Ligne du temps : 2014

15 avril – 21 avril

15 avril – 21 avril

C’est arrivé au Québec entre le 15 avril et le 21 avril 2014

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 8 avril jusqu’au 14 avril 2014

15 avril 2014 : La fonte des neiges et les fortes pluies ont fait grimper le niveau des cours d’eau de la province ces derniers jours. Les autorités ont notamment procédé à plusieurs évacuations à Lévis et à Sherbrooke en raison du débordement des rivières Beaurivage et Saint-François. Dans le secteur de Saint-Étienne, à Lévis, une quinzaine de citoyens ont dû quitter leur domicile dans la nuit de lundi à mardi. Leur maison était encerclée d’eau. Par ailleurs, un embâcle s’est formé à environ 500 m du pont Saint-Étienne et une partie de la route 116 a été fermée à la circulation. Après une nouvelle crue de la rivière Chaudière qui a envahi une partie de la route 173, laissant d’immenses blocs de glace sur la chaussée, l’embâcle principal a cédé durant la nuit. Le niveau de la rivière a alors baissé de près de 2 m. La route 173 est cependant toujours fermée à la circulation au centre-ville de Beauceville. À Sherbrooke, les autorités étaient aussi sur un pied d’alerte mardi matin parce que la rivière Saint-François menaçait d’atteindre la barre critique des 21 pieds (6,4 m) au centre-ville. Le garage municipal des Grandes-Fourches et le centre administratif Jean-Charles Côté ont été évacués. Les services aux sinistrés sont prêts et des sites d’accueil sont ciblés et prêts à être ouverts s’il y a des évacuations, a indiqué Gaétan Drouin, coordonnateur des mesures d’urgence, qui s’attendait à ce que le niveau de l’eau monte de nouveau, en prévision des pluies. La bonne nouvelle, c’est que les barrages du lac Aylmer et du Grand lac Saint-François sont pratiquement fermés, a-t-il ajouté. Il y a donc une bonne capacité de rétention et ce que l’on reçoit actuellement au centre-ville de Sherbrooke, c’est uniquement la fonte des neiges. À Dudswell, le chemin Duplin est difficilement praticable en raison de la crue des eaux. Plusieurs résidents ont refusé d’obtempérer à l’ordre d’évacuation donné par les autorités civiles. Le niveau de la rivière Saint-François a considérablement monté en raison d’un embâcle au barrage de Westbury. Plusieurs maisons sont entourées d’eau, du jamais vu en plus de 12 ans, selon des propriétaires. À Weedon, la débâcle pourrait entraîner un apport en eau pouvant atteindre un débit de 375 m3/s dans la rivière Saint-François. Au moment où la glace va céder en amont, la Sécurité civile nous dit qu’on a entre une et deux heures pour agir et prendre des mesures; c’est pour cela qu’on a demandé aux résidents du chemin Duplin, mais aussi à ceux du chemin Pomerleau, d’évacuer les lieux de façon préventive, a expliqué le maire de la municipalité de Dudswell, Jean-Pierre Briand. Dans le Centre-du-Québec, Drummondville est en état d’alerte. Le chemin Longue-Pointe, dans le secteur du Bec-du-Canard, a été fermé à la circulation. «Le niveau de l’eau est très haut et on demeure en alerte», a fait savoir le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, lors d’un point de presse. Du côté de Saint-Charles-de-Drummond, la rue Desrochers est de nouveau inondée. L’ensemble des cours d’eau sont à un niveau très élevé, c’est notamment le cas des rivières Saint-Germain et Papineau. Le côté positif c’est que le couvert de glace est disparu. Si la pluie cessait, ce serait une excellente nouvelle. En Montérégie, la rivière Châteauguay était toujours sous haute surveillance mardi, les pluies annoncées laissant craindre une aggravation de la situation. La Ville de Saint-Adolphe-d’Howard, dans les Laurentides, a décrété les mesures d’urgence après des inondations et d’importants dommages au réseau routier. On estime que 25 à 30 % du réseau routier a été affecté par ces pluies. Certaines routes, comme le chemin des Pentes, étaient complètement fermées à la circulation. Le chemin du Village pourrait être passablement affecté si le lac Saint-Joseph, situé à quelques mètres, venait à déborder. Plusieurs municipalités sont aux prises avec d’importants problèmes liés aux routes inondées ou affaissées. À Val-des-Lacs, la route s’est complètement affaissée du kilomètre 8 jusqu’au chemin du Nordet. À Val-Morin, quatre pouces d’eau inondaient le chemin de la Rivière en fin de matinée, selon la SQ, qui a aussi rapporté d’importants problèmes à Arundel, Amherst et Labelle. À Bois-des-Filion, Rosemère et Boisbriand, le niveau de la rivière des Milles Îles était élevé et continuait d’augmenter mardi, mais le débit restait sous le seuil d’inondation. Le débit de la rivière a pratiquement doublé entre le 9 et le 12 avril, passant de moins de 420 m3/s à presque 770 m3/s. Le seuil d’inondation mineure (SIM) se situe à un débit de 780 m3/s, la À Bois-des-Filion, la rivière est haute, mais le risque d’inondation est faible, car il n’y a pas d’embâcle, selon le porte-parole de la Ville, Jean Goulet. À Rosemère, Michel Girouard, relationniste, a expliqué que les services de la Ville sont aux aguets et que la rivière est sous haute surveillance. Le Centre d’expertise hydrique Québec (CEHD) ne s’attendait pas à ce que le débit de la rivière des Milles Îles dépasse le seuil d’inondation dans les prochaines heures. Dans la région de Lanaudière, la rivière L’Assomption est sortie de son lit dans le secteur de Saint-Félix-de-Valois. Un embâcle important aurait cédé. Les pompiers ont effectué plusieurs visites chez les citoyens demeurant dans des secteurs à haut risque d’inondation. La ville de Laval se prépare également à être inondée. Les riverains sont invités à aller chercher des sacs dans les casernes de pompier afin de les remplir de sable et d’ériger des barricades. « C’est exceptionnel de voir les rivières aussi glacées à cette période-ci, d’après le responsable des mesures d’urgence de la Ville de Laval, Marc-André Dugal. L’hiver a été rigoureux et la glace était très épaisse, c’est ce qui peut expliquer la situation. » La semaine dernière, une bonne partie des rivières des Mille-Îles et des Prairies était encore recouverte de glace et la fonte graduelle de la glace ne laissait présager aucun problème, mais la situation a changé drastiquement pendant la fin de semaine. Comme la crue printanière n’est pas encore commencée, M. Dugal met d’une à deux heures par jour pour faire la tournée des différents points d’observation. «En période critique, ça peut nous prendre une journée complète pour faire le tour de l’île», a-t-il précisé.

