Ligne du temps : 2014

1er décembre – 7 décembre 2014

1er décembre – 7 décembre 2014

Nouvelles Québec : C’est arrivé au Québec entre le 1er décembre et le 7 décembre 2014

Voir aussi : les événements qui ont eu lieu du 22 novembre jusqu’au 30 novembre 2014

1er décembre 2014 : Le taux d’homicides au Canada a enregistré un recul de 8 % en 2013 pour s’établir à 1,44 victime pour 100 000 habitants, soit le taux le plus faible depuis 1966, a indiqué lundi Statistique Canada. Les services de police canadiens ont déclaré 505 homicides en 2013, soit 38 de moins que l’année précédente, a précisé l’agence fédérale. La diminution globale des homicides au pays est en partie attribuable au Québec, qui a enregistré une baisse de 40 homicides en 2013. Soixante-huit homicides ont été commis l’année dernière au Québec (0,83 pour 100 000 habitants), comparativement à 108 en 2012. Le Manitoba a affiché le plus fort taux d’homicides (3,87 pour 100 000 habitants) parmi les 10 provinces canadiennes en 2013. C’est la ville de Regina qui a enregistré le taux d’homicides le plus élevé (3,84 pour 100 000 habitants) parmi les régions métropolitaines de recensement. Les taux étaient inférieurs à la moyenne nationale (1,44) dans les régions de Montréal (1,08) et Toronto (1,34). L’agence fédérale a précisé que les homicides commis à l’aide d’une arme à feu sont en baisse, alors que ceux perpétrés avec une arme pointue augmentent. Les homicides attribuables à des gangs ont diminué en 2013, avec 85 meurtres, comparativement à 96 en 2012, a aussi constaté Statistique Canada. Le gouvernement fédéral a indiqué que ces nouvelles données démontrent l’importance d’accroître les peines d’emprisonnement pour certains crimes. «Lorsque les criminels restent en prison plus longtemps, ils ne sont pas à l’extérieur en train de commettre des crimes. Ainsi, le taux de criminalité baisse», a indiqué Jason Tamming, porte-parole du ministre de la Sécurité publique, Steven Blaney.1er décembre 2014 : Un autobus du Réseau de transport de Longueuil (RTL) a pris feu ce soir à l’intersection de l’avenue Alexandra et de la rue d’Arran, à Saint-Lambert. L’autobus était en service au moment où les flammes ont pris naissance. Tous les occupants ont pu sortir à temps et en sécurité avant que l’incendie ne s’aggrave. Les pompiers ont mis de longues minutes à éteindre les intenses flammes. Selon Normand Lavallée, du Service de sécurité incendie de l’agglomération de Longueuil, l’incendie a commencé dans le moteur et s’est propagé aux sièges du véhicule. Un autre autobus a été dépêché sur place pour prendre les usagers en charge.

1er décembre 2014 : L’entrepreneur en construction Tonino Callocchia a été assassiné dans un restaurant de l’est de Montréal, devenant ainsi le 10e mafioso relié au clan rival du défunt parrain Vito Rizzuto à être criblé de balles depuis 2012. Tonino «Tony» Callocchia, âgé de 53 ans, était attablé à l’intérieur du Bistro XO+ lorsque deux suspects cagoulés et armés ont fait irruption dans le commerce, vers 13 h. Ils se sont immédiatement dirigés vers lui et ont ouvert le feu à plusieurs reprises en sa direction. Tony Callocchia, qui a reçu au moins une balle en pleine tête, n’a eu aucune chance et les services d’urgence n’ont rien pu faire pour lui sauver la vie. Le décès du quinquagénaire a été constaté sur place. Bien qu’une dizaine de clients et d’employés se trouvaient à l’intérieur du restaurant au moment du crime, l’attaque, très bien planifiée, ne visait qu’une seule personne: Tony Callocchia. La tête de ce membre influent de la mafia avait été mise à prix il y a déjà plusieurs mois. Personne d’autre n’a été blessé à l’intérieur du petit bistro situé sur le boulevard Henri-Bourassa Est. Ironiquement, le meurtre a été commis pendant que des techniciens s’affairaient à installer des caméras de surveillance et un système d’alarme dans le commerce. Les deux tireurs ont immédiatement pris la fuite après le meurtre. Les policiers étaient toujours à leur recherche, en milieu de soirée lundi. Comme neuf autres victimes, Tony Callocchia a déjà été associé par les policiers à la coalition des mafieux Raynald Desjardins – en attente de son procès pour le meurtre de l’aspirant parrain Salvatore Montagna – et Giuseppe De Vito, mort empoisonné au cyanure au pénitencier de Donnacona à l’été 2013. La série noire a débuté en mars 2012 avec le meurtre de Giuseppe «Closure» Colapelle. Depuis, les têtes continuent de rouler les unes après les autres au sein du clan ennemi à celui du défunt parrain. Tonino Callocchia était un proche de Joe Di Maulo et de Moreno Gallo, deux mafieux de longue date ayant été tués au cours des deux dernières années. En 1998, Callocchia avait écopé d’une peine de 10 ans de prison pour son implication dans une affaire d’importation de cocaïne. Il devait également revenir en cour en septembre 2015 pour son enquête préliminaire dans un dossier de menaces de mort et d’extorsion à l’endroit de la maîtresse du caïd Raynald Desjardins. Tonino Callocchia avait également une cause pendante de conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool.

