Adirondacks : sur le fil du ciel

Sports et adrénaline

Sports et adrénaline

SPORTS ET ADRÉNALINE

Par Charles Bertrand

RANDONNÉES PÉDESTRES

Nous ne nous attarderons pas sur cet aspect si important et connu des Adirondacks puisqu’il en est abondamment question dans la série d'articles Adirondacks : sur le fil du ciel également présenté sur ce site.

Rappelons toutefois que le randonneur débutant comme le plus averti ne partira jamais sans sa carte des sentiers pédestres des Adirondacks produite par l’Adirondacks Mountain Club, carte que l’on peut trouver dans une boutique telle Aux Quatre points cardinaux, rue Ontario à Montréal. Mentionnons aussi que pendant l’hiver, la très grande majorité des sentiers pédestres balisés sont praticables en raquettes.

SKI ALPIN

Le mont Whiteface est aussi spectaculaire sinon plus que le mont Tremblant, mais aussi un peu plus cher compte tenu du taux de change.  Une façon de couper dans les frais tient à éviter de se rendre en voiture au stationnement payant de la station en s’organisant pour prendre la navette gratuite de Lake Placid, navette qui descend Saranac Avenue et la Main Street et vous conduit à Whiteface avec vos skis en moins de trente minutes. Enfin, remarquons que le Whiteface développé pour le ski alpin se trouve à être en fait le Little Whiteface, situé au-devant du Whiteface connu des randonneurs.

station de ski alpin whiteface

Remontée mécanique du mont Whiteface. Photo : © GrandQuebec

SKI DE FOND ET RAQUETTE

L’ancien site de compétitions des jeux olympiques est normalement ouvert aux amateurs. Situées le long de la 73, peu avant l’intersection avec la 86 qui conduit à Lake Placid, les pistes, et cela dit sous réserve, ne semblent pas être très étendues.

Un sentier comme la Jack Rabbitt Ski Trail, que l’on prend à Lake Placid et qui est identifiée sur la carte des sentiers pédestres, apparaît beaucoup plus prometteuse.

On peut aussi trouver une intéressante piste en les Peninsula Nature Trails, un endroit discret, que l’on prend par Saranac Avenue, à droite, entre le restaurant Howard Johnson’s et le Comfort Inn on Lake Placid, et qui s’étend sur une presqu’île.

PATINAGE

Une patinoire est aménagée sur le Mirror Lake, près d’une immense descente métallique pour la luge dont on espère que l’on n’en néglige pas l’entretien…

L’aréna dans lequel les Américains ont vaincu au hockey les Soviétiques aux Jeux Olympiques de 1980 est ouverte aux touristes, mais sa visite laisse des sentiments mitigés : hormis la patinoire même, l’endroit est très négligé, et lors d’une visite par temps pluvieux, nous avons constaté que le toit coulait d’un peu partout sauf sur la glace ! Une certaine magie reste perceptible, mais l’on espère que le bâtiment sera repris en main…

VÉLO

Les routes 9, 73 et 86 sont toutes parfaitement asphaltées, avec un revêtement en assez bon état pour les vélos de route ou même de course (à jantes minces et pneu hyper-lisses) puissent y rouler sans problèmes. On se rappellera que la 86, de l’autoroute jusqu’à Lake Placid en passant par Wilmington (au minimum), a une section réservée aux vélos, et il n’est pas impossible que l’une ou l’autre des routes mentionnées précédemment en recèlent.

Notons toutefois deux choses. Nous sommes ici en territoire montagneux et conséquemment longues côtes comme faux plats abondent ; ce n’est pas le parc linéaire… Aussi, sur la 86, à certains endroits, comme sur quelques ponts, la largeur de la voie réservée aux vélos devient symbolique (moins de deux pieds), ces sections pouvant s’avérer un peu risquées dans le cas d’une situation où deux voitures se faisant face s’ajouteraient au vélo.

À titre indicatif, l’aller de Wilmington vers Lake Placid, si l’on ne s’arrête pas trop souvent, est réalisable en environ une heure et demie, et le chemin inverse peut se faire aussi rapidement qu’en quarante-cinq minutes avec des pointes de vitesse au-dessus de 45 kilomètres heure…

Une promenade en vélo autour du Lake Mirror et du Lake Placid constitue un bon dosage de plats et de montées, et permet de goûter un environnement montagneux pittoresque comme seul le déplacement en vélo peut vous le faire vivre.

SPORTS NAUTIQUES

Le village de Lake Placid est bordé par le Mirror Lake, soit ce premier lac que l’on voit à droite quand l’on pénètre dans le centre-ville, et par Lake Placid, passé Saranac Avenue et séparé du Mirror Lake par une bande de terre où l’on trouve route et marina.

Des deux, seul Mirror Lake, qui fait tout juste un demi-mile de long, est accessible au public, pour la baignade et pour mettre kayak ou canot à l’eau (les deux sites étant situés juste après la gigantesque armature servant de glissade l’hiver, en léger retrait de la Main Street). Il resterait à confirmer si des frais sont demandés pour les mises à l’eau, mais nous avons pu observer, un dimanche d’août, plusieurs personnes profiter de la plage publique du Mirror Lake pour y descendre leur embarcation, simplement après avoir stationné leur auto le long de la rue.

Le Lake Placid qui donne son nom au village est un cas à part, parce que c’est un lac presqu’entièrement privé ! Il ne semble exister aucun accès public pour la baignade ou pour les sports nautiques, à part celui, très discret et visiblement méconnu, que l’on prend par Saranac Avenue, à droite, entre le restaurant Howard Johnson’s et le Comfort Inn on Lake Placid, et qui mène sur une intéressante presqu’île.

La seule façon de découvrir un peu ce lac, outre la route en vélo ou en auto, tient donc à opter pour la croisière. Il suffit de se rendre à la marina située sur la bande de terre séparant les deux lacs (c’est très bien indiqué sur la route, et à cinq minutes de la Main Street, et de débourser une raisonnable somme de huit ou neuf dollars américains par adulte pour une promenade d’une heure.

Telle que vécue à l’été 2007, cette croisière, qui fait le tour complet du lac et vous amène au pied du mont Whiteface, est extrêmement agréable, les deux jeunes compères, se partageant autant la barre que l’animation, ayant une quantité presque inépuisable d’histoires et anecdotes à raconter. On apprendra notamment que 800 acres de forêt en bordure du lac ont été cédés à l’État à la condition qu’aucune construction n’y soit érigée, cela dans un évident but de préservation. Tout le tour du Lake Placid n’est donc pas privé, mais la partie qui appartient au domaine public reste interdite au public…

Heureusement, tout de même, qu’on trouve la Branch Ausable River, East et West, la partie ouest étant celle qui rejoint Whiteface et Wilmington, cours d’eau interminable que l’on pourrait surnommer la rivière rouge des Adirondacks et qui, sauf grossière erreur de notre part, passe sous l’autoroute 87 et se jette dans le lac Champlain. Il y a au moins, et nous disons bien au moins, un accès public gratuit, soit à Wilmington, par la plage jouxtant le North Pole Campground sur la 86.

Il est important de noter que dans sa partie est comme dans sa partie ouest, la profondeur de l’Ausable River peut s’avérer extrêmement variable, et par endroits impropre à la navigation même en kayak. Mais l’amateur de sites inédits et peu fréquentés par les amateurs d’aviron en aura pour des années de découvertes et de plaisir, pour satisfaire sa curiosité et ses envies d’exploration…

station de ski whiteface

Station de ski de Whiteface. Photo : © GrandQuebec

Pour compléter la lecture :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>