15 avril 2014 : Un important glissement de terrain s’est produit vers midi mardi, à Lac-des-Seize-Îles, dans les Laurentides, emportant au passage au moins trois résidences et plusieurs abris à bateaux. Le glissement s’est produit sur la rive est du lac, non loin du quai municipal. Une portion importante de la montagne qui borde le lac s’est affaissée. Au moins une maison aurait été emportée par ce glissement de terrain. En tombant dans le lac, la terre a causé une importante vague qui a brisé la couche de glace qui se trouvait encore sur le lac. La vague et les morceaux de glace ont emporté deux autres résidences, l’une qui se trouvait sur une île et l’autre de l’autre côté du lac. La zone engloutie s’étend sur une surface d’environ 90 mètres par 150 mètres. Selon les premières informations, personne ne se trouvait à l’intérieur des chalets lorsque le désastre s’est produit. Il faut dire que plusieurs résidences autour de ce lac ne sont accessibles que par le lac l’été. «Les équipes de secours ne prennent pas de chances et vont fouiller minutieusement les chalets», a précisé le sergent Gino Paré, de la Sûreté du Québec. Craignant qu’un second glissement de terrain ne survienne, les services d’urgences ont procédé en début d’après-midi à l’évacuation de plusieurs résidences du secteur. Au total, huit personnes demeurant dans cinq résidences ont été évacuées.

