Abitibi-Témiscamingue

Abitibi-Témiscamingue

L'Abitibi-Témiscamingue, cet immense territoire de 116 000 kilomètres carrés, fut occupé pendant longtemps par les Cris et les Algonquins.

Puis des forestiers et des mineurs sont venus s’établir ici, ainsi que des colons Canadiens français et des milliers de familles d’immigrants polonais et ukrainiens.

Plus de cent mille lacs parsèment la région et de nombreuses mines d'or et de cuivre y ont été ouvertes par les prospecteurs. Il y a quelques dizaines d'années, l’Abitibi était encore recouverte par d'immenses forêts boréales, qui sont maintenant victimes d'une coupe du bois intensive.

Décors naturels, magnifiques et enchanteurs, beauté encore sauvage, ici la vie se vit d'eau et d'air pures. Une région qui anime l'imaginaire puisque dissimulée dans l'immense forêt boréale et laurentienne, à laquelle on associe des légendes et des coutumes des plus étonnantes. C'est ainsi qu'une fois en plein coeur des bois, on découvre un divin trésor.

L'Abitibi-Témiscamingue constitue en soi un lieu de prédilection pour l'observation de l'histoire géologique et glaciaire du Québec. En effet, le paysage tout entier a été façonné par le passage des glaciers. On retrouve d'ailleurs de nombreux vestiges de cette époque lointaine, notamment des formations géologiques typiques tels les eskers et les moraines ainsi que la ligne de partage des eaux qui s'éparpillent tantôt vers le nord, tantôt vers le sud au gré des fantaisies du terrain qu'elles caressent.

La lutte pour le contrôle des comptoirs de fourrures opposa jadis les Français et les Anglais, mais la vraie colonisation du Témiscamingue ne commence qu’au milieu du XIXe siècle, et celle de l'Abitibi débute à partir de 1912, après la construction du chemin de fer Transcontinental.

abitibi temiscamingue

En fait, l'Abitibi n'appartient au Québec que depuis 1898. Avant cette date, la région faisait partie de la terre de Rupert, jusqu'en 1870, et fut donc vendue au Canada pour faire partie des Territoires du Nord-Ouest jusqu'en 1898.

Les roches de l'Abitibi sont parmi les plus vieilles de la planète (elles sont nés il y a 2,7 milliards d'années) et ces roches en portent bien les rides (failles, plissements et cassures).

Dans les années 1920, la découverte de la faille de Cadillac, en Abitibi, marque le début de l’époque de la fièvre de l’or. La mine Horne est ouverte en 1927, et 90 autres mines d’or la suivent. De grandes villes industrielles, telles que Rouyn-Noranda (dont le nom est le résultat d’une faute de frappe) et Val-d'Or sont fondées. Attirés par l'or, des milliers d'immigrants d'Europe de l'Est mettent le cap sur la région.

Toutefois, à partir des années 1980, l'industrie minière est en déclin. Depuis, la région cherche d’autres voies qui permettront d’assurer sa prospérité.

Parcourue d'un réseau comptant plus de 3700 kilomètres de sentiers de motoneige parmi les plus beaux du Québec et parsemée d'une multitude de pourvoiries au cachet unique, la région se dévoile aux voyageurs en quête d'authenticité et de quiétude. Que vous aimiez pêcher, faire de la randonnée pédestre, chasser, patiner, glisser, skier, faire de la motoneige, visiter des musées ou des endroits peu ordinaires, ou tout simplement pour vous accorder un véritable répit en nature, l'Abitibi-Témiscamingue vous propose un séjour inoubliable…

Notons finalement que le plus haut sommet de la région n'est pas le Mont Dominant comme le veut la croyance populaire, mais bien une montagne sans nom à l'est de Senneterre.

2 Commentaires

  1. nerthiaume suzy March 7, 2011

    bonjour je suis a la recherche d’une boucherie.si vous pouvez m’aider a me donner des adresse j,aprécirais beaucoup parce que je demeure a chomedey laval et que je suis a la recherche
    d,une personne qui est mon pere mais que je connait pas.la seule chose quon ma dit étais quil était boucher dans une boucherie,alors en Abitibi est grand je nais peu de ressource.
    merci.

    répondre
  2. mlee March 9, 2013

    Bonjour il y a a val d’or une boucherie ni sapel GRENIER DES SAVEUR

    répondre

Laisser un commentaire