Ligne du temps : 2014

1er juin – 7 juin

1er juin – 7 juin

C’est arrivé au Québec entre le 1er juin et le 7 juin 2014

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 29 mai jusqu’au 31 mai 2014

1er juin 2014 : Des milliers de cyclistes se sont donnés rendez-vous dimanche matin, au parc Lafontaine, pour le lancement de la 30e édition du Tour de l’Île de Montréal. Le départ pour le 100 km Express Vélo Mag a été donné à 6 h 45 alors que celui du trajet du 100-130 km Découverte a été donné entre 7 h et 10 h. Les participants des parcours des 25 et 50 kms sont partis à 9h15 et tous se sont rejoints au parc Jeanne-Mance, site d’arrivée du rendez-vous sportif. L’an dernier, 26 000 cyclistes avaient participé au Tour de l’Île de Montréal. L’évènement a entraîné la fermeture de plusieurs axes routiers dans une dizaine d’arrondissements, pour une bonne partie de la journée, dont la rue Saint-Hubert, l’avenue Mont-Royal et les boulevards René-Lévesque, Henri-Bourassa, Hochelaga et Gouin.

1er juin 2014 : «Merci le Canada», par ces trois mots projetés en lettres lumineuses sur la façade du Parlement canadien, la France adresse ses remerciements à l’engagement du Canada lors du Débarquement de 1944. Du 3 au 9 juin, chaque soir dès 21h00 et pendant trois heures, le Parlement canadien va être aux couleurs de la France, bleu, blanc et rouge, avec la représentation d’une colombe de la paix, la cocarde tricolore et la feuille d’érable du drapeau canadien. «Merci le Canada, thank you Canada» suivi de «La France n’oubliera jamais, France will never forget», le long bâtiment abritant à la fois la chambre des communes et le sénat va afficher la reconnaissance de la France aux Canadiens morts lors de la deuxième Guerre mondiale. «Le Canada a joué un rôle important il y a 70 ans dans les opérations des forces alliées qui ont conduit à la libération de la France», a indiqué l’ambassade de France à Ottawa à l’origine de cette opération. Le Canada a payé lourdement son engagement et «près de 44 000 Canadiens ont perdu la vie lors des opérations militaires, 54 000 autres Canadiens ont été blessés». En illuminant le Parlement à ses couleurs, la France veut remercier tous les Canadiens grâce à «la maison des élus du peuple, un lieu d’expression pour l’ensemble des provinces canadiennes» symbole de «la liberté et de la démocratie canadiennes», a indiqué l’ambassade française.

1er juin 2014 : Après 25 heures de témoignages poignants, de pleurs et de sourires, de dons spectaculaires et de prestations mémorables d’une série d’artistes, le 27e Téléthon Opération Enfant Soleil se conclut avec une récolte record, un montant de 18 308 596 $. Au terme d’un intense marathon étalé sur deux jours à amasser de l’argent afin d’améliorer les soins pédiatriques des établissements de santé de la province, l’équipe du Téléthon Opération Enfant Soleil (OES) se dit mission accomplie. «C’est le plus haut chiffrier de toute l’histoire d’Opération Enfant Soleil, c’est un miracle. Les Québécois sont d’une générosité», s’enchante Ginette Charest, présidente et directrice générale de l’organisme. Le difficile objectif de dépasser les 18 017 359 $ amassés l’an dernier est donc réussi. « Nous sommes très heureux du montant, lorsque l’on sait que l’on est dans un contexte économique qui est quand même plus difficile », ajoute Alain April, président du conseil d’administration d’OES. Les émotions étaient à leur comble, une fois le dernier décompte annoncé, car le téléthon est le moment de l’année où l’organisme voit le bonheur qu’apporte aux familles le fruit de leur travail. «C’est un pur bonheur. Et en plus, on a plein de câlins tout le weekend», lance Mme Charest. Parmi les nombreux chèques qui ont été remis, les cols bleus de Québec ont fait preuve d’une grande générosité en remettant un montant de 12 000 $ à l’organisme, dimanche matin. La somme a été récoltée lors d’un tournoi de balle des employés municipaux tenu l’été dernier. OES a notamment pour projet d’acquérir un laser au Centre Mère-Enfant du CHU de Québec pour sauver la vue de jeunes enfants. «Sauver la vue ce n’est peut-être pas sauver la vie, mais ça change une vie», souligne la PDG d’OES.