15 avril 2014 : Le Canada s’est engagé lundi à imposer des sanctions supplémentaires contre la Russie en réaction à l’offensive des «hommes de main» de Moscou dans l’est de l’Ukraine. « La paix et la stabilité (en Ukraine) sont menacées comme jamais elles ne l’ont été depuis la fin de la Guerre froide », a déclaré le premier ministre Stephen Harper. L’occupation de bâtiments officiels dans plusieurs villes de l’est de l’Ukraine par des hommes armés est «de toute évidence strictement l’oeuvre de provocateurs russes envoyés par le régime (du président Vladimir) Poutine», a dit le chef du gouvernement canadien. «Le Canada prendra des mesures additionnelles» pour isoler davantage la Russie sur les plans économique et politique, a-t-il annoncé. Les «hommes de main» responsables des troubles dans l’est de l’Ukraine ont «franchi la frontière» de ce pays à partir de la Russie, a accusé pour sa part le ministre des Affaires étrangères John Baird. Il existe «un parallèle très clair et déconcertant entre ce qui se produit dans l’est de l’Ukraine et les événements qui ont mené à l’annexion de la Crimée», a-t-il poursuivi. Il a souligné que les militants pro-russes sont équipés d’armes que «vous ne pouvez pas acheter dans des magasins de surplus de l’armée». «Je ne sais pas qui la Fédération de Russie croit berner lorsqu’elle prétend qu’elle n’a rien à voir avec eux», a-t-il dit. Il a annoncé qu’il se rendrait la semaine prochaine en République tchèque, en Slovaquie, en Pologne, en Lettonie et Estonie pour discuter de l’escalade des tensions en Ukraine. Le Canada, un pays où réside une forte communauté ukrainienne, a été l’un des membres du G7 les plus virulents dans la riposte diplomatique contre la Russie depuis le début de cette crise. Premier État occidental à avoir reconnu l’indépendance de l’Ukraine en 1991, le Canada avait pris en mars, comme ses alliés américains et européens, des sanctions économiques et d’interdiction de voyager contre de hauts responsables russes pour leur implication dans la crise ukrainienne.

15 avril 2014 : Un homme a été gravement blessé, lors d’une collision frontale avec un semi-remorque, à Crabtree, dans Lanaudière, près de Joliette. «L’accident s’est produit peu après 7 h, alors que l’individu était en train d’effectuer un dépassement dans une zone interdite, a indiqué Gino Paré, de la Sûreté du Québec. Son véhicule a frappé de plein fouet un semi-remorque de 53 pieds.» Le véhicule s’est retrouvé dans le fossé et a été complètement retourné. L’homme a été transporté au centre hospitalier de Joliette dans un état critique. Le conducteur du semi-remorque a également été blessé, mais on ne craint pas pour sa vie. Un autre véhicule qui voulait éviter la collision s’est retrouvé dans le fossé. La conductrice a subi un choc nerveux. La circulation a été complètement fermée sur la route 158, lieu de l’accident, entre les chemins Archambault et Crabtree, pour une durée indéterminée.

15 avril 2014 : Un homme a été gravement blessé, lors d’une collision frontale avec un semi-remorque, à Crabtree, dans Lanaudière, près de Joliette. «L’accident s’est produit peu après 7 h, alors que l’individu était en train d’effectuer un dépassement dans une zone interdite, a indiqué Gino Paré, de la Sûreté du Québec. Son véhicule a frappé de plein fouet un semi-remorque de 53 pieds.» Le véhicule s’est retrouvé dans le fossé et a été complètement retourné. L’homme a été transporté au centre hospitalier de Joliette dans un état critique. Le conducteur du semi-remorque a également été blessé, mais on ne craint pas pour sa vie. Un autre véhicule qui voulait éviter la collision s’est retrouvé dans le fossé. La conductrice a subi un choc nerveux. La circulation a été complètement fermée sur la route 158, lieu de l’accident, entre les chemins Archambault et Crabtree, pour une durée indéterminée.