2 décembre 2014 : Un homme est mort et un autre a été blessé quand un camion-citerne rempli d’huile a explosé, dans la cour d’une station-service de Piedmont, dans les Laurentides. La puissante déflagration a été suivie par un violent incendie qui a ravagé les installations du poste à essence Inter-Gaz. Les flammes se sont ensuite propagées au bâtiment principal situé le long du boulevard des Laurentides, qui abrite les bureaux du commerce et un lave-auto.
À l’arrivée des pompiers sur les lieux, un peu après 16 h 30, le camion-citerne était une énorme boule de feu. Les pompiers ont rapidement localisé un corps au sol, à proximité du camion-citerne. Selon des témoins, la victime, un homme dans la mi-quarantaine, se tenait possiblement debout sur la citerne du camion au moment de l’explosion. Il est mort sur le coup. Son identité n’a pas été révélée par les autorités. Un autre homme, lui aussi âgé d’une quarantaine d’années, se trouvait à proximité du poids lourd lors de la déflagration. L’intensité des flammes était telle que le bâtiment brûlait encore en fin de soirée, soit plus de cinq heures après le début de l’intervention. Devant les pompes à essence, on pouvait clairement apercevoir la carcasse complètement carbonisée du camion-citerne. L’enquête dans ce dossier a été transférée à la Sûreté du Québec.

2 décembre 2014 : Les références au film Basic Instinct dans le meurtre de Jun Lin sont «fondamentales» et «troublantes», a noté le psychiatre de la Couronne à la fin de son témoignage. Il existe en effet plusieurs similitudes entre le meurtre de l’étudiant chinois, le 25 mai 2012, et le célèbre film des années 1990 mettant en scène Sharon Stone. Du nom de l’ex-fiancé du personnage jusqu’à la mise en scène utilisée, les références sont nombreuses, a noté le Dr Gilles Chamberland au procès pour meurtre de Luka Rocco Magnotta. «Le plus troublant demeure le pic à glace, qui a été peint de couleur argent», a-t-il ajouté. Et contrairement à son homologue de la défense, le Dr Chamberland estime que le film a joué un rôle «fondamental» dans le meurtre. Après cinq jours de témoignage, le psychiatre a conclu en affirmant que tout indique que l’accusé de 32 ans savait que tuer Jun Lin était mal. Et il a suggéré au jury d’exclure la thèse de la schizophrénie. Comme les jours précédents, le Dr Chamberland a donné de nouveaux exemples indiquant que Magnotta n’était pas malade. L’expert a aussi mentionné l’existence d’une vidéo d’entrevue, tournée en 2008, montrant Magnotta qui postule pour une téléréalité sur les chirurgies esthétiques. Magnotta apparaît calme, et ne laisse rien transpirer de sa maladie alléguée, selon le psychiatre.

