Patrimoine

Caves voûtées

Caves voûtées

Caves voûtées

Dans les premiers temps de la Nouvelle-France, on construisait sous pratiquement tous les bâtiments des caves voûtées massives qui servaient à l’entreposage des vins, des bières et des fourrures. On en trouve au Séminaire de Québec, aux Ursulines, à l'Hôtel-Dieu, et sur le site archéologique du Palais de l’Intendant, construit par Jean Talon.

Ces caves ont servi de refuge aux résidents de Québec lors des différents sièges. En 1690, Mgr Laval ouvrit les caves du Séminaire de Québec aux habitants lors du bombardement de la ville par la flotte britannique. En 1759, les religieuses de l'Hôtel-Dieu et des Ursulines se réfugièrent également dans leurs caves. Notons que les murs de la cave de l'Hôtel-Dieu ont sept pieds d’épaisseur.

C’est dans la Basse-ville qu’il en reste le plus. Les caves voûtées du Séminaire de Québec, notamment celles de l’édifice de la Procure, sont les plus anciennes. Elles ont résisté aux incendies de 1701, 1705 et 1865.

Au XIXe siècle on a trouvé dans les caves de l'Hôpital Général une douzaine de violes et de basses de violes fabriquées à Paris chez Nicolas Bertrand. On pense que ces instruments ont été dissimulés lors du siège de Québec en 1759, et oubliés après la fin des hostilités.

Voir aussi :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>