16 avril 2014 : Trente-trois ans presque jour pour jour après avoir été élue pour la première fois à l’Assemblée nationale, la première ministre sortante, Pauline Marois, a tourné la page sur sa carrière politique. La chef démissionnaire du Parti québécois (PQ) a rencontré les médias quelques instants après avoir dirigé le dernier conseil des ministres de son gouvernement, qui aura été en place pendant un peu plus d’un an et demi. Très émue, celle qui a été défaite dans sa circonscription le 7 avril dernier a rappelé qu’elle était sortie de sa retraite en 2007 parce qu’elle avait toujours envie de « servir le Québec ». Rappelant les accomplissements de son gouvernement en matière d’économie, de contrôle des dépenses, d’environnement, de politique sociale, d’intégrité, d’identité et de relations avec les premières nations, Mme Marois a affirmé qu’elle était « très fière de tout ce que nous avons accompli en dix-huit mois ». Pauline Marois a été élue une première fois sous la bannière du Parti québécois lors des élections générales du 13 avril 1981. Elle a représenté tour à tour les circonscriptions de La Peltrie, Taillon et Charlevoix (devenue Charlevoix-Côte-de-Beaupré). Première femme élue au poste de premier ministre le 4 septembre 2012, Pauline Marois avait auparavant occupé plusieurs fonctions ministérielles sous les gouvernements de René Lévesque, Jacques Parizeau, Lucien Bouchard et Bernard Landry. Elle a notamment été ministre des Finances, de l’Éducation et de la Santé, en plus d’avoir été présidente du Conseil du trésor. Les ministres sortants n’avaient que de bons mots pour leur première ministre. «Je m’en viens saluer une des grandes figures de l’histoire politique québécoise. Une femme qui a profondément marqué la vie des familles», a déclaré la ministre sortante et députée de Taschereau, Agnès Maltais, à l’entrée du Conseil des ministres. «Je viens dire au revoir à la première ministre qui a tracé la voie aux femmes du Québec pour atteindre les plus hautes fonctions de l’État et dire au revoir à Pauline, ma grande amie», a réagi la députée de Pointe-aux-Trembles, Nicole Léger, visiblement émue. De son côté, le ministre sortant de l’Environnement et candidat défait dans Johnson, Yves-François Blanchet, a salué la «grande abnégation» de Pauline Marois, qui a selon lui redonné vie au Parti québécois. Pauline Marois demeurera à la tête du Parti québécois jusqu’au 7 juin.

17 avril 2014 : Un homme qui se prétendait «un grand voyant médium» a été accusé de sorcellerie et de fraude de plus de 5 000 $, à Québec. Caché sous le pseudonyme du Professeur Alfoseny, le fraudeur de 36 ans aurait réussi à hameçonner ses victimes via le web en s’annonçant sur des sites internet comme Kijiji. « Grand voyant médium, résout vos problèmes, retour de l’être aimé, chance, jeu, protection, etc. Résultat garanti », pouvait-on lire sur ces pages. Au moins 67 personnes auraient consulté la petite annonce au mois de mars. Pour arriver à ses fins, le magicien demandait beaucoup d’argent à ses victimes en échange de prédictions et de promesses. Le seul problème, c’est que le Professeur Alfoseny prophétisait ne s’est jamais réalisé. Son vrai nom est Fonata Yacouba et il possède plusieurs antécédents criminels en matière de fraude. Pourtant, le «Prof» soutenait dans ses petites annonces qu’il était un « spécialiste des cas urgents et difficiles, de l’attirance personnelle et du désenvoûtement». Il affirmait aussi que ses prédictions sur le retour de l’être aimé étaient «rapides, définitifs, » et « 100 % efficaces ». C’est ici qu’il est possible de tracer une ligne entre le présumé fraudeur et les autres médiums. Le Professeur Alfoseny prédisait des choses très précises, alors que les voyants restent habituellement flous et nuancés. C’est pour ces raisons que les policiers ont pu procéder à son arrestation. Il risque d’ailleurs d’être accusé selon l’article 365 du Code criminel d’avoir pratiqué la magie frauduleusement, ce qui est une accusation très rare. « Il promettait des choses qui allaient se produire en échange d’argent », a expliqué Christine Lebrasseur, agente aux communications au Service de police de Québec (SPVQ). Lors de sa comparution au palais de justice, le procureur de la Couronne, Guillaume Michaud, s’est opposé à sa remise en liberté.  Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a confirmé que l’homme aurait fait au moins une victime, mais croit cependant que d’autres personnes auraient pu se faire flouer. «S’il y a d’autres victimes, on aimerait le savoir. Les gens peuvent se sentir mal à l’aise ou être gênés de s’être fait frauder, mais on veut le savoir, car il s’agit de sommes considérables», a mentionné Mme Lebrasseur. Le SPVQ vous demande de le contacter au 418-641-AGIR si vous avez des informations dans ce dossier.