1er juin 2014 : Un homme et une femme ont été blessés, à la suite d’une explosion dans une roulotte du camping au Pied du Mont, à Saint-Jean-Baptiste-de-Rouville, en Montérégie. La déflagration s’est produite vers 8 h 15, lorsque les occupants de la roulotte ont voulu utiliser un poêle défectueux. «C’est à partir d’une réparation qui aurait été effectuée sur le poêle à l’intérieur de la roulotte [vendredi] et il semblerait qu’il manquait une pièce, a expliqué Michel Lefebvre, de la Régie de police Richelieu Saint-Laurent. Le réparateur a fait une réparation de fortune. Il a arrangé ça pour que le monsieur puisse l’utiliser. À la première utilisation, il semblerait qu’il y avait une fuite qui était là.» Les occupants ont été conduits à l’hôpital pour soigner des brûlures aux mains et aux avant-bras. La nouvelle a créé une toute une commotion sur ce terrain de camping fréquenté par de nombreux habitués.

2 juin 2014 : Une femme a été atteinte par au moins un projectile d’arme à feu et a été blessée gravement en fin de soirée lundi dans le secteur de Pointe-aux-Trembles, à Montréal. La victime, âgée de 29 ans, a été touchée à une jambe par au moins un projectile, indique le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal, Jean-Pierre Brabant. Toutefois, sa vie n’aurait pas été mise en danger par ses blessures. Des appels de citoyens ayant entendu des coups de feu ont été reçus par les services d’urgence vers 22 h 35. L’événement s’est produit dans un appartement du sous-sol d’un immeuble de la rue Versailles, situé entre la rue Forsyth et la place du Parc.

2 juin 2014 : Un jeune homme dans la vingtaine a subi de graves blessures, alors qu’il a fait une chute à bord de son paramoteur à Shigawake, à proximité de Baie des Chaleurs, en Gaspésie. Il est impossible de savoir si la vie du jeune homme est en danger. Il a été transporté en ambulance dans un hôpital de Chandler. « Le médecin ne veut pas se prononcer, mais il sera probablement transféré dans un centre hospitalier de Québec pour traiter de multiples fractures », a dit Mélanie Dumaresq, porte-parole à la Sûreté du Québec. La distance de la chute n’a pas été dévoilée, mais les policiers parlent d’une «bonne chute», a indiqué la policière. Des témoins sont à rencontrer pour éclaircir les causes de l’événement et le Bureau de la sécurité des transports du Canada a été avisé, afin d’enquêter sur les circonstances de l’accident.

3 juin 2014 : Pluie et vents violents se sont abattus à Montréal. Les conditions devaient s’améliorer avant de se dégrader de nouveau en soirée, selon Environnement Canada. Une veille d’orages violents était en vigueur ce soir dans la métropole, Lanaudière, les Laurentides, la Mauricie et l’Outaouais. Une masse d’air froid en provenance de l’Ouest a créé des bourrasques de vent et des orages sur le sud-ouest et l’est de la province. Des inondations ont été observées par endroit, comme à Boisbriand, dans les Laurentides. Vers 17 h, près de 30 000 foyers étaient privés d’électricité au Québec, mais rapidement, la situation est revenue à la normale. Peu avant 19 h, Hydro-Québec ne rapportait plus que 6390 clients concernés par les coupures de courant, dont 2700 à Montréal et 1348 en Montérégie. Le trafic aérien a également été perturbé une partie de l’après-midi à l’aéroport Montréal-Trudeau (AMD). Une vingtaine de vols environ ont été retardés. « Une alerte à la foudre a été déclenchée vers 14 h, a indiqué Anne Marcotte, porte-parole d’AMD. Dans ce cas-là, le personnel de l’aéroport n’est pas autorisé à aller à l’extérieur. Ils ne peuvent pas travailler près des avions et sur l’ensemble du tablier pour des raisons de sécurité. » À l’aéroport de Québec, sept vols transatlantiques se dirigeant vers Montréal ont été déroutés vers Québec en raison des orages. Ils ont redécollé progressivement peu avant 18 h.