2 décembre 2014 : L’ex-juge Pierre J. Dalphond va présider le comité qui révisera l’enquête sur l’accident impliquant un policier de la Sûreté du Québec qui a causé la mort d’un garçon de cinq ans, en février dernier, à Longueuil, a annoncé le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). M. Dalphond, qui avait annoncé en juillet son départ de la Cour d’appel en novembre, sera secondé par Me Lucie Joncas et Me Guy Loisel. Ils ont comme mandat d’évaluer l’ensemble de la preuve dans ce dossier, d’exiger des compléments d’enquête si nécessaire et de recommander ou non des accusations contre le policier qui roulait à 122 km/h dans une zone de 50 km/h avant de heurter la voiture dans laquelle se trouvait la victime. La directrice des poursuites criminelles et pénales par intérim, Me Annick Murphy, affirme que ce comité a été mis sur pied par souci de transparence. «Je saisis parfaitement la nature délicate de ces dossiers. Il m’apparaît primordial d’expliquer adéquatement aux victimes et à la population les décisions prises par nos procureurs. Notre organisation doit évidemment oeuvrer à ce que justice soit rendue selon la règle de droit», a-t-elle dit par communiqué. La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, avait annoncé le 24 novembre qu’un comité indépendant allait revoir ce dossier afin de préserver «la crédibilité et l’indépendance de l’institution» du DPCP. La décision du DPCP de ne pas inculper le policier fautif avait semé un tollé, puisque le policier roulait à 122 km/h dans une zone de 50 km/h. Le DPCP s’était justifié en affirmant que le père de l’enfant tué avait fait preuve de témérité en effectuant un virage à gauche sans attendre le feu prioritaire, alors que le véhicule conduit par un policer s’amenait à grande vitesse en sens inverse.

3 décembre 2014 : Une douanière du poste frontalier de Saint-Bernard-de-Lacolle a été arrêtée sur son lieu de travail pour son implication présumée dans une affaire d’importation de près de 200 kg de cocaïne. Stéphanie McLelland, 37 ans, de Lacolle, a été appréhendée sous les yeux de plusieurs de ses collègues par des policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Deux présumés complices de la douanière ont également été épinglés par les autorités dans le cadre de cette enquête concernant l’introduction au pays de 182 kg de cocaïne. Il s’agit des Montréalais Gregory Singh, 28 ans, et de sa copine Ariane Desgroseilliers, 24 ans. Les trois suspects ont comparu mercredi après-midi, au palais de justice de Saint-Jean-sur-Richelieu. Ils doivent revenir devant le juge vendredi pour subir leur enquête sur remise en liberté. D’ici là, ils demeureront derrière les barreaux.

3 décembre 2014 : Un Montréalais de 15 ans a comparu au palais de justice de Montréal relativement à des accusations liées au terrorisme, a annoncé en soirée la GRC. Le jeune homme est accusé d’avoir commis un «vol qualifié au profit ou sous la direction d’une organisation terroriste, en plus de vouloir lui-même quitter le Canada pour participer aux activités d’un groupe terroriste à l’étranger». Le corps policier a ajouté qu’aucune autre information ne sera disponible concertant les motifs entourant le dépôt de ces accusations, et ce, «compte tenu de l’âge de l’accusé». L’enquête se poursuit, a toutefois précisé la GRC. «Nous sommes déterminés à intervenir afin de protéger les Canadiens et de rendre nos communautés résilientes et sécuritaires», a déclaré dans un communiqué le commissaire adjoint James Malizia.

3 décembre 2014 : Le restaurant montréalais La Cantina a été la proie d’un incendie criminel pour une seconde fois en moins de deux semaines mercredi, et les flammes ont fait cette fois-ci des dommages considérables. Vers minuit, l’incendie a éclaté dans l’établissement situé à l’angle de la rue Legendre Ouest et du boulevard Saint-Laurent. Les flammes ont pris naissance au rez-de-chaussée. Il n’y a pas eu de propagation aux deuxième et troisième étages, a mentionné Robert Dubé, chef aux opérations au service de sécurité incendie de Montréal. Très rapidement, les premiers pompiers arrivés ont demandé des renforts dans le but d’éviter la propagation, vu la violence des flammes. Du feu sortait par les fenêtres, a relaté M. Dubé. Plus de 80 pompiers ont finalement été mis à contribution. Il n’y avait personne à l’intérieur du bâtiment lorsque l’incendie s’est déclenché. Des témoins ont indiqué aux policiers avoir vu un ou des suspects s’enfuir précipitamment des lieux avant que l’incendie éclate, a affirmé le porte-parole de la police de Montréal, Manuel Couture. Des enquêteurs de la division des incendies criminels du SPVM se rendront sur place afin de recueillir des indices. Le 24 novembre dernier, le restaurant situé dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville avait été victime d’un incendie criminel. Les flammes avaient été rapidement maîtrisées. Le Ristorante La Cantina avait été au cœur de l’actualité en août 2009. L’un des copropriétaires de l’établissement, Federico Del Peschio, avait alors été tué à bout portant dans le stationnement du restaurant. Il était très proche de Vito Rizzuto et de son père, Nicolo.