17 avril 2014 : Un homme de 28 ans a subi des blessures mineures lorsqu’il a été atteint par un projectile d’arme à feu, dans l’arrondissement de Montréal-Nord, à Montréal. Selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), l’agression armée serait survenue sur la rue Pascal, près du boulevard Rolland, un peu après 20 heures. « Nos policiers ont retrouvé l’individu assis dans le stationnement de l’aréna Henri-Bourassa, tout près de la rue Pascal, a indiqué le porte-parole du SPVM, l’agent Raphaël Bergeron. Sa vie n’était pas en danger. » La victime n’a pas collaboré avec les policiers, pas plus que les témoins qui étaient sur les lieux. Les circonstances et le mobile de l’agression demeuraient donc inconnus en fin de soirée jeudi.

18 avril 2014 : Une perte de contrôle est à l’origine d’une sortie de route mortelle survenue à Saint-Cyprien-de-Napierville, en Montérégie. L’accident est survenu peu avant minuit sur la route 221 entre les municipalités de Lacolle et de Saint-Cyprien-de-Napierville. Le conducteur, un homme dans la vingtaine, aurait tenté une manœuvre de dépassement et aurait perdu le contrôle au moment de regagner sa voie, indique Audrey-Anne Bilodeau, de la Sûreté du Québec. Sa voiture a alors quitté la route, pour terminer sa course dans le fossé. Il était seul à bord. Son décès a été constaté dès son arrivée à un centre hospitalier. Les enquêteurs de la Sûreté du Québec étaient sur place une partie de la nuit afin d’éclaircir les circonstances de l’accident. L’hypothèse de la vitesse est à l’étude, de même que celle des conditions climatiques, entre autres. La route 221 a été fermée dans ce secteur jusqu’à 2 h 30.

18 avril 2014 : Trois joueurs de hockey de l’Intrépide de Gatineau, qui participent à la Coupe Dodge ont découvert le corps d’un homme, lors d’une séance d’entraînement extérieure dans le stationnement d’un hôtel de Campbellton, au Nouveau-Brunswick. Au départ, l’équipe de niveau midget AAA devait dormir dans un hôtel de Restigouche, mais puisqu’une rivière menaçait de déborder dans le secteur, les joueurs et entraîneurs ont été relocalisés dans un hôtel de Campbellton, sur le chemin Val-d’Amour. Selon Alain Sanscartier, directeur des opérations hockey de l’Intrépide de Gatineau, trois joueurs de 16 ans auraient aperçu le corps à l’arrière d’une remise près de l’hôtel. Le cadavre se trouvait dans un banc de neige, situé dans le stationnement d’un restaurant chinois adjacent. La GRC a ouvert une enquête pour faire la lumière sur cette découverte. Selon certaines informations, il pourrait s’agir du corps de Stacey McDavid, un homme de 44 ans, résidant Camptbellton, recherché depuis quelques jours. Cette information n’a toutefois pas été confirmée par les autorités. «La victime n’a pas été identifiée pour le moment. Il y aura une autopsie dans les prochains jours. Tout ce que je peux vous confirmer, c’est qu’il s’agit d’un homme», a dit Julie Rogers-Marsh, agente aux relations avec les médias de la GRC. Il était aussi impossible de savoir si le corps de la victime portait des marques de violence. Pour ce qui de l’équipe de hockey, «une cellule de soutien a été mise en place pour venir en aide aux joueurs qui seraient ébranlés», affirme Alain Sanscartier.