4 juin 2014 : Une vaste opération policière a été lancée qu’un homme lourdement armé eut tiré sur plusieurs policiers dans le nord de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Trois d’entre eux sont morts. Deux autres ont été blessés, mais leur vie ne serait pas en danger, a indiqué la GRC. En conférence de presse, peu avant minuit, le porte-parole de la GRC, Damien Thériault, a fait savoir que les policiers ont été atteints par balle. Ébranlé par les évènements, le porte-parole qui connaissait les trois policiers décédés a assuré que le travail des policiers n’allait pas être affecté. «Nous sommes des professionnels. Nous allons assurer la sécurité du public», a-t-il précisé, retenant difficilement ses larmes. Dans son message publié sur Twitter peu après 22 h 30, la police a également confirmé qu’elle était toujours à la recherche du tireur, un homme de Moncton âgé de 24 ans prénommé Justin Bourque. Il serait dans le secteur de Pinehurst. «Un premier appel a été placé vers 19 h 20, heure de l’Est, pour dire qu’un homme armé en tenue de camouflage marchait dans les bois, a raconté la Sergente Julie Gagnon à l’Agence QMI. Trois officiers de Codiac se sont rendus sur place et ont été tués. Deux autres collègues ont été blessés.» Mme Gagnon a précisé qu’un maximum d’effectifs policiers étaient mobilisés pour mettre la main sur le tireur. Mais peu avant minuit heure de l’Atlantique, les recherches n’avaient rien donné. La photo du suspect, habillé en tenue de camouflage et portant une arme en bandoulière et une autre à la main, a également été publiée par la GRC. La GRC a demandé aux résidents du secteur de ne pas divulguer d’informations sur les opérations policières, notamment sur les médias sociaux.

4 juin 2014 : Des employés d’Hydro-Québec ont découvert un corps flottant dans la rivière Gatineau, près de la municipalité de Cantley, en Outaouais. Les employés de la société d’État ont trouvé le corps à un barrage hydro-électrique vers 7 h 10, a indiqué Martin Fournel, de la Sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais. Le cadavre sera envoyé au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale de Montréal pour une autopsie. La cause de la mort est toujours indéterminée, tout comme les circonstances entourant le décès.

4 juin 2014 : L’attente est insupportable pour la famille de Benoît Marineau, un camionneur québécois de 44 ans porté disparu depuis cinq jours aux États-Unis. Le camion de l’homme a été retrouvé vendredi, en bordure de la route 80, dans l’État du Nevada. Le moteur du poids lourd était à ce moment toujours en marche, ce qui ajoute au mystère de sa disparition. «C’est sûr qu’il est arrivé quelque chose de grave. Connaissant mon frère, il n’aurait jamais abandonné son camion en marche avec les clés dans le contact, c’est impossible», a dit Sylvain Marineau. Le disparu n’en est pas à ses premiers voyages en camion. Il exerce ce métier depuis qu’il a 17 ans. Il travaille désormais à son compte depuis plusieurs années. Avant que son camion soit retrouvé, Benoît Marineau avait effectué une livraison à San Mateo, en Californie. Puis, il a téléphoné à sa conjointe pour qu’elle lui déniche une cargaison à faire sur le chemin du retour vers le Québec. Ç’a été leur dernière conversation. La conjointe du disparu s’est rendue au Nevada, lundi, afin d’aider les autorités locales dans leur recherche d’indices.

5 juin 2014 : Justin Bourque, le présumé tireur fou, en cavale depuis une trentaine d’heures, a été arrêté dans la nuit de jeudi à vendredi, dans la cour arrière d’une résidence dans le nord de Moncton, au Nouveau-Brunswick. «Justin Bourque arrêté par GRCNB à 0 h 10 à Moncton. Il est détenu par la police», a confirmé la GRC sur son compte Twitter. Le jeune homme de 24 ans est soupçonné d’avoir tué trois policiers de la GRC, dont un Québécois et d’en avoir blessé deux autres. La cavale du principal suspect s’est donc arrêtée après 30 heures de fuite. C’est dans la cour arrière d’une résidence de la rue Mecca qu’il a été appréhendé. Il a ensuite été transporté au poste de police de la GRC pour subir vraisemblablement un interrogatoire. Le corps de police a d’ailleurs fait savoir que les résidents de Moncton nord, confinés depuis la veille, pouvaient maintenant quitter leur résidence. Les circonstances pour lesquelles l’homme a ouvert le feu sur les agents restent inconnues.

5 juin 2014 : Les députés de l’Assemblée nationale ont adopté le projet de loi 52 portant sur les soins de fin de vie. Quatre-vingt-quatorze députés ont voté en faveur de la proposition législative, tandis que 22 se sont prononcés contre. Aucun élu ne s’est abstenu. Seuls des députés du Parti libéral ont refusé d’appuyer du projet de loi; les représentants des autres partis ont tous voté en faveur. La ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, figure au nombre des députés libéraux qui n’ont pas donné leur appui. « Je pense qu’on ne peut pas donner le pouvoir à quelqu’un de tuer, même si c’est un médecin, même si c’est le corps médical. Pour moi, c’est une journée très triste », a confié Mme St-Pierre, jeudi, avant la période des questions à l’Assemblée nationale.