3 décembre 2014 : Une maison située à Regina Beach en Saskatchewan a été rasée par une explosion. «Il y a eu une explosion de gaz au coin de la 1re Avenue et de la 2e Avenue (à côté du bureau de poste)», a fait savoir la Ville de Regina Beach sur sa page Facebook. Une photo affichée sur Twitter par un utilisateur du nom de Shannon a montré d’énormes dégâts à la propriété, avec des débris éparpillés un peu partout. On note aussi des dégâts importants au bureau de poste. Regina Beach est une ville d’environ 1000 habitants située à environ 50 km au nord-ouest de Regina.

4 décembre 2014 : Un père de famille de Saguenay venu chercher son enfant à la garderie alors qu’il était ivre devrait faire face à la justice vendredi. Alors qu’il venait récupérer sa fille dans une garderie de l’arrondissement de Chicoutimi, l’homme dans la trentaine en état d’ébriété très avancé a été arrêté par les policiers. C’est un citoyen, qui a constaté la situation, qui a par la suite fait appel aux autorités. En plus de conduite avec les facultés affaiblies, le père de famille devrait faire face à des accusations pour avoir refusé de fournir un échantillon d’haleine.

4 décembre 2014 : La police de Sherbrooke enquête sur de présumées menaces qui ont été faites à l’endroit de l’humoriste Sugar Sammy, à l’occasion du spectacle qu’il donnait jeudi soir à la salle Maurice O’Bready de l’Université de Sherbrooke. Au moins quatre autopatrouilles du Service de police de la Ville de Sherbrooke ont été dépêchées sur les lieux en début de soirée, avant le spectacle, afin de porter assistance au service de sécurité de l’Université de Sherbrooke. «Il y a eu des menaces de faites, nous sommes en assistance, mais aucune menace n’a été mise à exécution», a précisé à l’Agence QMI le sergent Martin Cloutier, de la police de Sherbrooke, en fin de soirée. Selon les informations non confirmées par la police, c’est le service de billetterie de la salle Maurice O’Bready qui aurait reçu ces menaces. Le spectacle a débuté avec un peu de retard, mais s’est déroulé normalement. Toutefois, l’humoriste Sugar Sammy devait signer des autographes à la fin du spectacle, mais cette activité a été annulée. Les policiers ont fouillé la salle et l’intérieur du centre culturel de l’Université de Sherbrooke après la représentation. Quant aux représentants de la salle, ils se sont refusés à tout commentaire.

5 décembre 2014 : Environ 36 % des Québécois ont déjà conduit avec les facultés affaiblies, indique un sondage Léger, réalisé auprès de 1000 personnes. Chez les jeunes, la proportion est de 31 %. « C’est quelque chose qui est peut-être en voie de disparition, a dit Christian Bourque, vice-président de Léger. Il y a des gens qui n’ont peut-être pas osé nous l’admettre, et c’est peut-être bon signe. C’est le signe qui a effectivement eu un changement de normes sociales. » Près de 38 % des répondants affirment avoir déjà laissé conduire une autre personne sachant qu’elle avait les facultés affaiblies. On remarque dans ce cas-ci que les jeunes ont toujours de la difficulté à intervenir. « C’est peut-être une dimension sur laquelle on peut travailler. Si vous ne le faites pas vous-même, empêcher les autres de le faire. Donc sans doute un travail qui doit être fait au niveau de la sensibilisation», soutient Christian Bourque. Il faut dire que le bilan routier s’est nettement amélioré au cours des dernières années. Il y a deux fois plus de véhicules sur les routes aujourd’hui qu’en 1983. Pourtant, le nombre de décès a baissé de 66 %, en partie grâce à de meilleures habitudes au volant. Cependant, le texto au volant est un véritable fléau, particulièrement chez les jeunes. Dans la tranche d’âge des 18-25 ans, près de 28 % des répondants disent texter au volant et chez les 25-34 ans, le pourcentage est de 24 %. « Avant on disait que c’était les personnes âgées qui ne décollaient pas de leur lumière rouge, maintenant ce sont les jeunes qui regardent ailleurs que sur la route», a souligné Christian Bourque.