18 avril 2014 : Le Canada compte envoyer six jets CF-18 et une vingtaine de conseillers militaires pour aider l’OTAN dans ses opérations en Europe de l’Est dans le cadre de la crise ukrainienne qui a fait monter la tension entre la Russie et les pays occidentaux. Les CF-18 canadiens seront basés en Pologne et les conseillers militaires à Bruxelles, au siège de l’OTAN. «De concert avec nos alliés de l’OTAN, nous reconnaissons la nécessité d’accroître la sécurité et la stabilité en Europe centrale et en Europe de l’Est», a affirmé le premier ministre Stephen Harper par communiqué. Il a fait cette annonce à la suite d’une rencontre avec le chef d’état-major de la Défense, Thomas Lawson, pour discuter de l’apport du Canada à l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN). Cette décision s’inscrit dans une escalade du conflit en Ukraine où des séparatistes prorusses armés, appuyés par Moscou et instigués par leur grand führer M. Poutine, défient le gouvernement ukrainien en saisissant des localités ou des endroits stratégiques dans l’est de ce pays. «Le Canada reste inébranlable dans son soutien envers l’Ukraine et ne demeurera pas impassible pendant que la souveraineté et l’intégrité territoriale de ce pays sont menacées», a ajouté M. Harper. Le président néonazi de la Russie Vladimir Poutine a reçu l’appui du parlement russe pour utiliser la force si nécessaire en Ukraine. Il avait reçu le même feu vert avant d’envahir la Crimée, une région ukrainienne annexée dans les faits par la Russie en mars tout comme Adolphe Hitler avait annexé la Tchécoslovaquie avant de déclencher la Deuxième guerre mondiale. Le Canada continue de condamner fermement l’occupation russe illégale en Ukraine ainsi que les gestes provocateurs militaires continus posés par la Russie. Le Canada a déjà imposé des sanctions économiques contre des entreprises russes et des interdictions de séjour au pays pour des représentants russes en raison de l’implication de Moscou en Ukraine.

19 avril 2014 : Le pape François a appelé à la pacification par le dialogue en Ukraine, alors même que les Pâques chrétienne orthodoxe et catholique coïncidaient, lançant par ailleurs des exhortations énergiques contre l’exploitation et l’incurie dans le monde. Par un temps radieux, devant les télévisions du monde entier et devant plus de 150 000 fidèles et curieux, venus selon le Vatican pour la messe de Pâques, le pape argentin a prononcé du balcon de la basilique le traditionnel message pascal «urbi et orbi». Le pape François a rappelé que Pâques était fêté cette année à la même date par les catholiques et les orthodoxes: «nous te prions, Seigneur, d’éclairer et d’inspirer des initiatives de pacification en Ukraine, pour que les parties intéressées, soutenues par la communauté internationale, entreprennent tout effort pour empêcher la violence et construire, dans un esprit d’unité et de dialogue, l’avenir du pays.» Le pape a par ailleurs supplié dimanche une nouvelle fois aux belligérants syriens d’avoir «l’audace de négocier la paix, désormais attendue depuis trop longtemps». Les parties en présence doivent cesser «d’utiliser la force pour semer la mort, surtout contre la population sans défense» et à permettre l’accès des populations «aux aides humanitaires nécessaires.» Il a aussi condamné «les victimes des violences fratricides en Irak» voisin, et souhaité une solution au conflit israélo-palestinien. En Afrique, le pape a lancé des appels pour des arrêts aux affrontements sanglants en République Centrafricaine, au Soudan du Sud et aux «atroces attentats terroristes dans certaines zones du Nigeria.» Au Venezuela, où le Vatican participe à une médiation pour rétablir la paix civile, le pape latino-américain a demandé que «les esprits se tournent vers la réconciliation et la concorde fraternelle.»

19 avril 2014 : Une partie du Théâtre Saint-Denis a dû être évacué, à la suite d’un appel à la bombe logé vers 20 h 45. La police de Montréal s’est rendue dans des locaux situés tout près de la salle d’où l’humoriste Franck Dubosc donnait son spectacle. Les policiers ont fouillé l’endroit pendant une trentaine de minutes afin de s’assurer qu’il n’y avait aucune menace. Les gens qui assistaient au spectacle de l’humoriste n’ont pas eu à quitter le théâtre. Les policiers tentent de retrouver l’auteur de ce canular qui s’expose à des accusations de méfait public. L’appel pourrait provenir d’une cabine téléphonique à proximité de la salle de spectacle.