5 juin 2014 : Une femme est morte et deux hommes ont été gravement blessés, lors d’une violente collision survenue sur la route 148, dans les Laurentides. L’accident s’est produit vers 10 h 45, près de la municipalité de Brownsburg-Chatham. « Le conducteur d’un véhicule qui roulait sur la 148 en direction est a entrepris une manœuvre pour tourner à gauche. C’est à ce moment qu’il y a eu un impact avec une voiture qui circulait dans la direction opposée», a expliqué Marie-Josée Ouellet, porte-parole de la Sûreté du Québec. La passagère du véhicule qui effectuait le virage a subi d’importantes blessures. La femme d’une cinquantaine d’années a rapidement été transportée à l’hôpital de Hawkesbury, où elle a ensuite succombé à ses blessures. Quant aux deux conducteurs des voitures impliquées, ils ont été gravement blessés, mais leurs vies n’étaient pas en danger. Les deux hommes ont été amenés au centre hospitalier de Saint-Jérôme. « Notre hypothèse, c’est qu’il s’agit d’une erreur d’inattention, que le conducteur n’a pas vu l’auto au moment de son virage. Une enquête est quand même en cours et un reconstitutionniste a été envoyé sur les lieux », a précisé la porte-parole. La route 148 a été fermée dans les deux directions pendant plusieurs heures, jeudi. Une déviation par la route 50 avait toutefois été mise en place.

6 juin 2014 : Les festivités du Grand Prix sur la rue Crescent, à Montréal, ont été marquées par une courte apparition des Femen qui ont protesté seins nus, vendredi soir, contre cet événement qui «fait rouler l’industrie du sexe et le lucratif tourisme sexuel». Alors que la foule s’intensifiait au centre-ville en raison du Festival du Grand Prix sur Crescent, deux femmes aux seins nus sont montées sur un kiosque faisant la démonstration de la Formule 1 érigé devant le Sir Winston Churchill Pub. Arborant des slogans pour dénoncer le «commerce des filles», elles ont protesté pendant quelques minutes avant que des agents de sécurité les traînent littéralement en dehors du site. Dans un communiqué du regroupement international féministe publié vendredi, les militantes affirment qu’à « Montréal, la prostitution génère plus de revenus en ces trois jours de fête que durant tout le reste de l’année». Le «coup d’État» des deux femmes n’a pas empêché les amateurs de la Formule 1, venus des quatre coins du monde, de se masser sur la rue Crescent pour le début des célébrations entourant la fin de semaine du Grand Prix. Pour l’occasion, musique, voitures et événements mondains étaient au rendez-vous tout le week-end. «Je suis de New York et je viens à Montréal spécifiquement pour assister à la course de dimanche», a mentionné un amateur sur la rue Crescent. Les propriétaires des commerces étaient aux anges, ce soir. Le président de l’Association des commerçants de la rue Crescent estime que les ventes tripleront lors de la fin de la semaine du Grand Prix comparativement un week-end normal.

6 juin 2014 : Justin Bourque, soupçonné d’être le tireur ayant atteint mortellement trois policiers, a comparu au palais de justice de Moncton, au Nouveau-Brunswick. Il fait face à trois accusations de meurtre au premier degré et à deux autres de tentative de meurtre. Il est apparu dans le box des accusés menotté, les cheveux ébouriffés, et vêtu d’un vêtement bleu, qui s’apparente à une jaquette d’hôpital. Pendant que le juge énumérait les chefs d’accusation auxquels il fait face, Bourque fixait le juge, calme et impassible, sans jamais jeter un regard aux 60 personnes qui se trouvaient dans la salle de cour. Il sera de retour devant un juge le 3 juillet. Le procureur de la Couronne a déjà avisé le tribunal qu’il n’avait pas l’intention de demander une évaluation psychologique. Au bout d’une cavale de près de 30 heures, l’homme de 24 ans a été arrêté ce matin, à 0 h 10, à l’arrière d’un bâtiment résidentiel. Il a immédiatement été mis en détention. Plus de 300 policiers avaient été dépêchés sur les lieux pour mettre un terme à cette chasse à l’homme. «C’est le dénouement que nous espérions, sans autre blessure, sans autre perte de vie, a ajouté la porte-parole. Nous sommes extrêmement soulagés, fiers du travail effectué par les officiers et l’aide public.» Justin Bourque n’avait pas de casier judiciaire et les circonstances pour lesquelles l’homme a ouvert le feu sur les agents demeurent inconnues. L’identité des trois policiers qui ont péri, mercredi soir, lors des fusillades, a été confirmée vendredi matin par la GRC. Les victimes sont Dave Ross, 32 ans, natif de Victoriaville, au Québec, Fabrice Georges Gevaudan, un Français de 45 ans et Douglas James Larche, 40 ans, de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick. «Les deux policiers blessés (Eric Dubois et Darlene Goguen) guérissent bien», a souligné le commandant Roger Brown.