5 décembre 2014 : Après avoir noirci l’état réel des finances de l’État, le gouvernement Couillard va trop loin dans l’effort financier demandé aux familles, dénoncent le PQ et la CAQ. « La situation est bien moins catastrophique que ce que le gouvernement essaie de faire croire. C’est très grave à l’égard de la population. Nous avons un devoir d’honnêteté intellectuelle. J’ai bien peur que la situation économique va se détériorer, les contribuables ont moins d’argent dans leurs poches », a observé le député péquiste de Saint-Jérome Pierre Karl Péladeau. « C’est une grande supercherie mise au jour par le contrôleur des finances qui a dit que le vrai déficit est à 2,8 milliards, pas à 5 ou 7 milliards », a exposé pour sa part le chef intérimaire du Parti québécois Stéphane Bédard. À son avis, la ponction fiscale de 1,4 milliard $ pratiquée cette année dans les poches des contribuables particuliers viendra plomber l’économie. Le chef de la CAQ François Legault suggère au gouvernement de soustraire 22 000 employés de la liste de paye de l’État pour éliminer le déficit. Il y a 220 000 fonctionnaires dans la fonction publique et parapublique qui ne donnent pas de service à la population. « Au lieu d’augmenter les taxes et les tarifs on pourrait couper 10% des postes dans la bureaucratie et économiser 2,3 milliards de salaires», a martelé M. Legault. Interpellé au salon bleu, le premier ministre Philippe Couillard a plaidé que les libéraux et le Vérificateur général du Québec, dans un rapport remis en juin, avaient additionné les engagements non budgétés par le Parti québécois avant les élections l’an dernier pour arriver à un déficit anticipé de 5 milliards. À la CAQ, M. Couillard a répondu que le gouvernement devait d’abord déterminer combien de personnes travaillent pour l’État avant de réduire les effectifs.

6 décembre 2014 : Un homme de 48 ans a succombé à ses blessures dans la nuit de vendredi à samedi quelques heures après avoir été gravement blessé dans la collision de sa camionnette avec un train, dans le secteur de Parent, à La Tuque, en Mauricie. Vers 17h30, vendredi, pour une raison encore inconnue, la camionnette qui transportait deux adultes et deux enfants, tous membres d’une même famille, a heurté, à un passage à niveau, un train de passagers de Via Rail qui effectuait la liaison entre Montréal et Senneterre. Les trois autres personnes présentes dans la camionnette, une femme de 43 ans et deux enfants de 12 ans, un garçon et une fille, ont également été blessées dans l’accident. Sept personnes étaient à bord du train, dont deux conducteurs de locomotive et un agent de bord. «Les quatre passagers ont été ramenés à bon port et le personnel a été pris en charge», a expliqué Marie-Anna Murat, directrice des communications à Via Rail. Le lieu de l’accident étant très isolé, l’équipage a rapidement porté secours aux victimes en attendant les services d’urgence au moment du drame. «Pour eux, c’est difficile [psychologiquement] car ce sont les premiers répondants», a ajouté Mme Murat. Des experts en scène de collision de la Sûreté du Québec ont été dépêchés sur la scène pour comprendre les circonstances de l’accident. Une équipe du Bureau de la sécurité des transports (BST) a également été dépêchée sur les lieux afin de «recueillir des informations et évaluer l’événement».

6 décembre 2014 : La démolition d’un édifice à logements situé dans l’arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, à Montréal, a sérieusement fragilisé les immeubles adjacents, forçant l’évacuation des locataires. Après avoir démoli un duplex situé sur l’avenue De Gaspé, jeudi, les travailleurs ont commencé à creuser le sol, sous les fondations. Ce matin, un mur extérieur d’un triplex adjacent à l’immeuble démoli s’est partiellement effondré. Personne ne se trouvait dans la chambre à coucher de l’immeuble endommagé à ce moment. Toutefois, des locataires se trouvaient toujours à l’intérieur, au deuxième et au troisième étage. Le danger d’effondrement était pris au sérieux par les pompiers de Montréal, qui étaient sur les lieux. Des analyses seront nécessaires avant que toute personne puisse retourner dans le triplex, y compris les pompiers. Des ingénieurs étaient sur place, vendredi après-midi, pour analyser la stabilité de l’édifice fragilisé et du quadruplex de l’autre côté. La mairesse de l’arrondissement Anie Samson, qui s’est rendue sur place, était furieuse de la tournure des événements et se posait des questions sur la gestion du chantier. «L’entrepreneur serait allé creuser très profondément, mais aurait aussi endommagé la structure. Et quand on démoli un immeuble situé entre deux, il y a une façon de faire», a-t-elle précisé. Une enquête de la Régie du bâtiment et de la CSST est en cours. J’ai hâte de voir les conclusions. La seule chose qui est heureuse là-dedans, c’est que personne n’a été blessé, personne n’est mort.