19 avril 2014 : Le chef des pompiers de Warwick, Bernard Beaudet, suspendu de ses fonctions après son arrestation par l’UPAC le 15 avril, n’est pas sorti de l’auberge. En plus des accusations criminelles auxquelles il fait face, voilà que deux poursuites civiles concernant deux interventions des pompiers viennent d’être déposées. La compagnie d’assurance Intact réclame 1,2 million de dollars à la Ville de Warwick pour un incendie survenu le 18 juin 2013 à l’entreprise Machineries Serge Lemay, un fabricant de machinerie agricole. Selon la requête déposée au greffe de la Cour supérieure, les pompiers seraient intervenus pour un incendie dans un système de ventilation en matinée. En quittant les lieux, ils n’auraient pas pris les précautions nécessaires pour s’assurer qu’un feu ne couvait pas dans un mur. L’incendie a repris dans l’après-midi, ravageant l’immeuble de l’entreprise évaluée à plus d’un million de dollars. Dans l’autre cas, c’est le propriétaire d’un immeuble à appartements de Saint-Albert, une municipalité desservie par les pompiers de Warwick, qui réclame 150 000 $ pour le stress qu’il a subi par l’attitude du chef Beaudet. Selon son avocat, Me Marco Morin, le feu est survenu le 15 janvier 2010 et a détruit l’immeuble au complet. Il a été dédommagé par son assureur. «Mon client allègue que le chef Beaudet, par son intervention, lui a causé un stress inqualifiable en ne s’attaquant pas rapidement à la source de l’incendie, soit l’alimentation électrique, et il aurait tardé à faire évacuer les locataires, en plus d’avoir eu une attitude très arrogante.» Le maire de Warwick, Diego Scalzo, a déclaré que ces deux procédures civiles sont complètement indépendantes des actes criminels reprochés au chef Beaudet.  Rappelons que c’est le maire Scalzo qui a prévenu la Sûreté du Québec, en décembre dernier, après avoir constaté une série de malversations de la part du chef des pompiers. Beaudet doit comparaître en Cour criminelle à Victoriaville le 21 mai pour répondre à des accusations de fraude, vol, abus de confiance et falsification de documents.

20 avril 2014 : La police de Sudbury, dans le nord de l’Ontario, a dû intervenir pour venir au secours d’un ours qui s’est retrouvé dans une fâcheuse position. Les agents ont été avisés dimanche matin qu’un ours errait dans les rues de la ville la tête coincée dans un pot de plastique blanc. Le contenant avait servi à garder des graines pour les oiseaux et l’ours, gourmand, avait voulu s’en délecter. Aveuglée, la bête déambulait en se cognant un peu partout, y compris sur la voiture des policiers. Des agents de protection de la faune ont fini par endormir l’ours, qui a été libéré de son pot, puis transporté à l’extérieur de la ville.