7 juin 2014 : L’homme de 23 ans victime d’une tentative de meurtre dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, à Montréal, est décédé des suites de ses blessures quelques heures après les évènements. «Nous confirmons que c’est le 8e homicide de l’année à Montréal, a indiqué l’agent Manuel Couture, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Appelés à intervenir pour des coups de feu sur l’avenue du Parc à l’intersection de l’avenue Fairmount, les policiers ont constaté que deux personnes avaient été atteintes d’au moins un projectile au haut du corps. L’homme est décédé et la femme a été transportée à l’hôpital pour soigner des blessures. Un suspect, un homme de 25 ans, a rapidement été arrêté. Un périmètre de sécurité a été érigé sur l’avenue du Parc entre l’avenue Fairmount et la rue Saint-Viateur.

7 juin 2014 : Une adolescente de 17 ans a été victime d’un meurtre, ce soir, à Montréal. Il était environ 22 h 45 lorsqu’un homme a appelé les policiers à un hôtel situé au coin des rues Sherbrooke et Lacordaire, à propos d’une femme en détresse, a indiqué François Collard, porte-parole de la police de Montréal. À leur arrivée sur les lieux, les agents ont trouvé la jeune femme gravement blessée «au haut du corps». Elle a été transportée à l’hôpital, où son décès a été constaté. Il s’agit du 12e meurtre à survenir cette année sur le territoire de la police de Montréal, a précisé M. Collard. Un homme de 18 ans a été arrêté et devait être rencontré par les enquêteurs en cours de journée. Une scène de crime a été érigée dans le secteur et les enquêteurs des crimes majeurs ont été dépêchés sur les lieux.

7 juin 2014 : Le Centre de détention d’Orsainville a été le théâtre d’une spectaculaire évasion de trois dangereux détenus faisant face à la justice pour meurtre, à bord d’un hélicoptère qui s’est dirigé en direction ouest, hier soir vers 19h25. « Nous parlons d’un hélicoptère vert qui aurait pris la direction ouest avec trois détenus à bord », indique Ann Mathieu, porte-parole à la Sûreté du Québec. Les détenus évadés sont Yves Denis, 35 ans, Denis Lefebvre, 53 ans, et Serge Pomerleau, 49 ans. Les trois individus ont été arrêtés dans le cadre de l’Opération Écrevisse en 2010, une vaste opération visant à démanteler une organisation de trafiquants de drogue en Abitibi. Depuis de nombreuses semaines, ils subissaient leur procès au palais de justice de Québec. Les trois fugitifs et leurs comparses étaient également accusés du meurtre de plusieurs trafiquants de drogue concurrents à leur organisation et devaient subir un autre procès à Montréal à compter de janvier prochain pour répondre de ces accusations. Les circonstances entourant l’évasion restent à déterminer, mais la Sûreté du Québec recherche activement un hélicoptère de couleur verte. Une immense opération de recherche était déployée par la SQ et le SPVQ. «Notre priorité numéro 1 est de localiser l’appareil et les détenus le plus rapidement possible», indique Ann Mathieu, porte-parole à la Sûreté du Québec. Selon un témoin, Steeve Rousseau, l’appareil aurait volé au-dessus de chemin du Golf, à Val-Bélair, vers 19h30. «Il allait en direction du Lac-St-Charles, mais je ne peux pas dire exactement d’où il arrivait», ajoute M. Rousseau. La SQ demande à la population de coopérer, afin de retrouver les trois individus. «Si des gens ont vu l’appareil ou entendu quoi que ce soit comme information qui pourrait nous permettre de localiser les trois individus, faites le 911», ajoute Mme Mathieu. Il s’agit d’une première évasion de ce genre à Québec, selon la porte-parole. «Dans mes années de services, je n’en ai pas vu d’autres», souligne-t-elle. Les individus sont si dangereux que la SQ a demandé à la population de ne pas tenter de les intercepter. Les évadés d’Orsainville attendaient leurs procès dans le cadre de l’opération anti-drogue Écrevisse, et font face à de nombreux chefs d’accusation, dont trafic de stupéfiants et meurtres.

A lire également : événements qui ont eu lieu entre le 8 juin et le 14 juin 2014.

site de la nouvelle france

Site du Musée de la Nouvelle-France, au Saguenay : Sitenouvellefrance.com

Voir aussi nos sources pour ces nouvelles :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>