7 décembre 2014 : Une femme de 25 ans a été happée par un train et a été gravement blessée dans l’arrondissement du Sud-Ouest, à Montréal. L‘accident est survenu vers 6 h 20 sur la voie ferrée située à la sortie du pont Victoria, dans la gare de triage. La victime a eu les deux jambes sectionnées par les roues d’un train, a indiqué Bob Lamle, chef de division à Urgence-santé. C’est le conducteur d’un train qui a aperçu la victime gisant près des rails. Selon M. Lamle, il est possible que le conducteur de la locomotive impliquée n’ait jamais réalisé ce qui s’était passé. La victime a été conduite d’urgence à un centre hospitalier dans un état instable. Les circonstances exactes de l’événement n’étaient pas connues en début de journée. Le train a été immobilisé sur place pendant un certain temps, bloquant ainsi la rue Bridge. Il a finalement été déplacé. Le Service de police de la Ville de Montréal recommande aux automobilistes qui partiraient de la Rive-Sud d’emprunter un autre pont, l’événement ayant causé une bonne congestion dans ce secteur. Un détour local est prévu par la rue des Irlandais.

7 décembre 2014 : La façade vitrée du Palais des congrès a été aspergée de peinture avant le début d’un forum sur les ressources naturelles. Plusieurs graffitis dénonçant la nouvelle mouture du Plan Nord, rebaptisé par les vandales «Plan Mort», ont été faits sur l’édifice. Des grosses taches de peinture ont aussi été lancées sur les murs. Tôt lundi, plusieurs policiers étaient visibles autour de l’édifice en prévision de la manifestation prévue avant la tenue du salon. L’activité de contestation est organisée par l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) et devrait avoir lieu vers 10 h 30. Le Forum, organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, regroupe plusieurs conférenciers des milieux miniers et gaziers, entre autres. Le ministre québécois de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, devrait y faire une allocution. Il est aussi le ministre responsable du Plan Nord.

7 décembre 2014 : Les pompiers de l’ouest de la Montérégie ont été fort occupés, dimanche soir, alors que trois incendies ont éclaté en l’espace de quelques minutes dans les villes de Saint-Anicet, Sainte-Barbe et Lacolle. Un commerce de la route 132 a d’abord été la proie des flammes, près de la montée de Cazaville. À leur arrivée sur les lieux, l’embrasement était généralisé et les pompiers ont fait appel à leurs collègues de plusieurs municipalités voisines, et même des États-Unis. Personne n’aurait été blessé, mais le commerce est une perte totale. La route 132 a été fermée dans le secteur le temps de l’intervention. Vers 22 h 30, les pompiers avaient pris le contrôle de la situation. À peine dix minutes après le début du premier incendie, les flammes ont commencé à ravager une résidence unifamiliale de Sainte-Barbe, la ville voisine. Au plus fort du brasier, les flammes étaient très vives et visibles de loin. Encore une fois, personne n’a été blessé, mais les pompiers n’ont pu sauver la maison. L’incendie a été maîtrisé peu avant 23 h. En milieu de soirée, un peu plus à l’est, les sapeurs ont dû éteindre un feu dans un garage de Lacolle, tout près de la frontière américaine. On ne rapporte aucun blessé dans ce troisième incendie.

automn in victoria parkLes derniers jours de l’automne canadien. C’est l’automne, la saison où, sous un soleil refroidi, chacun recueille ce qu’il a semé. (Maurice Barrès, écrivain français). Source de l’image : © Megan Jorgensen

Voir aussi les événements les plus importants qui ont eu lieu dans la semaine entre le 8 décembre et le 14 décembre 2014.

Nos sources pour les nouvelles de cette semaine :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>