20 avril 2014 : Montréal vient de se démarquer en matière de transport propre alors que vendredi après-midi, 425 voitures électriques ont paradé au parc Jean-Drapeau, établissant le record Guinness du plus grand rassemblement de ce type de véhicules dans le monde. L’événement a lancé la journée Branchez-Vous qui sera ouverte au public toute la journée de samedi au circuit Gilles-Villeneuve. En plus de s’informer sur les alternatives à l’automobile traditionnelle, les participants pourront aussi faire l’essai de véhicule. La marque à battre était de 305 voitures électriques réunies qui a été établie en 2013 à Zurich, en Suisse. Voitures sportives, familiales, urbaines et de luxe, de nombreux modèles ont sillonné le bord du fleuve Saint-Laurent sur l’Île-Sainte-Hélène, prouvant que l’industrie s’adapte à toutes les personnalités de conducteurs. Même moto et bateau électriques étaient au rendez-vous. Bien que plusieurs personnes aient répondu présent à l’appel lancé par le Centre national du transport avancé (CNTA), qui organisait l’événement, le Québec a encore du chemin à faire en matière d’électrification des transports. «On ne peut pas encore qualifier ça d’engouement, mais on voit qu’actuellement il a plus de demandes que d’offres au Québec et nous ont voit ça très positivement», a-t-il indiqué. Le climat hivernal et le prix des véhicules constituent selon M. Castonguay les deux principaux obstacles à faire de ce type de voiture le principal mode de transport des Québécois. Tous les conducteurs rencontrés sur place s’entendent pour dire que le prix des voitures n’est pas donné, mais ils sont unanimes, les économies réalisées valent l’investissement. «Quand tu vois l’essence à 1,49 $, ça ne te donne plus jamais envie d’avoir une voiture à essence. Nous, l’an dernier, le rechargement de la voiture a représenté un coût de 200 $ de plus sur notre facture d’électricité», a fait valoir Sylvain Perreault, qui est propriétaire d’une Mitsubishi Kiev depuis deux ans. Même constat chez Yves Amyot qui depuis l’achat de sa Chevrolet Volt ne jure que par l’électrique. «Je fais 500 km par semaine et c’est vraiment agréable à conduire. C’est mon véhicule principal et ma femme, qui conduit une voiture à essence, aimerait aussi faire la transition», a-t-il dit. Dans la foule, il n’était pas rare d’entendre un «si j’avais les moyens, on en aurait deux à maison».

21 avril 2014 : Une dame de 74 ans est morte sous les roues d’une benne à ordures, cet après-midi, à Trois-Rivières. Le tragique accident s’est produit vers 13 h 15, sur la rue Montplaisir. «Le décès de la victime a été constaté sur place», a indiqué le capitaine Martin Dessureault, de la police de Trois-Rivières. En fin de journée , on ignorait toujours les circonstances de cette collision mortelle. «Le chauffeur du camion à ordures a été transporté à l’hôpital pour y traiter un choc nerveux», a indiqué le lieutenant Roland Brouillette, de la police de Trois-Rivières. Des enquêteurs ont été dépêchés sur place pour tenter de faire la lumière sur les circonstances de ce drame.

21 avril 2014 : À la fin d’une journée pleine de rebondissements, un groupe d’hôteliers formé de Jean-Guy Sylvain, de Paul Duroché et de Giovanni Santoianni a non seulement annoncé avoir «fait l’acquisition» du Loews Le Concorde, de Québec, mais il s’est engagé à conserver la vocation hôtelière de l’établissement. Un communiqué de presse publié, mercredi, en début de soirée, précise que ces trois partenaires d’affaires «sont associés dans différents projets hôteliers depuis plus de 20 ans». Le groupe dit «(souhaiter) terminer comme il se doit la transaction et informer les parties prenantes de la suite des choses. Cette étape (doit être) complétée probablement à la fin de la semaine prochaine». Aucun intervenant dans le dossier n’a pu dire clairement s’il s’agissait là des mêmes investisseurs mystérieux qui ont fait craindre au maire Régis Labeaume l’implication de la mafia dans la transaction ou bien d’un tout autre groupe qui ferait ainsi son entrée en scène. «À cause des clauses de confidentialité, tout ce que je peux dire, c’est que je discute depuis le début avec une seule compagnie et que le dépôt que j’ai reçu pour l’offre d’achat est valide jusqu’au lundi 21 avril», a fait savoir le propriétaire de l’édifice, Eddy Savoie, de façon sibylline. Stéphane Harvey, avocat des investisseurs anonymes qui souhaitent racheter l’hôtel Le Concorde, a convoqué une conférence de presse aujourd’hui en fin de matinée à Québec. Ce point de presse a été maintenu, a confirmé l’avocat que nous avons interrogé tout juste après la publication du communiqué de la soirée.

À lire également : événements qui ont eu lieu entre le 22 avril et le 30 avril 2014.

canard

Canard en avril

Un canard en avril 2014, photo : © GrandQuebec.com

Voir aussi nos sources pour ces nouvelles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>