournir une lettre attestant que les dépenses encourues avaient été faites dans le cadre de ses fonctions officielles», a expliqué la dame au procureur Marcel Guimont. Selon les règles de Patrimoine canadien, si les dépenses «out capital» nécessitaient des factures, les dépenses faites «in capital» étaient plutôt remboursées à l’aide d’une subvention versée directement au lieutenant-gouverneur. «Cette somme d’argent ne devait cependant pas être considérée comme un salaire puisqu’elle n’était pas imposable», a précisé la dame. En 2003, alors qu’elle s’est fait questionner par la directrice de l’identité canadienne sur la location d’une maison à Beaupré, payé par Patrimoine canadien alors qu’elle reçoit une allocation de 4000 $ par mois du provincial, Lise Thibault lui aurait répondu de ne pas «s’inquiéter» et que, de toute façon, elle pourrait répondre «à toutes questions venant de qui que ce soit».

20 mai 2014 : Les travaux parlementaires viennent à peine de reprendre que déjà, une nouvelle tuile s’abat sur le Parti québécois. Malmenée dans les sondages et toujours ébranlée par la cuisante défaite électorale subie le mois dernier, la formation souverainiste a appris qu’elle devra se passer de son ténor en matière d’économie, Pierre Karl Péladeau, pour une période indéterminée. Le député de Saint-Jérôme et actionnaire de contrôle de Québecor a été hospitalisé à la suite d’un grave accident de vélo survenu dimanche, dans le Parc national du Mont-Orford, en Estrie. Il aurait lourdement chuté après avoir roulé sur un trou dans la chaussée. L’homme de 52 ans souffre de multiples fractures aux côtes, au bassin, à la clavicule et à l’omoplate. M. Péladeau été admis au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) un peu après 17 h, dimanche. «Il est conscient et orienté», a indiqué la direction de l’établissement. Le député vedette du PQ demeure immobilisé dans son lit et aucune date n’est encore prévue concernant sa sortie de l’hôpital. Les médecins devraient faire le point sur son état de santé mercredi. Élu pour la première fois le 7 avril, Pierre Karl Péladeau a raté la rentrée parlementaire qui avait lieu mardi à Québec. Les députés aperçus à l’entrée du caucus péquiste étaient visiblement secoués par la nouvelle. Ils lui ont tous souhaité un prompt rétablissement. Depuis son lit d’hôpital, Pierre Karl Péladeau a publié quelques mots sur sa page Facebook, mardi soir. Il se veut rassurant sur son état de santé, et a même posté une photo de lui avec son infirmière. «Je suis photographié avec ma « nouvelle patronne », Micheline Ouellet assistante-infirmière chef (quelle femme, elle a consacré 40 ans de sa vie à soigner des malades, je suis donc entre bonnes mains) et grâce aux bons soins des médecins, infirmières, aides-infirmières et infirmiers, physiothérapeute et préposés, je m’en sors bien malgré mes multiples fractures», assure-t-il.

21 mai 2014 : Quatre hommes ont été arrêtés dans la nuit de mercredi à jeudi alors qu’ils procédaient à une violation de domicile dans un appartement du quartier Côte-Saint-Paul, à Montréal. Trois hommes sont entrés de force dans l’appartement situé sur la rue de l’Église, près de l’intersection avec la rue Laurendeau, pendant que les occupants étaient présents. Ils ont commencé à s’emparer d’accessoires électroniques, explique Simon Delorme, relationniste au Service de police de la Ville de Montréal. Pendant le vol, ils ont blessé gravement un des occupants de l’appartement, un homme de 21 ans, avec une arme contondante. Les policiers indiquent toutefois que ses blessures ne mettent pas sa vie en danger. Trois suspects ont tenté de prendre la fuite dans un même véhicule, mais ont été arrêtés par les policiers. Un autre s’est enfui à pied et a été immobilisé après une brève poursuite à pied. Les suspects, tous âgés de 19 à 22 ans et connus des policiers, seront rencontrés dans la journée de jeudi par les enquêteurs. Un maître-chien a été demandé sur les lieux avec son animal afin de chercher des indices supplémentaires à l’extérieur de l’appartement, comme la scène s’est étendue sur une plus grande zone avec la fuite à pied d’un des suspects.

21 mai 2014 : Un homme de 75 ans est mort écrasé par le tracteur qu’il conduisait, dans la municipalité de Sainte-Aurélie, près de Saint-Georges, en Beauce. Le drame s’est produit un peu avant 11 h, tout près de l’intersection du 10e rang et de la route 275. «Le tracteur a versé sur le côté et il était dans le fossé à l’arrivée des policiers», a dit la sergente Ann Mathieu, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ). Le septuagénaire a été retrouvé coincé sous l’imposant véhicule agricole. Les pinces de désincarcération ont été demandées sur les lieux afin de le dégager. Son décès a été constaté à l’hôpital. Les circonstances de l’accident n’ont pas encore été établies. Selon l’analyse préliminaire de la scène, il semble que le conducteur du tracteur, qui transportait une remorque de bois, circulait sur l’accotement en sens inverse de la circulation et aurait glissé dans le fossé. L’identité de la victime n’a pas été révélée.

21 mai 2014 : Le jeune de 18 ans accusé d’avoir fabriqué des explosifs chez ses parents, à Montréal, ne voulait rien faire sauter, croit la Couronne. Il devra toutefois être évalué par des psychiatres de Pinel. «Son but n’était pas de faire exploser des bombes, c’était un hobby; Il était concentré 24 heures sur 24 sur ça», a expliqué Me Jacques Rouillier de la Couronne, alors que Jordi Antunes Barros était de retour devant la cour. Ce qui inquiète surtout les experts, c’est que le jeune a déjà été suicidaire. Il souffre du syndrome Asperger, relié à l’autisme, et de trouble obsessif-compulsif. Barros avait déjà été rencontré par l’urgence psychosociale, mardi. Et cette rencontre a incité la juge à ordonner que le jeune accusé soit maintenant rencontré par des psychiatres. Barros avait été arrêté samedi, à Montréal. Ses parents avaient alerté la police. Les artificiers de la police de Montréal étaient intervenus dans la résidence familiale du quartier Ahuntsic. Ils avaient dû évacuer une cinquantaine de résidents pour neutraliser pas moins de 19 engins explosifs. «C’est un dossier particulier», a expliqué le procureur à la juge Marie-Josée Di Lallo. Barros est en effet accusé de fabrication et possession de poudre explosive, de matière incendiaire et d’un dispositif prohibé. L’air frêle, il n’a pas dit un mot dans le box des accusés, se contentant de hocher nerveusement la tête quand la juge parlait.

À lire également : événements qui ont eu lieu entre le 22 mai et le 28 mai 2014.

st joseph

Oratoire St-Joseph

Voir aussi nos sources pour ces nouvelles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>